« Abari basangiye ukwemera bari basangiye n’itunga. Baramuka bagurishije ivyo batunze canke ivyimburwa, bakagabura ikiguzi umwumwe akaronka ivyo akeneye » (Ibik. 2, 44-45).

PHOTOS DES REALISATIONS DU RESEAU CARITAS BURUNDI

JA slide show

SITE DU RESEAU CARITAS BURUNDI

Les pauvres étaient les invités d’honneur à la COPED CARITAS Bururi à l’occasion de leur première journée internationale

Envoyer Imprimer PDF

Dans le diocèse de Bururi, la célébration de la Journée internationale des pauvres  a été organisée samedi le 18 Novembre à la paroisse Cathédrale Sainte Marie Reine de Bururi. Il s’agissait d’une fête des  pauvres car les invités d’honneur étaient les pauvres. Elle a été marquée par une rencontre fraternelle entre quelques représentants des vulnerables vivant dans la paroisse de Bururi avec les représentants de la communauté chrétienne paroissiale. Les cérémonies ont débutées par une eucharistie concélébrée par l’abbé Charles Karorero et Jean Claude Niyongabo, respectivement curé de la paroisse et Vicaire épiscopal de la Région de Bututsi et Secrétaire Exécutif de COPED-CARITAS Bururi.

pauvres.jpg r

La présence la plus remarquée du jour était celle des  dizaines des vulnérables qui avaient été invitées pour prendre part à la fête. Ils étaient accompagnés par les membres des comités de la Caritas dans leurs succursales. Le message du jour a été donné par l’abbé Charles Karorero. Dans son homélie, il a notamment indiqué en substance que « notre récompense dépendra du degré de charité que nous aurons eu les uns envers autres et surtout envers les pauvres « Urukundo twagiriye aboro ni rwo ruzoducira urubanza».

La fête s’est poursuivie dans la salle des réunions de la Caritas diocésaine ou les vulnérables ont eu la joie de partager un verre avec les autres invités. D’autres personnalités ont pris part à la fête, notamment quelques cadres de l’administration provinciale, et quelques hommes d’affaires.

Les personnes vulnérables qui participaient  à la fête ont eu l’occasion exceptionnelle de vivre quelques moments de convivialité avec ceux qu’ils considèrent d’habitude comme leurs bienfaiteurs.

pauvres 1.jpg r

Plusieurs allocutions ont été prononcées ; celle du président du comite paroissial de la Caritas, celle du représentant des vulnérables, celle du représentant des invités, ainsi que celle du Secrétaire  exécutif de COPED-CARITAS.

Monsieur L’abbé Jean Claude Niyongabo a saisi l’occasion pour annoncer que dans le cadre de la célébration de la Journée internationale des pauvres, la Caritas diocésaine avait appuyé la Caritas paroissiale de Bururi par un don de quelques vêtements qui seront prochainement distribués aux pauvres de la paroisse, aux enfants de l’orphelinat de Kiremba (Sud), et aux prisonniers de la maison d’arrêt de Bururi et à ceux de la prison centrale de Rumonge

Autre témoignage frappant de la célébration de cette journée, c’est que la Caritas diocésaine allait appuyer les Caritas paroissiales dans la réalisation d’une œuvre caritative destinée à l’hygiène corporelle et vestimentaire des personnes vulnérables, surtout les personnes âgées ou vivant avec différents types d’handicap physique ou mentale. La fête a été clôturée par la distribution des vêtements aux vulnérables.

           Zénon Nzeyimana

          P F Communication

      COOPED CARITAS BURURI

Mise à jour le Mardi, 21 Novembre 2017 08:22

Les pauvres étaient les invités d’honneur à la COPED CARITAS Bururi à l’occasion de leur première journée internationale

Envoyer Imprimer PDF

Dans le diocèse de Bururi, la célébration de la Journée internationale des pauvres  a été organisée samedi le 18 Novembre à la paroisse Cathédrale Sainte Marie Reine de Bururi. Il s’agissait d’une fête des  pauvres car les invités d’honneur étaient les pauvres. Elle a été marquée par une rencontre fraternelle entre quelques représentants des vulnerables vivant dans la paroisse de Bururi avec les représentants de la communauté chrétienne paroissiale. Les cérémonies ont débutées par une eucharistie concélébrée par l’abbé Charles Karorero et Jean Claude Niyongabo, respectivement curé de la paroisse et Vicaire épiscopal de la Région de Bututsi et Secrétaire Exécutif de COPED-CARITAS Bururi.

pauvres.jpg r

La présence la plus remarquée du jour était celle des  dizaines des vulnérables qui avaient été invitées pour prendre part à la fête. Ils étaient accompagnés par les membres des comités de la Caritas dans leurs succursales. Le message du jour a été donné par l’abbé Charles Karorero. Dans son homélie, il a notamment indiqué en substance que « notre récompense dépendra du degré de charité que nous aurons eu les uns envers autres et surtout envers les pauvres « Urukundo twagiriye aboro ni rwo ruzoducira urubanza».

