«N’aimons pas en paroles, mais par des actes» : c’est le thème du message du Pape François, en vue de la première Journée mondiale des Pauvres, qui se tiendra le 19 novembre prochain, 33e dimanche du Temps Ordinaire, avant la Solennité du Christ-Roi.

SITE DU RESEAU CARITAS BURUNDI

Caritas Burundi organise une conférence sur la fraternité comme pilier de la paix

Envoyer Imprimer PDF

Dans la série des conférences que Caritas Burundi organise depuis un certain temps en partenariat avec Université du Burundi et la chaire Unesco, ce mercredi 03 mai 2017, c’était le tour du thème « la fraternité et le Dialogue ».La fraternité Universelle est –elle une utopie ? S’est interrogé l’abbé Adrien Ntabona qui était l’orateur du jour. Parlant de la fraternité universelle, le langage qui est utilisé , les  frontières linguistiques, les frontières culturelles et enfin la valeur d’ubushingantahe telles sont les grandes articulations de son exposé sur   la fraternité universelle au Burundi.

ntabona

L’abbé Adrien Ntabona a montré que dans le Burundi traditionnel, les valeurs de la fraternité universelle étaient réelles .En témoignent la manière de vivre de nos aïeux et les proverbes utilisés en Kirundi « Umwana ntaba uwumwe  ou encore Umubanyi niwe muryango».Certaines pratiques montrent que  les burundais vivent cette fraternité sans distinction d’ethnie et de région. « Quand, il y avait chez moi de la bière, mon père me donnait l’ordre d’inviter tous les voisins à venir partager la bière sans distinction. Je me souviens que je voyais à la maison tout le monde. Quelque soit la quantité, tous le monde devrait gouter à la bière ». a révélé Abbé Adrien Ntabona aux participants à cette conférence. Autre chose qui était importante dans le passé c’était la pratique de donner des vaches aux personnes qui étaient victimes de l’incendie ou autres catastrophes ce qu’on appelle « Kuvyukiriza».

Avec le déclenchement de la crise qui frappe le Burundi depuis l’indépendance, l’esprit d’égoïsme s’est développé entraînant la détérioration de la fraternité  en faveur de la haine. Cette fraternité est menacée également dans le monde même en Europe .L’exemple est celui de l’émergence du terrorisme dans  le monde et le nazisme au 19ème siècle.

La valeur d’Ubushingantahe est incontournable dans la promotion de la fraternité au Burundi, a dit Adrien Ntabona. Umushingantahe incarne la responsabilité et la justice dans la société burundaise. Il doit intervenir pour résoudre tout conflit  sans distinction .Il doit écouter tous le monde et donner sa contribution malgré la divergence d’opinionpublic.

La fraternité universelle appelle au respect de l’environnement selon Abbé Adrien Ntabona car respecter la nature c’est respecter l’autre et favoriser la fraternité. « Quand je suis allé en Chine, j’ai vu une colonne des enfants qui étaient sur des motocyclettes, tous portaient des cachez nez suite la pollution de l’air ».Si nous ne prenons pas garde, nous allons détruire notre fraternité en détruisant notre environnement a conclu l’abbé Adrien Ntabona.

La conférence de mercredi  03 mai 2017 a vu la participation des invités de marque en provenance d’Allemagne, il s’agit de Philip Kheil et Joyce Muvunyi qui avaient représenté la fondation de Badden Wurttemberg  pour la coopération et le développement qui appui l’organisation de ces conférences.

