SITE DU RESEAU CARITAS BURUNDI

ODEDIM- Caritas Muyinga assiste plus de 500 retournées mise en quarantaines dans les sites contre COVID- 19

Envoyer Imprimer PDF

L’ODEDIM CARITAS MUYINGA apporte une aide en vivres constituée de 3 tonnes de riz, 1,11 tonnes de haricot, 60 litres d’huile végétale, 63 kg de sel, 350 kg de farine MUSALAC, 144 paquets de kit hygiénique pour les femmes et filles, 42 cartons de savons et 25 cartons de désinfectant à 502 personnes vivant dans le site de quarantaine de MIKA dans la commune de Giteranyi, province Muyinga, paroisse Mugano. Dans le cadre du projet d’aide urgente aux personnes en quarantaines à la frontière Burundi Tanzanienne et Rwandaise financé par Caritas allemande ,lundi   le  8 juin 2020,  une aide constituée de vivres et non vivres a été apportée aux personnes vivant dans le site de quarantaine de Mika de la commune Giteranyi. Les cérémonies ont été rehaussées par l’Attaché au Cabinet du Gouverneur de province, l’Administrateur Communal de Giteranyi et le Secrétaire Exécutif Adjoint de l’ODEDIM CARITAS MUIYNGA. Dans son discours de circonstance, l’Administrateur communal a remercié le Diocèse qui, à travers son organisation ODEDIM CARITAS MUYINGA appuyé par sa Caritas sœur d’Allemagne, a pensé à venir en aide à ces personnes mises en quarantaine dans le but de prévention et protection contre la pandémie du COVID 19.

covmuyiElle a précisé que l’aide vient au point nommé puisque le stock de vivres était presqu’épuisé et la commune allait avoir des difficultés pour nourrir ces personnes. L’attaché du Gouverneur de province a quant à lui remercié l’ODEDIM CARITAS MUYINGA pour avoir pensé à ces personnes et a insisté que parmi toutes les organisations ayant intervenu que l’ODEDIM CARITAS MUYINGA est la seule à apporter une assistante diversifiée et consistante surtout que les gens du site avaient beaucoup besoin du kit hygiénique pour la protection et pour la dignité des filles et femmes. Il a continué en prodiguant des conseils à l’endroit de ces personnes pour renforcer les mesures d’hygiène notamment en se lavant régulièrement les mains avec de l’eau et du savon, en améliorant l’hygiène corporelle et vestimentaire, en utilisant les désinfectants qui leur seront distribués en vue de se protéger contre le COVID 19. Il a continué en informant l’assemblée présente que même s’il y a des personnes qui partagent le même matelas la nuit, qu’ils devraient faire un effort particulier pour éviter les salutations et les distanciations de moins d’un mètre pour ne pas donner la chance à cette maladie de se propager facilement au cas où il surviendrait un cas suspect.

Mise à jour le Jeudi, 11 Juin 2020 15:47 Lire la suite...

Grace à l’appui de la Coopération Suisse, les organisations encadrées par Caritas Burundi sont certifiées multiplicateurs de semences avec une production satisfaisante

Envoyer Imprimer PDF

Après 9 mois de démarrage du projet d’Assistance Nutritionnelle aux Enfants Orphelins et Autres Vulnérables pris en Charge par les Organisations Locales Partenaires de la coopération Suisse au Burundi, les résultats sont palpables sur terrain. Ce projet qui est exécuté par Caritas Burundi sur financement de la Coopération Suisse au Burundi présente un intérêt majeur auprès des bénéficiaires qui sont des organisations longtemps prise en charge par la coopération suisse en termes d’alimentations des enfants orphelins et autres vulnérables. Dans une visite de suivi effectuée par le Secrétaire Général de Caritas Burundi pour voir l’état d’avancement du projet, il a été constaté que le projet laisse un impact assez considérable pour les organisations et leurs bénéficiaires dans les différentes provinces ou le projet est exécuté. A la deuxième récolte de la saison B, la production a été encore une fois très bonne malgré les conditions climatiques qui inquiétaient au début de la saison culturale.

ddc2Les organisations qui se sont engagées dans la prise des enfants orphelins ont mise en place des champs exemplaires pour améliorer l’alimentation des orphelinats gérés par les confessions religieuses et autres centres nutritionnels. C’est le cas de la congrégation de Bene Bernadette qui prend en chargé plus de 40 enfants dans l’orphelinat notre dame de lourdes. Des champs de maïs, du haricot, des pommes de terre, des légumes, du soja ont été développés sur une étendue de plus de 10 ha dans la seule localité de Muremera dans la Commune de Cankuzo à l’Est du Burundi. La même congrégation se spécialise dans production des légumes à Mugera et au Centre Urbain de Gitega. Dans la localité de Nyanzari à quelques kilomètres du centre urbain de Gitega, les Bene Bernadette ont exploité un espace de plus de 10 ha également. « Nous sommes très satisfait de l’impact de ce projet car nous avons acquis des connaissances pour avoir plus de rendements et améliorer la nutrition de nos enfants, mais ce qui est très important, aujourd’hui nous sommes certifiées comme producteur de semences. Nous avons eu la visite du Bureau Provincial de l’Agriculture et de l’Elevage car ils ont été impressionnés par nos champs » ; disait la sœur responsable de Bene Bernadette à Muremera.

Lire la suite...

