« Abari basangiye ukwemera bari basangiye n’itunga. Baramuka bagurishije ivyo batunze canke ivyimburwa, bakagabura ikiguzi umwumwe akaronka ivyo akeneye » (Ibik. 2, 44-45).

PHOTOS DES REALISATIONS DU RESEAU CARITAS BURUNDI

JA slide show

SITE DU RESEAU CARITAS BURUNDI

BADEC- Caritas NGOZI s’associe à plus de 1600 prisonniers à l’occasion de la première journée internationale des pauvres

Envoyer Imprimer PDF

Sous le haut patronage de son Excellence Gervais BANSHIMIYUBUSA, Evêque du Diocèse de Ngozi, Dimanche, le 19 Novembre 2017, dans les enceintes de la prison centrale des hommes à  Ngozi, s’est déroulée la célébration de la journée internationale des pauvres. Le thème central de cette année est intitulé « N’aimons pas en paroles mais par des actes » tel qu'annoncé par le Saint Père.

photo ngozi journe des pauvres.jpg r2

Les activités de cette journée ont débutées  par une messe célébrée par l’Evêque de Ngozi. Etaient présents dans cette messe, les autorités administratives de la justice et de la police, les représentants des communautés des Sœurs, le personnel du BADEC-Caritas Ngozi ainsi que la communauté chrétienne des prisonniers. Le Secrétaire Exécutif (SE) du BADEC- Caritas Ngozi et aumônier des prisonniers, Abbé Didier BIMENYIMANA a remercié l’Evêque de Ngozi qui a rehaussé de sa présence cette célébration eucharistique. Il a en outre remercié particulièrement le Directeur de la Prison  qui a  accepté et  facilité l’accès à cette maison de détention, le procureur de la République près du Cours d’Appel, le commissaire de Police provincial qui ont tous répondus à l’invitation.

« Dans son homélie, l’évêque de Ngozi s’est basé sur la parole de Dieu de la journée .Il a rappelé à l’assemblée qu’un prisonnier garde l’image de Dieu. Dieu a toujours une mission pour tout être humain. Etre prisonnier, est un clin d’œil qui appelle un pécheur de se ressaisir dans ses actes commis volontairement ou involontairement. Un prisonnier n’est pas synonyme d’un criminel renommé, c’est une personne qui est tombé dans une erreur d’appréciation. Le mal c’est de ne pas se ressaisir a martelé l’Evêque. Les prisonniers sont comptés parmi les pauvres car ils sont privés de liberté. Il a rappelé aux prisonniers que les hommes de la loi et de sécurité ne sont pas leurs ennemis d’autant plus que la mission leur confiée par le Pays  est de  sauvegarder les lois et obligations de la Nation.  Se référant au thème de la journée, l’Evêque a poursuivi son homélie en disant que quelques pauvres vont recevoir de la part de Caritas Ngozi, une petite assistance composée d’habits et des vivres en guise de communion. »

photo ngozi journe des pauvres 3.jpg r 1

A la sortie de la messe, les prisonniers ont agrémenté la journée par des danses traditionnelles connues sous l’appellation en Kirundi « Intore ». Prenant la parole, le Directeur de la Prison, est revenu sur la situation de cette prison qui compte actuellement 1651 personnes. Parmi eux, 30% sont accusés de vol. C’est ainsi qu’il a demandé aux âmes charitables de contribuer surtout dans l’enseignement des métiers quitte à les aider dans la réinsertion socio-économique après leur élargissement.

En fin, le SE du BADEC-Caritas Ngozi accompagné des représentants des prisonniers a procédé à la distribution de l’aide. Les prisonniers n’ont pas manqué de dire qu’ils sont contents d’avoir des personnes qui compatissent de leur souffrance.

