«N’aimons pas en paroles, mais par des actes» : c’est le thème du message du Pape François, en vue de la première Journée mondiale des Pauvres, qui se tiendra le 19 novembre prochain, 33e dimanche du Temps Ordinaire, avant la Solennité du Christ-Roi.

SITE DU RESEAU CARITAS BURUNDI

L’Eglise Catholique fortement mobilisée pour la lutte et la prévention du paludisme

Envoyer Imprimer PDF

La Caritas Burundi a organisé une réunion de présentation et d’échanges sur les directives communautaires opérationnelles des interventions de Caritas Burundi dans la Campagne de distribution  de masse des Moustiquaires  Imprégnées d’Insecticides de Longue Durée d’Action (MIILDA) qui est prévu au mois de  Juillet 2017.


photo miilda diminue

La réunion s’est tenue  au Grand Séminaire Jean Paul de Gitega .La réunion était dirigée par  Secrétaire Général de Caritas Burundi  et toute les Caritas diocésaines étaient représentées. Il y avait un seul point à l’ordre du jour la préparation de la campagne et le rôle que va jouer Caritas Burundi du sommet à la Base.

En partenariat avec le PNILP,  les autorités provinciales, communales et locales  Caritas Burundi va travailler avec  les Associations à Base  Communautaires  dans  la mise en œuvre de la  distribution des MIILDA.

A la fin de la réunion, des mesures actions ont été prise pour accompagner ce document. Ces directives seront déposé dans les cabinets des gouverneurs de provinces, dans les bureaux des provinces et districts sanitaires  ainsi que les bureaux des communes et zones. En tout, il est prévu de distribuer  6 471 695 moustiquaires   dans tout le pays  dans cette campagne 2017 pour contribuer à la réduction de l’épidémie de malaria au Burundi.

Mise à jour le Jeudi, 18 Mai 2017 14:14

Les prix des denrées alimentaires sur le marché sont généralement restés stables au cours du mois de mars

Envoyer Imprimer PDF

Les données d’alerte précoce collectées par CARITAS Burundi dans le cadre du programme mVAM financé par le Programme Alimentaire Mondiale montrent que les prix des denrées sont dans l’ensemble stables pendant le mois de mars mais à un niveau toujours élevé comparé à février 2017.Par ailleurs, les même prix ont augmenté de 44% par rapport aux 6 derniers mois.

Le rapport met un accent particulier sur le haricot qui, au niveau national, le prix moyen est estimé à 1431 fbu ; avec une augmentation significative observé (36%) par rapport au même mois de l’année passée sur l’ensemble du pays. Le prix du haricot  sur les marchés des provinces de la côte ouest du pays est particulièrement élevé au- delà de 1500fbu par kg.

Au déficit de production enregistré avec la première saison culturale, particulièrement pour le haricot, s’ajoute sa forte demande (principale source de protéine), particulièrement dans la zone de l’ouest. Cette situation est aggravée par les restrictions d’échanges limitant les flux traditionnels dans la zone.

Quoiqu’ en général le prix reste élevé (comparé à la même période des années antérieures), le prix est relativement moins élevé dans la zone du centre nord du pays où il reste à moins de 1400 fbu par kg.

                                                                                                                                 Sé Aloys Nkurunziza stagiaire volontaire

Mise à jour le Mardi, 16 Mai 2017 07:51

Le Rapport sur l’insécurité alimentaire du mois de mars 2017 montre que la province de Muramvya est la 10ème touchée

Envoyer Imprimer PDF

Le Rapport  mVAM publié par le Programme Alimentaire Mondial  dont Caritas Burundi participe à la collecte des informations montre que  la sécurité alimentaire s’est détériorée dans 36% des communautés (contre 62% en février 2017), est identique dans 24% des communautés suivies.

