«N’aimons pas en paroles, mais par des actes» : c’est le thème du message du Pape François, en vue de la première Journée mondiale des Pauvres, qui se tiendra le 19 novembre prochain, 33e dimanche du Temps Ordinaire, avant la Solennité du Christ-Roi.

SITE DU RESEAU CARITAS BURUNDI

Les projets exécutés par Caritas Burundi ont un impact palpable sur la vie de la population, la production a augmenté dix fois

Envoyer Imprimer PDF

La Caritas du diocèse de Rutana dans ses activités de développement s’investit dans le domaine de la sécurité alimentaire depuis quelques années. 12 000 ménages ont bénéficiés des vaches , chèvres et  semences  dans le cadre du  projet de productivité  et de développement des marchés agricoles PRODEMA dont Caritas Burundi a exécuté dans ce Diocèse , des résultants à la contribution de la sécurité alimentaire sont visibles. Les revenus ont été augmentés de même que la production agricole.

C’est le témoignage de  monsieur Nizigiyimana Claver originaire de la zone Gitaba dans la province de Rutana. Aujourd’hui, il est   propriétaire d’une vache moderne qui produit au moins 8 litres du lait par jour avec une grande quantité du fumier qui lui aide à entretenir ses champs. 

rutana photo


« Depuis que j’ai cette vache moderne, la vie a changé, avant la production était très insuffisante, avec cette vache, ma production agricole a passé de 40 kg de mais jusqu’à plus de 400 kg , aujourd’hui une production de banane  est satisfaisante vous le voyez vous-même . Mes enfants boivent du lait grâce à cette vache que j’ai obtenu dans ce projet.

Quand les voisins sont malades, ils viennent me demander du lait. Et aujourd’hui moi j’ai déjà  donné une génisse  aux autres qui n’en avaient pas comme c’était prévus  dans ce projet. »



Ces paysans de Rutana se sont regroupés dans une association dénommée « Yaga Inka » et ils se sont donnés l’objectif de se donner entre eux une vache en vue de  se renforcer économiquement. Ils demandent  à être assistés pour avoir l’élevage du petit bétail pour compléter l’élevage des vaches.

Mise à jour le Mercredi, 26 Avril 2017 13:00

Le diocèse de Muyinga s’investit dans la sécurité alimentaire avec le Centre Agro pastoral de Mutwenzi de la paroisse Kanyinya

Envoyer Imprimer PDF

Le centre Agro pastoral de Mutwenzi de la paroisse Kanyinya en province de Kirundo dans le diocèse de Muyinga est un centre de rayonnement agro pastorale de l’église catholique du Burundi. Créé en 1995, le centre est très actif dans la formation agro pastorale des paysans de la région du nord ainsi que la transformation agricole pour pallier au problème de  marchés. Le centre se trouve au bord du lac Rwihinda .Il possède des champs modernes et un élevage  de qualité que les paysans et d’autres chrétiens de la région viennent voir afin de pouvoir s’organiser chez eux.


photo vache mutwenzi

Deux types d’élevage ont été développés, l’élevage des vaches qui produit du biogaz  comme source d’énergie avec un autre type d’ élevage  exclusivement pour la production du lait et du fumier nécessaire pour l’agriculture du centre.

D’après Abbé  Floribert Niyungeko chargé du volet formation au centre,  des habitants du diocèse de Muyinga viennent pendant quelques jours pour apprendre ces techniques agricoles et retournent  chez eux pour apprendre aux autres agri-éleveurs de la région. Ils forment des mini- centre agro pastoraux à l’exemple de ceux qu’ils ont vu au centre de Mutwenzi.

« En 1995, l’évêque d’alors du diocèse de Muyinga Monseigneur NTERERE Jean Berchmans  a constaté que les chrétiens de sa région majoritairement agriculteurs vivent souvent une insécurité alimentaire. Le centre a été  doté des agronomes qui aident dans la formation et l’encadrement de la population. » nous a dit le chargé du volet de la formation.

photo grard mutwenzi

A coté de la formation et de l’encadrement agricole, le centre agro pastorale a initié des projets des transformations des produits agricoles qui ne sont pas consommés dans la région mais qui sont quand même cultivés dans le diocèse .C’est notamment, le tourne sol qui est utilisé dans l’usine pour avoir de nouveaux produit comme l’huile de tourne sol mais aussi avec des dérivés utilisés dans l’alimentation du bétail et vendus aux éleveurs proche du centre comme le dit Abbé Gérard Ngendahayo chargé du volet transformation agricole dans le centre agro pastorale de Mutwenzi .