                                                          NKURUNZIZA Marius

                                                         PFC au BADEC-Caritas Ngozi

Les pauvres étaient les invités d’honneur à la COPED CARITAS Bururi à l’occasion de leur première journée internationale

Envoyer Imprimer PDF

Dans le diocèse de Bururi, la célébration de la Journée internationale des pauvres  a été organisée samedi le 18 Novembre à la paroisse Cathédrale Sainte Marie Reine de Bururi. Il s’agissait d’une fête des  pauvres car les invités d’honneur étaient les pauvres. Elle a été marquée par une rencontre fraternelle entre quelques représentants des vulnerables vivant dans la paroisse de Bururi avec les représentants de la communauté chrétienne paroissiale. Les cérémonies ont débutées par une eucharistie concélébrée par l’abbé Charles Karorero et Jean Claude Niyongabo, respectivement curé de la paroisse et Vicaire épiscopal de la Région de Bututsi et Secrétaire Exécutif de COPED-CARITAS Bururi.

pauvres.jpg r

La présence la plus remarquée du jour était celle des  dizaines des vulnérables qui avaient été invitées pour prendre part à la fête. Ils étaient accompagnés par les membres des comités de la Caritas dans leurs succursales. Le message du jour a été donné par l’abbé Charles Karorero. Dans son homélie, il a notamment indiqué en substance que « notre récompense dépendra du degré de charité que nous aurons eu les uns envers autres et surtout envers les pauvres « Urukundo twagiriye aboro ni rwo ruzoducira urubanza».

La fête s’est poursuivie dans la salle des réunions de la Caritas diocésaine ou les vulnérables ont eu la joie de partager un verre avec les autres invités. D’autres personnalités ont pris part à la fête, notamment quelques cadres de l’administration provinciale, et quelques hommes d’affaires.

Les personnes vulnérables qui participaient  à la fête ont eu l’occasion exceptionnelle de vivre quelques moments de convivialité avec ceux qu’ils considèrent d’habitude comme leurs bienfaiteurs.

pauvres 1.jpg r

Plusieurs allocutions ont été prononcées ; celle du président du comite paroissial de la Caritas, celle du représentant des vulnérables, celle du représentant des invités, ainsi que celle du Secrétaire  exécutif de COPED-CARITAS.

Monsieur L’abbé Jean Claude Niyongabo a saisi l’occasion pour annoncer que dans le cadre de la célébration de la Journée internationale des pauvres, la Caritas diocésaine avait appuyé la Caritas paroissiale de Bururi par un don de quelques vêtements qui seront prochainement distribués aux pauvres de la paroisse, aux enfants de l’orphelinat de Kiremba (Sud), et aux prisonniers de la maison d’arrêt de Bururi et à ceux de la prison centrale de Rumonge

Autre témoignage frappant de la célébration de cette journée, c’est que la Caritas diocésaine allait appuyer les Caritas paroissiales dans la réalisation d’une œuvre caritative destinée à l’hygiène corporelle et vestimentaire des personnes vulnérables, surtout les personnes âgées ou vivant avec différents types d’handicap physique ou mentale. La fête a été clôturée par la distribution des vêtements aux vulnérables.

           Zénon Nzeyimana

          P F Communication

      COOPED CARITAS BURURI

Mise à jour le Mardi, 21 Novembre 2017 08:22

Les pauvres étaient les invités d’honneur à la COPED CARITAS Bururi à l’occasion de leur première journée internationale

Envoyer Imprimer PDF

Dans le diocèse de Bururi, la célébration de la Journée internationale des pauvres  a été organisée samedi le 18 Novembre à la paroisse Cathédrale Sainte Marie Reine de Bururi. Il s’agissait d’une fête des  pauvres car les invités d’honneur étaient les pauvres. Elle a été marquée par une rencontre fraternelle entre quelques représentants des vulnerables vivant dans la paroisse de Bururi avec les représentants de la communauté chrétienne paroissiale. Les cérémonies ont débutées par une eucharistie concélébrée par l’abbé Charles Karorero et Jean Claude Niyongabo, respectivement curé de la paroisse et Vicaire épiscopal de la Région de Bututsi et Secrétaire Exécutif de COPED-CARITAS Bururi.