Par contre, l’insécurité alimentaire est restée persistante voir même plus forte qu’en février 2017 dans  les provinces de Kirundo et Muyinga où respectivement 100% et 67% des communautés à la base trouvent que la situation s’est détériorée au mois de mars par rapport au  mois de février.La fragilité de la sécurité alimentaire dans cette région du Nord-Est pourrait entre autre se justifier par l’effet combiné de la contre-performance de la saison 2017A.

Le rapport du mois de mars note également que la province de Muramvya au centre du Burundi est aussi très touchée par cette  insécurité alimentaire qui frappe le pays depuis 2015.Elle est la 10ème province après les provinces de Kirundo, Bubanza, Cibitoke , Rutana , Bujumbura Rural , Cankuzo , Ruyigi , Kayanza et Muyinga.

Pour faire face à cette pénurie alimentaire, les stratégies d’adaptation utilisées par les ménages sont celles réduisant la qualité et la quantité des repas auxquelles s’ajoutent  celles priorisant les dépenses alimentaires au détriment d’autres dépenses essentielles, la vente des actifs  productifs et les migrations prolongées des membres actifs des ménages.

Les informations du mVAM sur le recours accru à des mécanismes de plus en plus sévères basés sur les moyens de subsistance corroborent avec les résultats de l’évaluation EFSA de mars 2017 qui montrent qu’un ménage sur deux en milieu rural a dû recourir à des stratégies de subsistance sévères allant de la crise à l’urgence en vue de nourrir  la famille.

De plus le mois de janvier 2017, les communautés à la base subissent une forte pression fiscale couplée à d’autres formes de prélèvements avec des répercussions négatives sur l’accès à l’alimentation des plus Vulnérables.

Mise à jour le Mardi, 09 Mai 2017 07:35

Caritas Burundi organise une conférence sur la fraternité comme pilier de la paix

Envoyer Imprimer PDF

Dans la série des conférences que Caritas Burundi organise depuis un certain temps en partenariat avec Université du Burundi et la chaire Unesco, ce mercredi 03 mai 2017, c’était le tour du thème « la fraternité et le Dialogue ».La fraternité Universelle est –elle une utopie ? S’est interrogé l’abbé Adrien Ntabona qui était l’orateur du jour. Parlant de la fraternité universelle, le langage qui est utilisé , les  frontières linguistiques, les frontières culturelles et enfin la valeur d’ubushingantahe telles sont les grandes articulations de son exposé sur   la fraternité universelle au Burundi.

ntabona

L’abbé Adrien Ntabona a montré que dans le Burundi traditionnel, les valeurs de la fraternité universelle étaient réelles .En témoignent la manière de vivre de nos aïeux et les proverbes utilisés en Kirundi « Umwana ntaba uwumwe  ou encore Umubanyi niwe muryango».Certaines pratiques montrent que  les burundais vivent cette fraternité sans distinction d’ethnie et de région. « Quand, il y avait chez moi de la bière, mon père me donnait l’ordre d’inviter tous les voisins à venir partager la bière sans distinction. Je me souviens que je voyais à la maison tout le monde. Quelque soit la quantité, tous le monde devrait gouter à la bière ». a révélé Abbé Adrien Ntabona aux participants à cette conférence. Autre chose qui était importante dans le passé c’était la pratique de donner des vaches aux personnes qui étaient victimes de l’incendie ou autres catastrophes ce qu’on appelle « Kuvyukiriza».

Avec le déclenchement de la crise qui frappe le Burundi depuis l’indépendance, l’esprit d’égoïsme s’est développé entraînant la détérioration de la fraternité  en faveur de la haine. Cette fraternité est menacée également dans le monde même en Europe .L’exemple est celui de l’émergence du terrorisme dans  le monde et le nazisme au 19ème siècle.

La valeur d’Ubushingantahe est incontournable dans la promotion de la fraternité au Burundi, a dit Adrien Ntabona. Umushingantahe incarne la responsabilité et la justice dans la société burundaise. Il doit intervenir pour résoudre tout conflit  sans distinction .Il doit écouter tous le monde et donner sa contribution malgré la divergence d’opinionpublic.