Le centre Agro pastoral de Mutwenzi transforme également  des ananas pour produire du vin qui est très apprécié « le vin pétillant ».Cette transformation du vin permet aux cultivateurs d’ananas d’avoir un marché d’écoulement de cette denrée qui est produite dans la  province de Muyinga  et dans la province de Kirundo.

photo agri article mutwenzi

Le centre de Muntwenzi est une contribution à la sécurité alimentaire  très appréciée dans la région du nord par la population d’autant plus que cette région est souvent dans l’insécurité alimentaire.

Les rapports récents montrent que les provinces de Kirundo et Muyinga sont dans une insécurité alimentaire très aigue mais les personnes qui sont encadrées par ce centre parviennent à faire face à cette insécurité alimentaire. 

Mise à jour le Jeudi, 20 Avril 2017 13:58

Turashobora kwikingira no gukingira abandi ikiza ca Malariya

Envoyer Imprimer PDF

Kw’igenekerezo rya 13 Ntwarante umwaka w’2017, Umushikiranganji w’amagara y’abantu no Kurwanya SIDA  Muganga  Josiane NIJIMBERE yaratangaje icese ko indwara ya Malariya yabaye ikiza mu Burundi. Ivyo yabitangaje afatiye ku biharuro biranga iyo ndwara kuva mu mwaka w’2015 gushika mu ntango z’u mwaka w’2017.

 Ibiharuro vy’abarwaye malariya  vyerekana ko abantu bagera kuri 1.969.414 bagwaye malariya mu mezi abiri ya mbere yo mu mwaka 2016 mugihe abagera ku 2.117.655 bafashwe nico kiza muruno mwaka m u mezi abiri ya mbere yo mu 2017.Muri ivyo bihe nyene, abantu bitavye Imana bahitanywe n’indwara ya malariya ni  930 mu 2016 na 948 mu mezi abiri ya mbere y’umwaka wa 2017.

Mu gutangaza ko Malariya yabaye ikiza , Umushikiranganji w’amagara y’abantu no kugwanya SIDA yahamagariye abasanzwe bafasha Uburundi, amashirahamwe yose yegwa n’ikibazo c’amagara y’abantu eka mbere n’abantu bose kugira bahagurukire rimwe bagwanye bimwe bidasanzwe ico kiza ca malariya.

Caritas Burundi ntiyasigaye inyuma mur’urwo rugamba rudasanzwe rwo kurwanya malarariya na mwaburya isanzwe ariyo ijejwe ibikorwa bijanye no kwirinda iyo ndwara uhereye hasi mu mihana y’igihugu.Ico gikorwa co kurwanya malariya Caritas Burundi ikirangura iciye ku banywanyi b’amashirahamwe yatowe kw’iKomine  basanwze bari ku mutumba uwo ari we wese.

Twokora iki mur’iki gihe kugira twikingire malariya ? Mbega None Caritas Burundi igusavye iki mu ntumbero  y’uko wikingira ukongera ugakingira abandi indwara ya malariya ?


photo malaria rogne

Nk’uko abajejwe amagara y’abantu na cane cane abari mu gisata co kurwanya malariya bama babivuga, Caritas Burundi irasubiriye kubibutsa ko mwokwitwararika iminsi yose ibi bikurikira :

  • Munyarukire kwa muganga mu gihe cose mufise ibimenyetso vy’indwara ya malariya : Ikimenyetso nyamukuru naco akaba ari ubushuhe, gucika intege, kumeka umutwe no kurura mu kanwa ;
  • Mwitwararike kugira isuku ry’aho mubaye, murwanye ico cose cotuma imibu igwirirana iruhande y’uburaro bwanyu : kwigiza kure ico cose gituma mazi atega, canke ivyatsi vyegereye uburyamo kuko imibu niho ikunda kurondokera ;
  • Mwame muryama iminsi yose mu musegetera uri mwo umuti wica imibu. Mu kurindira ko Ubushikiranganji bw’amagara y’abantu no kurwanya SIDA bubaronsa iyindi misegetera mw’isekeza buriko burategura mur’uyu mwaka w’2017, musabwe kubungabunga neza imisegetera musanganywe mukayikoresha ico yagenewe n’ukuvuga kuyiryamamwo iminsi yose.

Ni mwitwararika ivyo tubabwiye muzoba mufashije mu kwikingira malariya.

Caritas Burundi irabasavye ko mu gusahiriza urwo rugamba rwo kurwanya malariya mwohimiriza Mubicicije mu mibano ya paroisse canke mu mihari ikukira paroisse abo bose muri kumwe.N’abari mu yandi mashengero basabwe nabonyene guhimiriza abo bajejwe kugira birinde malariya.