pauvres.jpg r

La présence la plus remarquée du jour était celle des  dizaines des vulnérables qui avaient été invitées pour prendre part à la fête. Ils étaient accompagnés par les membres des comités de la Caritas dans leurs succursales. Le message du jour a été donné par l’abbé Charles Karorero. Dans son homélie, il a notamment indiqué en substance que « notre récompense dépendra du degré de charité que nous aurons eu les uns envers autres et surtout envers les pauvres « Urukundo twagiriye aboro ni rwo ruzoducira urubanza».

La fête s’est poursuivie dans la salle des réunions de la Caritas diocésaine ou les vulnérables ont eu la joie de partager un verre avec les autres invités. D’autres personnalités ont pris part à la fête, notamment quelques cadres de l’administration provinciale, et quelques hommes d’affaires.

Les personnes vulnérables qui participaient  à la fête ont eu l’occasion exceptionnelle de vivre quelques moments de convivialité avec ceux qu’ils considèrent d’habitude comme leurs bienfaiteurs.

pauvres 1.jpg r

Plusieurs allocutions ont été prononcées ; celle du président du comite paroissial de la Caritas, celle du représentant des vulnérables, celle du représentant des invités, ainsi que celle du Secrétaire  exécutif de COPED-CARITAS.

Monsieur L’abbé Jean Claude Niyongabo a saisi l’occasion pour annoncer que dans le cadre de la célébration de la Journée internationale des pauvres, la Caritas diocésaine avait appuyé la Caritas paroissiale de Bururi par un don de quelques vêtements qui seront prochainement distribués aux pauvres de la paroisse, aux enfants de l’orphelinat de Kiremba (Sud), et aux prisonniers de la maison d’arrêt de Bururi et à ceux de la prison centrale de Rumonge

Autre témoignage frappant de la célébration de cette journée, c’est que la Caritas diocésaine allait appuyer les Caritas paroissiales dans la réalisation d’une œuvre caritative destinée à l’hygiène corporelle et vestimentaire des personnes vulnérables, surtout les personnes âgées ou vivant avec différents types d’handicap physique ou mentale. La fête a été clôturée par la distribution des vêtements aux vulnérables.

                                                                                                                                                                                                                Zénon Nzeyimana

                                                                                                                                                                                                               P F Communication

                                                                                                                                                                                                           COOPED CARITAS BURURI

Organiser une formation et partager le repas aux pauvres, telles sont les activités organisées par le Diocèse de Rutana à l’occasion de la journée des pauvres

Envoyer Imprimer PDF

A l’occasion de la première journée internationale des pauvres, le Diocèse de RUTANA  a organisé une série d’activités à l’intention des plus pauvres de la paroisse Rutana. En premier lieu, les Communautés Ecclésiales de Base ont sélectionnés les plus pauvres pour leur donner de la place en cette première journée.

 photo formation.jpg r

Dans le but de renforcer les capacités des pauvres de la paroisse Rutana, une formation a été organisée  vendredi le 17 novembre. Le curé de la paroisse RUTANA, Abbé Gilbert BURIHABWA leur a montrés qu’ils ont tout le nécessaire pour pouvoir se développer et être utile aux autres. « Même si  beaucoup d’entre vous, pensez que vous êtes plus pauvres, vous avez des choses à donner, soyez fiers de vous, tout simplement  il y en a  qui ont des richesses mais qui manquent une richesse spirituelle par exemple ». Leur à conseillé le curé de la paroisse Rutana.

