«N’aimons pas en paroles, mais par des actes» : c’est le thème du message du Pape François, en vue de la première Journée mondiale des Pauvres, qui se tiendra le 19 novembre prochain, 33e dimanche du Temps Ordinaire, avant la Solennité du Christ-Roi.

SITE DU RESEAU CARITAS BURUNDI

Le pardon et la vérité au cœur de Caritas Burundi

Envoyer Imprimer PDF

La chaire Unesco en partenariat avec Caritas Burundi, l’atelier école de la foi avec le soutien du diocèse Rottemburg Stuttgart a organisé une conférence sur le pardon et la vérité mercredi le 23 mars 2017. Deux grands conférenciers étaient invités dont l’Abbé Simbanduku Célestin,  professeur au grand séminaire de Gitega et professeur Joseph  Ndayisaba, enseignant à l’Université du Burundi.


article 2Cette conférence organisée dans le cadre du projet éducation à la paix a rassemblé les jeunes universitaires et les enseignants des différentes universités de la place. L’ouverture de cette conférence a été faite par l’Abbé secrétaire Général de Caritas Burundi. Dans son mot d’accueil, Abbé Jean Bosco Nintunze a rappelé que cette séance sera un moment important d’apprendre. « Le dialogue, une arme des âmes fort »a-t-il indiqué en rappelant aux participants le thème de cet atelier qui est «  le Pardon et la vérité ».

Le premier  orateur du jour était monsieur l’Abbé  Célestin Simbanduku, professeur enseignant au Grand Séminaire de Gitega. Le thème était le pardon et la vérité. « La force du pardon, donner complètement, totalement jusqu’au bout ». Telle est la définition du pardon.

Jésus est le modèle du pardon. « Père pardonner- les car ils ne savent ce qu’ils font », ce sont les mots de Jésus à la croix. D’après cet expert, le pardon a une force sans égale. Elle a la force de restauration communautaire voire même nationale.

Le pardon est un projet de Dieu de faire des enfants qui vivent dans un monde réconcilié. Le pardon est la pierre  angulaire dans la famille, dans les partis politiques et dans les associations. Avec la Commission Vérité Réconciliation, la parole est très importante aux victimes et aux bureaux mais aussi le pardon est indispensable a révélé l’abbé Célestin Simbanduku.


article

Le second conférencier est le professeur Joseph Ndayisaba sur les conflits. « Comme chaque  personne veut  ses intérêts,  les intérêts de l’autre deviennent un problème et source de conflits ».Cet éminent professeur  a révélé que en utilisant la force on s’use progressivement. Il faut toujours mettre en avant le dialogue pour réduire les conflits. Avec le dialogue, on apprend la souffrance de l’autre, on apprend à vivre ensemble mais comme le disait haut l’abbé Secrétaire général de Caritas Burundi, le dialogue est l’arme des hommes forts.

Le prochain rendez-vous est fixé au 21 Avril à l’université du Burundi dans l’Institut Pédagogique Appliquée IPA , des  grands professeurs feront des exposés dont l’Abbé Adrien Ntabona.

Plus de trois cents ménages sont des sans abris à Gihanga

Envoyer Imprimer PDF

Plus de 300 maisons ont été détruites dans la nuit de ce mercredi dans la commune de Gihanga en province de Bubanza .Cette catastrophe s’est produite suite aux pluies torrentielles qui se sont abattues dans cette région .Les victimes sont essentiellement des enfants et des femmes. Selon l’administration locale de Bubanza , ces victimes n’ont pas jusqu’ici reçu aucune aide et demande la main des bienfaiteurs.

Ces pluies  se  sont également observées dans la mairie de Bujumbura dans les quartiers de Jabe, Bwiza ,kinama et Carama faisant beaucoup de dégâts matérielles. Les médias sur place rapportent une cinquantaine de maisons détruites dans ces différents  quartiers et 3 véhicules endommagés.


dgat buterere gihanga slide

A cote des infrastructures qui ont été touchées, des champs de culture ont été également touchées.Ce qui va encore une fois exposer les habitants de Gihanga à une insécurité alimentaire qui était jusqu’ici signalée.

Dans la province de Bujumbura, certaines communes ont été également touchées par ces pluies torrentielles .C’est notamment les localités  de Mutimbuzi et Magara.