Caritas Burundi célèbre la fête du travail et des travailleurs avec des invités de marque venus d’Allemagne

Envoyer Imprimer PDF

La fête du travail et des travailleurs  à la Caritas Burundi a été très agréable pour le 1er mai 2017.Autour du partenariat avec l’Université du Burundi dans sa faculté d’ISCO et une organisation  allemande « fondation de Badden Wurttemberg pour la Coopération et le Développement  SEZ », le personnel et les invités  étaient tous  ensemble dans un endroit calme tout près du Lac Tanganyika dans le sud du pays à Nyanza Lac à plus de 120 km de Bujumbura la Capital. Autour d’un verre, les échanges étaient conviviaux pour feter le partenariat et la fête du travail et des travailleurs.

photo partenariat

Avec ce partenariat, Caritas –Université du Burundi et Cette organisation allemande, un programme d’éducation à la paix sera mené au Burundi ou la paix a été toujours une question délicate depuis l’indépendance jusqu’aujourd’hui.

La fête a été organisée alors que l’abbé secrétaire Général de Caritas Burundi venait d’une mission de travail avec les autres Caritas Africaine au Sénégal. Lors de cette mission, la question de partenariat a été encore une fois abordée. « Ce que nous sommes en train de faire aujourd’hui en présence des représentants  de l’Université du Burundi avec ceux de cette organisation allemande qui va nous soutenir dans ce programme rentrent déjà dans le cadre du partenariat » a dit l’abbé secrétaire Général de Caritas Burundi Jean Bosco Nintunze.

Les invités à ces cérémonies ont remercié Caritas Burundi pour l’accueil très chaleureux et ont promis  de soutenir Caritas Burundi via son programme qui va concerner l’organisation des conférences sur la paix. Le représentant de cette organisation allemande  Philipp Keil a félicité Caritas Burundi pour ses réalisations, raison pour laquelle, elle sera disponible pour soutenir Caritas Burundi.

alt

Caritas Burundi est là pour témoigner  de l’engagement de l’église Catholique en faveur des pauvres et des vulnérables qui est la mission de l’Eglise Catholique du Burundi a ajouté l’Abbé Secrétaire Général de Caritas Burundi lors de son discours d’accueil de ces invités. Une nouvelle approche sera intégrée dans nos plans  pour réaliser des activités  qui ont un impact visible.

La fête du travail et des travailleurs  dédiée  à saint Joseph est un honneur pour toute personne qui veut valoriser son travail et surtout le travail en faveur des pauvres qui est fait par les Caritas.

Mise à jour le Mardi, 02 Mai 2017 14:11

Les projets exécutés par Caritas Burundi ont un impact palpable sur la vie de la population, la production a augmenté dix fois

Envoyer Imprimer PDF

La Caritas du diocèse de Rutana dans ses activités de développement s’investit dans le domaine de la sécurité alimentaire depuis quelques années. 12 000 ménages ont bénéficiés des vaches , chèvres et  semences  dans le cadre du  projet de productivité  et de développement des marchés agricoles PRODEMA dont Caritas Burundi a exécuté dans ce Diocèse , des résultants à la contribution de la sécurité alimentaire sont visibles. Les revenus ont été augmentés de même que la production agricole.

C’est le témoignage de  monsieur Nizigiyimana Claver originaire de la zone Gitaba dans la province de Rutana. Aujourd’hui, il est   propriétaire d’une vache moderne qui produit au moins 8 litres du lait par jour avec une grande quantité du fumier qui lui aide à entretenir ses champs. 

rutana photo


« Depuis que j’ai cette vache moderne, la vie a changé, avant la production était très insuffisante, avec cette vache, ma production agricole a passé de 40 kg de mais jusqu’à plus de 400 kg , aujourd’hui une production de banane  est satisfaisante vous le voyez vous-même . Mes enfants boivent du lait grâce à cette vache que j’ai obtenu dans ce projet.

Quand les voisins sont malades, ils viennent me demander du lait. Et aujourd’hui moi j’ai déjà  donné une génisse  aux autres qui n’en avaient pas comme c’était prévus  dans ce projet. »



Ces paysans de Rutana se sont regroupés dans une association dénommée « Yaga Inka » et ils se sont donnés l’objectif de se donner entre eux une vache en vue de  se renforcer économiquement. Ils demandent  à être assistés pour avoir l’élevage du petit bétail pour compléter l’élevage des vaches.