Mise à jour le Vendredi, 07 Avril 2017 13:14

Caritas Burundi lance le Projet « Emergency Appel » pour les provinces de Bubanza et Kirundo

Envoyer Imprimer PDF

Caritas Burundi a procédé au lacement officiel  du projet EA07/2017 dans la province de Bubanza au nord est du Burundi  mardi  le 04 Avril 2017. Ce projet a pour objectif principal de porter une assistance aux personnes vulnérabilisées par l’insécurité alimentaire  dans les provinces de Kirundo au nord du Burundi et Bubanza. En tout 12500 bénéficiaires seront assistés dans le cadre de ce projet dans les deux provinces.


image art

Après plusieurs mois de sécheresse dans les différentes localités de ces provinces, Caritas Burundi a lancé un appel aux autres Caritas  internationales pour venir en aide aux vulnérables. C’est ainsi que cet appel a été entendu et certaines ont déjà répondues à l’appel jusqu’à 70% des fonds nécessaires pour  le projet.

«  Secourir les vulnérables avec une méthodologie de bons d’achat pour promouvoir le développement des communautés c’est notre mission principale a déclaré le secrétaire général de Caritas Burundi dans le discours d’ouverture  de l’atelier de lancement».

Les vulnérables sont des personnes dignes, il faut les écouter pour répondre à leurs besoins réels. A t-il ajouter Abbé Jean Bosco Nintunze.

« Des gens meurent chaque jour, d’autres fuient vers les pays voisins suite à l’insécurité alimentaire .Moi comme curé de la paroisse je suis très dépassé par cette situation et je ne trouve pas des mots pour exprimer mes remercîments à Caritas Burundi qui a lancé cet appel d’urgence ». Ce sont les propos du curé de la paroisse Ruhehe du diocèse de Muyinga au nord du Burundi.

alt

« Nous sommes très reconnaissants envers Caritas Burundi car nous avions toqué partout et personne n’avait  répondue. Depuis Janvier de l’année 2016, les habitants de ma paroisse vivent dans une insécurité alimentaire. Plus grave encore, suite au contexte politique, il est difficile d’accéder aux bénéficiaires de la province de Kirundo pour  d’autres organisations non gouvernementales. Mais grâce à la neutralité et l’expertise de Caritas Burundi, les autorités de Kirundo collaborent bien avec nous ».Propos du curé de la paroisse Muhuzu , une des zones les plus touchées par l’insécurité alimentaire.

Mise à jour le Mercredi, 05 Avril 2017 13:07

Le mois de février est resté déficitaire au régime pluviométrique selon le rapport mVam

Envoyer Imprimer PDF

L’appréciation des agriculteurs sur le régime pluviométrique corrobore avec la tendance de l’amélioration du régime telle qu’enregistrée par les stations de relevés pluviométriques de l’IGEBU .Le même institut, qui par ailleurs préconise une amélioration globale de la situation avec retour à la neutralité(ou la fin des phénomènes El Nino et la Nina) dans certaines localités (dépressions du Nord Est et de l’Ouest du pays) connaitraient toujours une tendance déficitaire de la pluviométrie.

Les données du rapport du Programme Alimentaire Mondial dont Caritas Burundi participe à la collecte montre que le régime pluviométrique s’est amélioré dans 50% des communautés suivies à travers le Mvam mais dans l’ensemble les précipitations du mois de février sont considérées comme déficitaires ; dans 12% comme excédentaire et dans 38% des cas comme répondant normalement aux besoins de la saison et des cultures.

Sur base de cette appréciation communautaire, le régime pluviométrique s’est considérablement amélioré dans les provinces de Muramvya et Kirundo où il est considéré comme normal par totalité des communautés et dans plus de 67% dans les provinces de Mwaro, Ngozi et Bujumbura mairie. Par contre, le plus grand déficit des précipitations est signalé dans les provinces de Cankuzo,Cibitoke,Gitega,Kayanza et Muyinga où la totalité des communautés en fait mention.

Toutefois, à la suite des fortes pluies et tempêtes du 13 au 15 mars 2017, environ 102 ménages dans les sous-collines de Rimbo et Nyarunazi de Bubanza ont perdu leurs maisons et cultures entières.

Au cours de la première décade du mois de février 2017,les précipitations ont été globalement déficitaires et en deçà de 90% sur l’ensemble du pays voire même extrêmement déficitaire dans centaines contrées du nord-est (dans les provinces de Kirundo, Muyinga et Cankuzo ) avec moins de 50% .La région centrale qui enregistre un régime pluviométrique déficitaire lors des 2 premières décades est subitement marquée par un régime pluviométrique excédentaire  en particulier dans la province de Ruyigi ce qui constitue un double impact négatif dans le mois de février.

Dans l’ensemble et selon le calendrier agricole, les semis et plantations pour la saison B doivent intervenir de mi-février à mi-mars d’où le régime pluviométrique excédentaire qui a prévalu  durant le mois de février ne devrait pas être défavorable outre mesure pour les cultures de la saison.

Mise à jour le Lundi, 03 Avril 2017 15:40

Page 5 sur 9