Ces dégâts sont signalés 4 jours après ceux de la Commune de Buterere qui ont entrainé des centaines des sans abris. Les victimes demandent des aides en habits pour les enfants et pour les femmes mais aussi des shittings et couvertures étant donnés que la pluie continue dans ces zones touchées.

Mise à jour le Samedi, 25 Mars 2017 11:52

Caritas Burundi donne des semences aux vulnérables de la paroisse Muhuzu dans la commune de Busoni

Envoyer Imprimer PDF

L’organisation de l’église Catholique Caritas Burundi a donné des semences à plus de 900 ménages de la paroisse Muhuzu dans la commune de Busoni en province de Kirundo au nord du Burundi. Les familles assistées  sont parmi les plus vulnérables de la région.

photo didentification article

Après plus de deux semaines  de terrain dans cette région, Caritas Burundi a pu identifier les bénéficiaires les plus vulnérables à soutenir. Il s’agit des enfants chefs de ménages, des  femmes chefs de ménages et d’autres personnes jugées plus vulnérables par la communauté.

En même temps, des commerçants locaux qui pourraient fournir des semences de qualité ont été identifiés et Caritas a procédé à organiser une foire. Des bons d’achat ont été octroyés aux familles démunies afin de s’approvisionner en vivres qui serviront de semence. Des semences constituées du haricot et du maïs ont été distribuées. Cette activité a été organisée au moment opportun   qui coïncide avec l’arrivée des premières pluies.

« Cette assistance est importante pour moi car j’avais  défriché mon terrain mais je ne savais ou je trouverai de la semence » nous a dit un des bénéficiaires en remerciant énormément Caritas Burundi qui a pensé a  eux. Tout de même, ces habitants sollicitent d’autres soutiens en alimentation en attendant la récolte car ils sont en insécurité alimentaire.

new

L’administration de la Commune Busoni remercie Caritas Burundi pour avoir soutenu l’action du gouvernement de faire face à cette insécurité alimentaire qui est une menace dans la province de Kirundo. Elle demande aux bénéficiaires de ces semences de s’abstenir à les consommer même ils sont dans un besoin.

Il y a quelques jours, le porte-parole du gouvernement avait dit que les récoltes ont été bonnes dans les différentes provinces mais a noté quand même quelques communes de Kirundo dont Bugabira et Busoni connaissant une insécurité alimentaire.

Mise à jour le Dimanche, 26 Mars 2017 17:27

Caritas Burundi contribue dans la lutte contre l’épidémie de Malaria en équipant les agents de santé communautaire de Kayanza

Envoyer Imprimer PDF

Dans le cadre du programme de lutte contre la malaria que Caritas Burundi est entrain d’exécuter grâce au financement du fond mondial, plus de 64 agents communautaires ont reçu de la part de Caritas Burundi du matériel qui sera utilisé dans le traitement de trois maladies dans leurs communautés dont la malaria, la diarrhée et la pneumonie.


foto slide 2

Cette activité de distribution du matériel constitué d’un kit de traitement des maladies comme la malaria, la diarrhée et la pneumonie dans leurs communautés s’est déroulé dans les bureaux du district sanitaire de Kayanza au nord du Burundi. Ces agents communautaires qui sont dispersés dans les différentes collines du district sanitaire de Kayanza n’ont qu’un seul rôle celui de traiter les patients  de ces trois maladies. 

«  Vous avez appris beaucoup de choses sur les symptômes de ces trois maladies, il y a des symptômes qui montrent aux agents communautaires l’état du patient pour faire recours aux professionnels aux cas compliqués, vous avez appris à traiter la malaria simple mais si c’est compliqué vous devez référer ces cas aux hôpitaux, vous savez comment mélanger l’eau qu’on donne aux enfants qui souffrent de la diarrhée. Vous allez bientôt servir vos communautés mais en sachant que vous avez des limites » a insisté l’abbé secrétaire général  de Caritas Burundi lors de la remise de ce matériel.  

A part le district sanitaire de la province de Kanyanza, plus de 1290 agents de santé communautaire ont été formés par Caritas Burundi sur tout le territoire national, ils vont participer dans l’amélioration des conditions de vie de la population en traitant les 3 maladies dans leurs communautés.