La fête s’est poursuivie dans la salle des réunions de la Caritas diocésaine ou les vulnérables ont eu la joie de partager un verre avec les autres invités. D’autres personnalités ont pris part à la fête, notamment quelques cadres de l’administration provinciale, et quelques hommes d’affaires.

Les personnes vulnérables qui participaient  à la fête ont eu l’occasion exceptionnelle de vivre quelques moments de convivialité avec ceux qu’ils considèrent d’habitude comme leurs bienfaiteurs.

pauvres 1.jpg r

Plusieurs allocutions ont été prononcées ; celle du président du comite paroissial de la Caritas, celle du représentant des vulnérables, celle du représentant des invités, ainsi que celle du Secrétaire  exécutif de COPED-CARITAS.

Monsieur L’abbé Jean Claude Niyongabo a saisi l’occasion pour annoncer que dans le cadre de la célébration de la Journée internationale des pauvres, la Caritas diocésaine avait appuyé la Caritas paroissiale de Bururi par un don de quelques vêtements qui seront prochainement distribués aux pauvres de la paroisse, aux enfants de l’orphelinat de Kiremba (Sud), et aux prisonniers de la maison d’arrêt de Bururi et à ceux de la prison centrale de Rumonge

Autre témoignage frappant de la célébration de cette journée, c’est que la Caritas diocésaine allait appuyer les Caritas paroissiales dans la réalisation d’une œuvre caritative destinée à l’hygiène corporelle et vestimentaire des personnes vulnérables, surtout les personnes âgées ou vivant avec différents types d’handicap physique ou mentale. La fête a été clôturée par la distribution des vêtements aux vulnérables.

                                                                                                                                                                                                                Zénon Nzeyimana

                                                                                                                                                                                                               P F Communication

                                                                                                                                                                                                           COOPED CARITAS BURURI

Organiser une formation et partager le repas aux pauvres, telles sont les activités organisées par le Diocèse de Rutana à l’occasion de la journée des pauvres

Envoyer Imprimer PDF

A l’occasion de la première journée internationale des pauvres, le Diocèse de RUTANA  a organisé une série d’activités à l’intention des plus pauvres de la paroisse Rutana. En premier lieu, les Communautés Ecclésiales de Base ont sélectionnés les plus pauvres pour leur donner de la place en cette première journée.

 photo formation.jpg r

Dans le but de renforcer les capacités des pauvres de la paroisse Rutana, une formation a été organisée  vendredi le 17 novembre. Le curé de la paroisse RUTANA, Abbé Gilbert BURIHABWA leur a montrés qu’ils ont tout le nécessaire pour pouvoir se développer et être utile aux autres. « Même si  beaucoup d’entre vous, pensez que vous êtes plus pauvres, vous avez des choses à donner, soyez fiers de vous, tout simplement  il y en a  qui ont des richesses mais qui manquent une richesse spirituelle par exemple ». Leur à conseillé le curé de la paroisse Rutana.

Une messe a été également célébrée  dimanche  par l’Evêque du Diocèse RUTANA Mgr Bonaventure NAHIMANA, pour prier à notre pays qui est très touché par la pauvreté. Après avoir lu la parole de Dieu  dédiée à cette journée internationale des pauvres envoyée par le Pape , l’Evêque a rappelé tous les représentants des communautés ecclésiales de base qu’ils doivent connaitre tous les pauvres de leurs communautés et d’être toujours près d’eux.

photo repas.jpg r

Enfin après la messe, l’Evêque du Diocèse RUTANA  et les représentants du Diocèse de SOLA(ITALIE) qui sont en visite dans notre Diocèse se sont joints aux pauvres de la paroisse RUTANA  dans un rafraîchissement au centre pastoral du Diocèse RUTANA.
Dans son allocution, l’Evêque du Diocèse de RUTANA a expliqué  la pauvreté à trois niveaux. « La pauvreté physique, spirituelle et intellectuelle, pour dire que vous avez-vous aussi à donner aux autres  » a-t-il dit aux pauvres invités au rafraîchissement. Pour clôturer la journée, il y a eu distribution des  vivres pour ces pauvres. Les vivres distribués avaient  été collectés par les Communautés Ecclésiales de Base de la paroisse Rutana.