Mise à jour le Mercredi, 26 Avril 2017 13:00

Le diocèse de Muyinga s’investit dans la sécurité alimentaire avec le Centre Agro pastoral de Mutwenzi de la paroisse Kanyinya

Envoyer Imprimer PDF

Le centre Agro pastoral de Mutwenzi de la paroisse Kanyinya en province de Kirundo dans le diocèse de Muyinga est un centre de rayonnement agro pastorale de l’église catholique du Burundi. Créé en 1995, le centre est très actif dans la formation agro pastorale des paysans de la région du nord ainsi que la transformation agricole pour pallier au problème de  marchés. Le centre se trouve au bord du lac Rwihinda .Il possède des champs modernes et un élevage  de qualité que les paysans et d’autres chrétiens de la région viennent voir afin de pouvoir s’organiser chez eux.


photo vache mutwenzi

Deux types d’élevage ont été développés, l’élevage des vaches qui produit du biogaz  comme source d’énergie avec un autre type d’ élevage  exclusivement pour la production du lait et du fumier nécessaire pour l’agriculture du centre.

D’après Abbé  Floribert Niyungeko chargé du volet formation au centre,  des habitants du diocèse de Muyinga viennent pendant quelques jours pour apprendre ces techniques agricoles et retournent  chez eux pour apprendre aux autres agri-éleveurs de la région. Ils forment des mini- centre agro pastoraux à l’exemple de ceux qu’ils ont vu au centre de Mutwenzi.

« En 1995, l’évêque d’alors du diocèse de Muyinga Monseigneur NTERERE Jean Berchmans  a constaté que les chrétiens de sa région majoritairement agriculteurs vivent souvent une insécurité alimentaire. Le centre a été  doté des agronomes qui aident dans la formation et l’encadrement de la population. » nous a dit le chargé du volet de la formation.

photo grard mutwenzi

A coté de la formation et de l’encadrement agricole, le centre agro pastorale a initié des projets des transformations des produits agricoles qui ne sont pas consommés dans la région mais qui sont quand même cultivés dans le diocèse .C’est notamment, le tourne sol qui est utilisé dans l’usine pour avoir de nouveaux produit comme l’huile de tourne sol mais aussi avec des dérivés utilisés dans l’alimentation du bétail et vendus aux éleveurs proche du centre comme le dit Abbé Gérard Ngendahayo chargé du volet transformation agricole dans le centre agro pastorale de Mutwenzi .

Le centre Agro pastoral de Mutwenzi transforme également  des ananas pour produire du vin qui est très apprécié « le vin pétillant ».Cette transformation du vin permet aux cultivateurs d’ananas d’avoir un marché d’écoulement de cette denrée qui est produite dans la  province de Muyinga  et dans la province de Kirundo.

photo agri article mutwenzi

Le centre de Muntwenzi est une contribution à la sécurité alimentaire  très appréciée dans la région du nord par la population d’autant plus que cette région est souvent dans l’insécurité alimentaire.

Les rapports récents montrent que les provinces de Kirundo et Muyinga sont dans une insécurité alimentaire très aigue mais les personnes qui sont encadrées par ce centre parviennent à faire face à cette insécurité alimentaire. 

Mise à jour le Jeudi, 20 Avril 2017 13:58

Turashobora kwikingira no gukingira abandi ikiza ca Malariya

Envoyer Imprimer PDF

Kw’igenekerezo rya 13 Ntwarante umwaka w’2017, Umushikiranganji w’amagara y’abantu no Kurwanya SIDA  Muganga  Josiane NIJIMBERE yaratangaje icese ko indwara ya Malariya yabaye ikiza mu Burundi. Ivyo yabitangaje afatiye ku biharuro biranga iyo ndwara kuva mu mwaka w’2015 gushika mu ntango z’u mwaka w’2017.