Les autorités du ministère de la santé publique à commencer par le médecin chef de district de Kayanza et le représentant du ministre  ont remercie Caritas Burundi pour son implication dans la lutte contre l’épidémie de la malaria mais aussi tous les dons que Caritas Burundi a donné aux structures de soins de la province de kayanza.

Le médecin chef de district de Kayanza a révélé que les chiffres des malades souffrant de la malaria ont augmenté cette année 2017 comparativement à l’année 2016.Pour la période de janvier 2016, le district sanitaire de kayanza a reçu autour de 3900 cas de malaria tandis qu’en janvier 2017, le même district a enregistré plus de 6000 cas de paludéens.

Cette activité a été organisée au lendemain de l’annonce du gouvernement du Burundi disant que la malaria est une épidémie au Burundi. Caritas Burundi avait toujours alerté l’opinion nationale et internationale sur cette épidémie face aussi à une crise alimentaire qui frappe le pays depuis quelques années.

La Caritas –Burundi se prépare à la prochaine campagne moustiquaires 2017

Envoyer Imprimer PDF

Un atelier de préparation de la campagne de distribution de masse de Moustiquaires Imprégnées d’Insecticide de longue durée d’Action(MIILDA) s’est  tenu du 7 au 8 Mars 2017 au Grand Séminaire Jean Paul II de Gitega. La rencontre a  réuni la direction de Caritas Burundi avec les Secrétaires Exécutifs des Caritas Diocésaines et  les cadres du projet « BDI-M-CARITAS 956 .Le projet vise le renforcement de la lutte contre le paludisme au Burundi » œuvrant aussi bien à Bujumbura qu’au niveau des provinces rurales.

Les cadres dudit projet sont composés des membres de l’unité de gestion au niveau de Caritas Burundi, des Assistants Régionaux chargés du Suivi-Evaluation et tous les Encadreurs MIILDA des Provinces.


dbut campagne

Lors de l’ouverture des travaux, tout en donnant des orientations, l’Abbé Secrétaire Général de Caritas Burundi a précisé que l’objectif de l’atelier était la mise à jour sur la préparation  de la campagne MIILDA de l’année 2017 pour les personnels du Réseau Caritas impliqués dans cette activité.

Pour y parvenir, une série de présentation a été faite aux organisateurs pour avoir une maîtrise de cette campagne. Il s’agit de

  • Epidémiologie du paludisme ;
  • Expérience des campagnes antérieures de distribution de MIILDA ;
  • Buts, Objectifs, résultats attendus, phases ; stratégies de la campagne MIILDA 2017 ;
  • Budget et chronogramme de la campagne ;
  • Rôles des Caritas diocésaines et des ABC dans la mise en œuvre de la campagne MIILDA 2017 ;
  • La communication pour la campagne MIILDA 2017 avec un accent particulier sur ce qui est attendu des Caritas Diocésaines, des Assistants Régionaux en Suivi et Evaluation et des encadreurs Provinciaux MIILDA ;
  • Formations prévues au niveau communautaire ;
  • Objectifs et processus de dénombrements et de la distribution des bons ;
  • Choix des sites de distribution et organisation du site
  • Circuit et gestion des données de la distribution des MIILDA, Gestion des déchets ;
  • Ressources humaines de la campagne ;
  • Marchés et services liés à la campagne qui seront contractualisés dans les communes ;
  • Projet de contrat avec les ABC ;
  • Répartition des agents ABC au niveau de chaque région : Défis et solutions préconisées ;
  • Recommandations.

Avec  l’organisation de cet atelier, Caritas Burundi peut rassurer ses partenaires de la bonne préparation de la campagne de distribution de masse de MIILDA prévue au mois de juillet 2017.

Mise à jour le Vendredi, 10 Mars 2017 14:47

Page 9 sur 11

Au terme du Jubilé de la Miséricorde, le Pape François a institué la Journée Mondiale des Pauvres, afin que dans le monde entier les communautés chrétiennes deviennent toujours davantage et mieux signe concret de la Charité du Christ pour les personnes les plus défavorisées et les plus marginalisées dans nos milieux de vie et pour que les pauvres soient considérés comme partie intégrante de nos communautés avec un rôle particulier à y jouer

JA slide show