Une messe a été également célébrée  dimanche  par l’Evêque du Diocèse RUTANA Mgr Bonaventure NAHIMANA, pour prier à notre pays qui est très touché par la pauvreté. Après avoir lu la parole de Dieu  dédiée à cette journée internationale des pauvres envoyée par le Pape , l’Evêque a rappelé tous les représentants des communautés ecclésiales de base qu’ils doivent connaitre tous les pauvres de leurs communautés et d’être toujours près d’eux.

photo repas.jpg r

Enfin après la messe, l’Evêque du Diocèse RUTANA  et les représentants du Diocèse de SOLA(ITALIE) qui sont en visite dans notre Diocèse se sont joints aux pauvres de la paroisse RUTANA  dans un rafraîchissement au centre pastoral du Diocèse RUTANA.
Dans son allocution, l’Evêque du Diocèse de RUTANA a expliqué  la pauvreté à trois niveaux. « La pauvreté physique, spirituelle et intellectuelle, pour dire que vous avez-vous aussi à donner aux autres  » a-t-il dit aux pauvres invités au rafraîchissement. Pour clôturer la journée, il y a eu distribution des  vivres pour ces pauvres. Les vivres distribués avaient  été collectés par les Communautés Ecclésiales de Base de la paroisse Rutana.



Thierry NSENGIYUMVA

P F Communication

ODECO-Caritas RUTANA

« N’aimons pas en paroles mais par des actes » à l'Occasion de la première journée des pauvres

Envoyer Imprimer PDF

Le 13 Juin 2017, en la fête de Saint Antoine de Padoue, le Saint Père a lancé la première journée mondiale des pauvres qui sera célébrée le 33ème  dimanche du Temps Ordinaire de chaque année. La première journée coïncide avec  ce dimanche  19 novembre 2017.Dans son message ayant comme thème  « N’aimons pas en paroles mais par des actes », le Pape François lance un appel à tous les chrétiens de manifester la charité à l’endroit des pauvres comme signe d’amour en partageant la nourriture et autres biens. La charité doit être manifestée à cette occasion de la journée des pauvres pour donner de la joie aux misérables et d’autres vulnérables qui sont rejetés par leurs communautés.

photo journe des pauves ou logos.jpg r

Cette journée est lancée par le  Pape au moment où la pauvreté au Burundi devient de plus en plus un phénomène inquiétant. Les catégories les plus touchées sont les personnes âgées les jeunes au chômage, les familles sans accès à la terre et à l’emploi, les personnes vivant avec le handicap et /ou ayant des maladies chroniques ...

La situation de la pauvreté s’est aggravée souvent avec les crises politiques qui sont répétitives dans notre pays. Suite aux crises  socio- politiques qui ont endeuillé le Burundi depuis l’indépendance, des centaines de milliers de  burundais vivent dans des conditions misérables à l’exil et ceux qui rentrent dans le pays trouvent leurs zones de provenance, affectées par une insécurité alimentaire grave.

 Même si   les réfugiés  commencent à rentrer ce qui est une bonne chose, la situation humanitaire à l’intérieur du Burundi laisse à désirer. Selon les rapports des organisations humanitaires  beaucoup de burundais sont des déplacés internes suite aux crises et  à l’insécurité alimentaire qui sévit dans plusieurs provinces du pays.

Caritas Burundi avec ses Caritas sœurs ont initié des projets d’urgence pour venir en aide aux victimes de l’insécurité alimentaire dans les provinces de Bubanza , Cibitoke et Kirundo où le phénomène était très inquiet. Les efforts pour alléger la souffrance des victimes reste minime à voir le nombre de burundais qui sont en besoin d’assistance. D’après les informations recueillies auprès de nos Communautés Ecclésiales de Base (CEB), les provinces  de Kirundo , Muyinga , Bubanza ,Cibitoke  Rutana et Karuzi seraient les plus touchées.  