 Ibiharuro vy’abarwaye malariya  vyerekana ko abantu bagera kuri 1.969.414 bagwaye malariya mu mezi abiri ya mbere yo mu mwaka 2016 mugihe abagera ku 2.117.655 bafashwe nico kiza muruno mwaka m u mezi abiri ya mbere yo mu 2017.Muri ivyo bihe nyene, abantu bitavye Imana bahitanywe n’indwara ya malariya ni  930 mu 2016 na 948 mu mezi abiri ya mbere y’umwaka wa 2017.

Mu gutangaza ko Malariya yabaye ikiza , Umushikiranganji w’amagara y’abantu no kugwanya SIDA yahamagariye abasanzwe bafasha Uburundi, amashirahamwe yose yegwa n’ikibazo c’amagara y’abantu eka mbere n’abantu bose kugira bahagurukire rimwe bagwanye bimwe bidasanzwe ico kiza ca malariya.

Caritas Burundi ntiyasigaye inyuma mur’urwo rugamba rudasanzwe rwo kurwanya malarariya na mwaburya isanzwe ariyo ijejwe ibikorwa bijanye no kwirinda iyo ndwara uhereye hasi mu mihana y’igihugu.Ico gikorwa co kurwanya malariya Caritas Burundi ikirangura iciye ku banywanyi b’amashirahamwe yatowe kw’iKomine  basanwze bari ku mutumba uwo ari we wese.

Twokora iki mur’iki gihe kugira twikingire malariya ? Mbega None Caritas Burundi igusavye iki mu ntumbero  y’uko wikingira ukongera ugakingira abandi indwara ya malariya ?


photo malaria rogne

Nk’uko abajejwe amagara y’abantu na cane cane abari mu gisata co kurwanya malariya bama babivuga, Caritas Burundi irasubiriye kubibutsa ko mwokwitwararika iminsi yose ibi bikurikira :

  • Munyarukire kwa muganga mu gihe cose mufise ibimenyetso vy’indwara ya malariya : Ikimenyetso nyamukuru naco akaba ari ubushuhe, gucika intege, kumeka umutwe no kurura mu kanwa ;
  • Mwitwararike kugira isuku ry’aho mubaye, murwanye ico cose cotuma imibu igwirirana iruhande y’uburaro bwanyu : kwigiza kure ico cose gituma mazi atega, canke ivyatsi vyegereye uburyamo kuko imibu niho ikunda kurondokera ;
  • Mwame muryama iminsi yose mu musegetera uri mwo umuti wica imibu. Mu kurindira ko Ubushikiranganji bw’amagara y’abantu no kurwanya SIDA bubaronsa iyindi misegetera mw’isekeza buriko burategura mur’uyu mwaka w’2017, musabwe kubungabunga neza imisegetera musanganywe mukayikoresha ico yagenewe n’ukuvuga kuyiryamamwo iminsi yose.

Ni mwitwararika ivyo tubabwiye muzoba mufashije mu kwikingira malariya.

Caritas Burundi irabasavye ko mu gusahiriza urwo rugamba rwo kurwanya malariya mwohimiriza Mubicicije mu mibano ya paroisse canke mu mihari ikukira paroisse abo bose muri kumwe.N’abari mu yandi mashengero basabwe nabonyene guhimiriza abo bajejwe kugira birinde malariya.

Mise à jour le Vendredi, 07 Avril 2017 13:14

Page 8 sur 12

Au terme du Jubilé de la Miséricorde, le Pape François a institué la Journée Mondiale des Pauvres, afin que dans le monde entier les communautés chrétiennes deviennent toujours davantage et mieux signe concret de la Charité du Christ pour les personnes les plus défavorisées et les plus marginalisées dans nos milieux de vie et pour que les pauvres soient considérés comme partie intégrante de nos communautés avec un rôle particulier à y jouer

JA slide show