Caritas Burundi sensibilise les futurs prêtres du Grand Séminaire de Bujumbura au Laudato Si

Envoyer Imprimer PDF

En marge de la semaine dédiée à Laudato Si , Caritas Burundi a organisée une conférence débat à l’intention des Grands Séminaristes de Bujumbura pour leur sensibiliser à l’Encyclique du Pape François sur la protection et la sauvegarde de notre Planète terre. Trois grands conférenciers étaient invités pour animer cette journée à l’intention de ces séminaristes. Dans son mot introductif, le Secrétaire Général de Caritas Burundi, Abbé Jean Bosco Nintunze a rappelé l’objectif de cette rencontre qui est de porter un nouveau regard sur le créé qui nous oblige de respecter la nature pour asseoir un développement intégral de l’homme. Cette encyclique nous interpelle et nous montre un péché que nous ignorons, contre notre terre.

gsminaireLe premier thème était orienté à la protection et à la sauvegarde des plantes médicinales que la terre burundaise héberge mais qui tendent à disparaitre si rien n’est fait dans l’immédiat. Madame Karire Kinyana Ginette qui se nomme « Guérisseuse traditionnelle », développe plus de 40 espèces de plantes traditionnelles qui servent de ressources médicales dont la plante « Artimésia » qui est actuellement citée comme remède probable de la COVID-19. Cette défenseure de la nature a fait remarquée que les plantes traditionnelles burundaises sont en voie de disparition malgré leur importance sur la santé. Elle a signalé que la vulgarisation de cette encyclique vient au moment opportun pour protéger la pharmacie du bon Dieu.

Lire la suite...

Caritas Burundi appelle à la conversion écologique contre le péché commis à l’égard de notre planète terre

Envoyer Imprimer PDF

Le monde entier célèbre le 5ème anniversaire de l’Encyclique Laudato Si du   Saint-Père François sur la sauvegarde de la maison commune paru en 2015.  « Loué sois-tu, mon Seigneur, pour sœur notre mère la terre, qui nous soutient et nous gouverne, et produit divers fruits avec les fleurs colorées et l’herbe ». Avec ce beau cantique François d’Assise, nous rappelait que notre maison commune est aussi comme une sœur, avec laquelle nous partageons l’existence, et comme une mère, belle, qui nous accueille à bras ouverts.

L'occasion nous a été donnée d'élaborer notre Politique environnementale  qui est entré en vigueur à partir de cette date du 20 mai 2020.

Pour plaider en faveur de notre terre qui gémit et qui commence à se révolter, Caritas Burundi s’est jointe aux autres Caritas du monde pour sensibiliser les différents acteurs burundais à protéger et sauvegarder notre terre. Caritas Burundi met en avant la conversion écologique pour une écologie intégrale. « Quand nous parlons du développement intégral de l’homme, nous devons mettre en avant la protection de la nature et cela doit être exprimée à travers les politiques mis en œuvre qui doivent à tout moment intégrer la protection de l’environnement. Si par exemple, on veut construire des grands bâtiments, il faut envisager de protéger les lieux origine du matériel de construction », a dit le Secrétaire Général de Caritas Burundi devant les journalistes burundais.

journalistesLors de cette conférence de presse qui a marqué le lancement officiel de la semaine dédiée au 5ème anniversaire de Laudato SI, les journalistes ont souhaité savoir quelle est  la contribution de l’Eglise Catholique pour protéger et sauvegarder notre terre. Le Secrétaire Général de Caritas Burundi a signalé que plus de 60.000 burundais ont été sensibilisés pour l’année 2019 pour le changement de mentalités et de comportement visant à la protection de notre terre. Il se remarque une envie exagérée d’exploiter de manière irresponsable les ressources naturelles et d’autres pratiques comme les feux de brousse qui doivent etre prohibés  pour l’intérêt de notre maison commune, a insisté le Secrétaire Général de Caritas Burundi. Pour limiter la consommation du charbon et du bois dans les ménages qui est une menace pour l’environnement burundais, Caritas Burundi a sensibilisé les burundais à l’usage des Foyers Améliorés dans plusieurs provinces du pays.

Mise à jour le Lundi, 01 Juin 2020 17:29 Lire la suite...

Malgré la pandémie COVID-19, Caritas Burundi est appelée toujours à accueillir les rapatriés

Envoyer Imprimer PDF

Le gouvernement du Burundi en partenariat avec le HCR et les autres acteurs humanitaires impliqués dans l’accueil des rapatriés dont Caritas Burundi continuent d’accueillir les rapatriés en provenance de la Tanzanie. Depuis le début de l’opération du rapatriement commencée en 2017, plus de 80 000 burundais sont retournés dans leurs communautés. Dans cette activité d’accueil des rapatriés, Caritas Burundi s’occupe de la distribution des vivres, non vivres et du cash qui sont mis en place par le HCR et le PAM. Dans la semaine du 04 au 08 mai, plus de 573 rapatriés sont arrivés au centre de transit de Gitara dans la province de Makamba. Ils étaient constitués des enfants, des femmes et quelques plus âgés.

rapcoviAvant d’entrer dans le camp de transit, les rapatriés sont soumis au test contre COVID -19 avec des termo flash pour mesurer la température mais le risque est toujours là. Tous les partenaires impliqués dans cette activité sont sensibles aux mesures de protection contre la pandémie notamment le lavage des mains, la distanciation physique et le port des masques pour protéger cette population.

Le HCR et le PAM ont multiplié des affiches de sensibilisation à la lutte contre COVID -19. Les agents de Caritas qui s’occupent de la préparation des paquets sont également appelés à respecter ces mesures. Lors de la distribution des vivres et non vivres, ils ont pris la stratégie de délimiter les zones de distribution et encadrer les rapatriés pour respecter la distance de plus d’1 mètre.

Lire la suite...

Page 6 sur 10