 Selon le PNDUD, le Burundi est classé 184ème  sur 188 pays à l’indice de développement humain. En plus de l’instabilité et de la détérioration de l’économie, les catastrophes naturelles ont aggravé la vulnérabilité des communautés. Des  millions de personnes ont été touchées par les inondations, les glissements de terrain, les fortes pluies et les tempêtes au cours de la dernière année. La majorité de la population n’a pas la capacité de résister et de rebondir face à ces chocs. Elle a besoin d’assistance et de protection. Tous ces phénomènes sont à l’origine de la multiplication des pauvres dans notre pays. Cette vulnérabilité est aggravée par  le recul des soutiens financiers des pays partenaires.

Avec une démographie galopante et une  densité la plus élevée au monde,  90% de la population vit en milieu rural et pratique essentiellement une agriculture de subsistance. La pression sur les ressources naturelles s’est fortement aggravée. Le pays compte aujourd’hui environ 7,3 millions de personnes (soit 65% ) vivant en dessous du seuil de pauvreté selon toujours les études menées par le PNUD . A cela s’ajoutent la dépréciation de la monnaie burundaise, une pénurie de devises, une baisse importante des activités commerciales, l’augmentation significative des prix des produits de première nécessité et la réduction des opportunités d’emplois.

« L’insuffisance de nos moyens d’action ne doit pas constituer une excuse à l’attentisme, car le développement des pauvres ne peut se faire que par les pauvres eux-mêmes. C’est pourquoi nous encourageons fermement les échanges au sein de nos Eglises dans l’hémisphère-sud, la capitalisation des expériences et la mutualisation de compétence et des ressources, l’harmonisation à tous les niveaux des directives qui guident notre engagement collectif. » Ont déclaré  les Archevêques et Evêques africains présidents des Conférences Episcopales  et les Evêques présidents des Caritas Africaines  en Septembre dernier  à Dakar.

Malgré tout ces problèmes qui favorisent la multiplication des  pauvres au Burundi, le pays regorge de pas mal d’opportunités pour relever les communautés de cette misère déshonorante. Le Sol  reste fertile, nombreuses rivières et lacs fournissent de l’eau douce à la population et à la faune, pouvant ainsi favoriser une agriculture intensive et de rente.

A cette occasion où le Pape François nous appelle  à penser aux pauvres, Caritas Burundi lance un appel à tous les acteurs politiques  et économiques  et surtout le gouvernement, d’initier  des projets  en  faveur des pauvres.  Caritas Burundi demande aux bienfaiteurs   et aux autres bailleurs de venir en aide aux pauvres burundais.

Caritas Burundi  appelle tous les burundais  à expérimenter le partage  des biens et d’autres richesses que le tout puissant  a mis à leur disposition pour réduire la misère.  Comme disait  Mère Thereza “Si vous ne pouvez pas nourrir  cent personnes, nourrissez- en au moins une ”.

Faisons donc un effort pour être solidaire avec les pauvres et mobilisons nous contre la pauvreté dans notre pays.

Activités organisées par Caritas Burundi

Pour cette journée, Caritas Burundi va célébrer  une messe au Siège de cette organisation le 17 novembre 2017, sous  le thème "N’aimons pas en paroles, mais par des actes" et le célébrant préparera une réflexion sur le thème. Cette messe commencera à 12h 15 ' au Secrétariat National  de  Caritas Burundi   et  le personnel des Caritas sœurs y est convié.  Une quête sera organisée pour accompagner le don des vêtements à donner aux prisonniers de Mpimba le 19 novembre 2017

Caritas Burundi va Coordonner les activités d'animation de la Journée Mondiale des Pauvres en organisant une émission Radio sur le thème de la pauvreté. Des interviews passeront également  dans les autres médias de la place. 

Caritas Burundi va informer ses partenaires dont Caritas Internationalis  et Caritas Africa sur le déroulement de ces activités préparées pour la Première Journée Mondiale des pauvres.



[1] Message du Pape au lancement de la journée des pauvres 

Mise à jour le Vendredi, 17 Novembre 2017 15:14

Page 9 sur 19