Thierry NSENGIYUMVA

P F Communication

ODECO-Caritas RUTANA

Caritas Burundi vous présente son bulletin d’information trimestrielle

Envoyer Imprimer PDF

L’actualité de ces derniers mois au Burundi  a été marquée par  l’épidémie de malaria qui reste la première cause de mortalité au Burundi, l’insécurité alimentaire qui sévit dans plusieurs provinces du Burundi, la gestion  du passé traumatique qu’a connu le pays depuis l’indépendance sans oublier le retour des réfugiés burundais qui sont arrivés  après plusieurs mois de refuge. Face à ces problèmes, Caritas Burundi est restée ouverte pour témoigner de l’amour aux plus vulnérables. Grâce à nos partenaires, Caritas a agi pour réduire les douleurs des vulnérables. Dans le domaine de la santé, plus de six millions de Moustiquaires Imprégnées d’Insecticides à Longue Durée  d’Action (MIILDA) ont été distribués sur tout le territoire national. Cette activité vise la réduction de l’épidémie de la malaria au Burundi.

Pour réduire l’insécurité alimentaire, Caritas Burundi a assisté plus de 10 milles burundais et continue toujours la mobilisation de ces partenaires pour contribuer à la réduction de ce phénomène qui entraine le déplacement des  populations de l’intérieur et de l’extérieur du pays.

Caritas Burundi s’est distinguée également au cours de cette période par la rapidité d’accueillir les réfugiés qui sont rentrés depuis fin Aout 2017. Caritas Burundi a expérimenté le travail en réseau du sommet  en passant par les Caritas  diocésaines jusqu’aux communautés Ecclésiales de base pour être proche aux plus vulnérables et surtout les rapatriés qui ont besoin d’une réintégration socio économique.

Le Burundi fait face à des crises répétitives depuis plus de 50 ans, des Conférences sur la paix, la réconciliation, le pardon et la justice ont été organisées dans le dernier trimestre pour aider les  burundais à intérioriser le dialogue dans leurs pratiques au lieu de faire recours à la violence.

Pour plus de détails le bulletin le bulletin cliquez le lien suivant

 Magasine d'informations de Caritas Burundi

Mise à jour le Lundi, 13 Novembre 2017 14:13

Caritas Burundi continue l’accueil des réfugiés dans le diocèse de Bururi à sur le site de Gitare à Makamba

Envoyer Imprimer PDF

La Caritas Burundi à travers la Caritas Coped Bururi et la Caritas  paroissiale de Mabanda dans le diocèse de Bururi est toujours mobilisée  dans l’accueil des rapatriés qui rentrent. Au courant de la semaine du 06 au 10 novembre  plus de 900 personnes ont été  accueillies.

photo victor

Deux convoies de rapatriés sont arrivés au courant de la semaine , le premier a été accueilli mardi dans l’après midi en provenance de la Tanzanie dans le Camp de Mutenderi et Nduta. Le second a été reçu jeudi vers midi. Ils provenaient de Mutenderi. Accompagné par le gouvernement tanzanien, ils ont été accueillis par la directrice en chargé du rapatriement au ministère de l’intérieur  qui représentait le gouvernement. Sur place, les représentants des organisations impliquées dans le rapatriement, à savoir le Haut Commissariat des Réfugiés, le Programme Alimentaire Mondiale (PAM) , les membres de Caritas Burundi à tous les niveaux. Grâce à l’appui des partenaires dont le HCR et le PAM Caritas Burundi s’occupe de la distribution des vivres et non vivres avec un transfert de cash. Plus de 900 réfugiés dont plus de 260 ménages ont été accueillis au courant de la semaine.

Toutes les organisations impliquées dans cette opération de rapatriement  dont le HCR ont félicité Caritas Burundi et ses membres qui sont très actif dans l’accueil des réfugiés. « Nous sommes très confiant à Caritas Burundi que l’accueil sera bien organisé vu l’engagement et la disponibilité de Caritas à Mabanda pour accueillir les rapatriés a dit le chef de mission du Haut Commissariat dans la province de Makanda ».

    dsc_4953Pour le représentant du gouvernement,   c’est une bonne chose d’avoir des bons partenaires pour aider la réussite de cette opération. Caritas Burundi , le principal partenaire local a mise en place des équipes d’accueil dans toutes les diocèses qui sont impliqués dans l’accueil dont le diocèse de Bururi , Muyinga , Ruyigi  et Bujumbura.

La majorité des personnes qui sont rentrées  au courant de la semaine sont originaires des provinces Makamba , Rutana et quelques éléments  de Bururi. Malgré le kit de retour qu’ils ont bénéficié, la majorité de ces rapatriés n’ont pas de maison et certains d’entre eux sont des sans terres. Des cas des familles rentrés  sans référence ont été constatés surtout pour ceux qui sont nés en Tanzanie et qui ont fondés leurs familles dans les camps.

De petites  filles de moins de 18 ans rentrent avec des enfants nés dans les  camps, ce qui risque d’aggraver la situation humanitaire de ces jeunes femmes avec des enfants qui rentrent dans un contexte d’insécurité alimentaire et d’autres problèmes dans le pays.

Page 10 sur 19