La fraternité universelle appelle au respect de l’environnement selon Abbé Adrien Ntabona car respecter la nature c’est respecter l’autre et favoriser la fraternité. « Quand je suis allé en Chine, j’ai vu une colonne des enfants qui étaient sur des motocyclettes, tous portaient des cachez nez suite la pollution de l’air ».Si nous ne prenons pas garde, nous allons détruire notre fraternité en détruisant notre environnement a conclu l’abbé Adrien Ntabona.

La conférence de mercredi  03 mai 2017 a vu la participation des invités de marque en provenance d’Allemagne, il s’agit de Philip Kheil et Joyce Muvunyi qui avaient représenté la fondation de Badden Wurttemberg  pour la coopération et le développement qui appui l’organisation de ces conférences.

Caritas Burundi célèbre la fête du travail et des travailleurs avec des invités de marque venus d’Allemagne

Envoyer Imprimer PDF

La fête du travail et des travailleurs  à la Caritas Burundi a été très agréable pour le 1er mai 2017.Autour du partenariat avec l’Université du Burundi dans sa faculté d’ISCO et une organisation  allemande « fondation de Badden Wurttemberg pour la Coopération et le Développement  SEZ », le personnel et les invités  étaient tous  ensemble dans un endroit calme tout près du Lac Tanganyika dans le sud du pays à Nyanza Lac à plus de 120 km de Bujumbura la Capital. Autour d’un verre, les échanges étaient conviviaux pour feter le partenariat et la fête du travail et des travailleurs.

photo partenariat

Avec ce partenariat, Caritas –Université du Burundi et Cette organisation allemande, un programme d’éducation à la paix sera mené au Burundi ou la paix a été toujours une question délicate depuis l’indépendance jusqu’aujourd’hui.

La fête a été organisée alors que l’abbé secrétaire Général de Caritas Burundi venait d’une mission de travail avec les autres Caritas Africaine au Sénégal. Lors de cette mission, la question de partenariat a été encore une fois abordée. « Ce que nous sommes en train de faire aujourd’hui en présence des représentants  de l’Université du Burundi avec ceux de cette organisation allemande qui va nous soutenir dans ce programme rentrent déjà dans le cadre du partenariat » a dit l’abbé secrétaire Général de Caritas Burundi Jean Bosco Nintunze.

Les invités à ces cérémonies ont remercié Caritas Burundi pour l’accueil très chaleureux et ont promis  de soutenir Caritas Burundi via son programme qui va concerner l’organisation des conférences sur la paix. Le représentant de cette organisation allemande  Philipp Keil a félicité Caritas Burundi pour ses réalisations, raison pour laquelle, elle sera disponible pour soutenir Caritas Burundi.

alt

Caritas Burundi est là pour témoigner  de l’engagement de l’église Catholique en faveur des pauvres et des vulnérables qui est la mission de l’Eglise Catholique du Burundi a ajouté l’Abbé Secrétaire Général de Caritas Burundi lors de son discours d’accueil de ces invités. Une nouvelle approche sera intégrée dans nos plans  pour réaliser des activités  qui ont un impact visible.

La fête du travail et des travailleurs  dédiée  à saint Joseph est un honneur pour toute personne qui veut valoriser son travail et surtout le travail en faveur des pauvres qui est fait par les Caritas.

Mise à jour le Mardi, 02 Mai 2017 14:11

Page 10 sur 15

Au terme du Jubilé de la Miséricorde, le Pape François a institué la Journée Mondiale des Pauvres, afin que dans le monde entier les communautés chrétiennes deviennent toujours davantage et mieux signe concret de la Charité du Christ pour les personnes les plus défavorisées et les plus marginalisées dans nos milieux de vie et pour que les pauvres soient considérés comme partie intégrante de nos communautés avec un rôle particulier à y jouer

JA slide show