17 novembre 2019: Journée Mondiale des pauvres. Thème:“L’espérance des pauvres ne sera jamais déçue”

SITE DU RESEAU CARITAS BURUNDI

Umunsi wa Karitasi Burundi wo gukingira ibidukikije

Envoyer Imprimer PDF

MU MUGAMBI PAMIA-nut  MURAMVYA 21 NYAKANGA 2019 KUVA ISAHA 3 na 30 GUSHIKA 9. 

Ubutumire

Yezu Kristu yaraducunguye hamwe n’iyi si.

Umwana w’Imana mu kuza kw’isi, yayizaniye amahoro: “Imana ininahazwe mw’ijuru, kw’isi naho hayagwe amahoro ku bakunzi bayo!” (Luka 2, 14). Ni ivy'ukuri, Yezu ni wa Mwami w’amahoro yamenyeshejwe n’umuhanuzi Izaya ngo: “Inganji yiwe azoyivyagiza mu mahoro y’akatabonetse ku ntebe ya Dawudi n’ingoma yiwe, ayishinge ayishigikire mu ngingo n’ubutungane kuva ubu no mu myaka yose” (Izaya 9, 5-6). Ivyo biranguka ku bakunzi b’Imana, ni ukuvuga ku bantu bose bemera ko ubwiza bw’Imana n’urukundo rwayo bibashikiriza amahoro. Ayo mahoro ni ugusubiza hamwe kw’Imana n’ivyo yaremye vyose. Nico Yezu Kristu yaje kurangura, mu kubohora abantu ivyo vyose vyababuza kwumva ijwi ry’Imana n’ukuyigamburukira. Mu rupfu n’izuka ryiwe, Yezu Kristu araheza agatangura iremwa rishasha, “kuko Imana yashimye kumuvyagizamwo umusesekara wose kandi ku bwiwe igashima kwuzuza vyose nawe ngo birore kuri we, ivyo kw’isi n’ivyo mw’ijuru, mu kubizanira amahoro kubw’amaraso yasheshe ku musalaba” (Kolosi 1, 19-20).

Mise à jour le Mardi, 17 Septembre 2019 15:14 Lire la suite...

Le cash transfert pour le renforcement des capacités des actions humanitaires en Afrique francophone

Envoyer Imprimer PDF

Grâce au financement de l’Union Européenne, les représentants des Caritas de la zone francophone se sont rencontrés à Kinshasa du 02 au 13 septembre  2019 dans une formation sur le cash transfert ainsi que le renforcement des capacités des participants pour être capable d’être des formateurs. Cet atelier a été organisé dans le cadre du projet de renforcement des capacités en actions humanitaires et gestion des volontaires en Afrique Francophone.

Une quinzaine de participants venus des pays francophones dont la RDC, le Togo, le Sénégal, le Burundi, le Rwanda, le Congo Brazaville et la Burkina Faso sont dans le centre d’accueil de Caritas Congo ASbl. Le Secrétaire Exécutif de la Caritas Congo a souhaité la bienvenue à tous les invités lors des cérémonies d’ouverture. « La République Démocratique du Congo  et d’autres pays africains font  souvent face aux situations d’urgences répétitives et nous sommes très ravis de vous accueillir dans cet atelier, nous espérons que vous allez vous approprier les connaissances et les expériences que vous allez avoir au courant de cette période », disait Boniface Nakwagelewi ata Deagbo, le Secrétaire exécutif de la Caritas Congo Asbl. Caritas Africa ainsi que Caritas Autriche comme principaux partenaires du projet  ont été également  pris la parole lors de l’ouverture. Le représentant de Caritas Africa monsieur  Samba Fall a rappelé aux participants qu’il existe un nouveau plan stratégique de la confédération Caritas Internationalis plus réaliste et axé sur trois principales orientations dont la consolidation du réseau afin d’être réellement au service de l’homme.

Lire la suite...

Les chargés des urgences du réseau Caritas Burundi se familiarisent au manuel sphère pour mieux répondre aux urgences

Envoyer Imprimer PDF

Avec l’appui du projet  des capacités de renforcement des capacités en actions humanitaires et gestion des volontaires en Afrique francophone, les  secrétaires exécutifs , les points focaux urgences et les volontaires ont eu une occasion de se familiariser au manuel sphère comme document de référence aux acteurs humanitaires.

travail de goupe siteCaritas Burundi intervient depuis plusieurs années  dans les activités humanitaires comme l’accueil des rapatriés, la distribution des vivres et non vivres dans les camps d’accueil des réfugiés et d’autres activités d’assistance en faveur des vulnérables.  Les points focaux urgences des caritas diocésaines opérant dans les diocèses engagés dans l’accueil des rapatriés et distributions des vivres et non vivres dans les réfugiés des congolais ont signalé des difficultés qu’ils font face dans la gestion de ces vulnérables, raison pour laquelle il est important d’avoir chaque fois ce document règlementant les interventions humanitaires.

«  Moi j’ai eu souvent des problèmes à gérer lors de la distribution des vivres dans les camps des réfugiés congolais et dans d’autres activités de distribution et je trouve que ce document me servira lors de ces activités pour gérer et limiter les conflits  qui pourraient ternir l’image de Caritas », disait Onésime Ciza , Point Focal Urgence de SOPRAD Caritas Ruyigi.

Selon cette manuelle sphère, quatre principes sont fondamentaux, il s’agit de renforcer la sécurité,  la dignité et les droits des personnes, et éviter de les exposer à des préjudices comme premier principe. Le deuxième consiste à  garantir l’accès des personnes à une assistance impartiale, proportionnelle à leurs besoins et fournie sans discrimination. Le troisième vise à aider les personnes à se remettre des effets physiques et psychologiques de menaces de violence ou de réels actes de violence, de coercition ou de privations délibérées. Le quatrième principe a pour objectif d’aider les personnes à faire valoir leurs droits.

Les participants à l’atelier ont eu une occasion de s’enregistrer à la plateforme baobab de Caritas Internationalis pour contribuer dans le partage d’informations en provenance de leurs zones d’action

Avec le projet Rechange, Caritas Burundi renforce le volontariat au sein du réseau

Envoyer Imprimer PDF

Grâce au financement de l’Union Européenne à travers Caritas Africa , Caritas Burundi est en train d’exécuter  un projet de renforcement des capacités en actions humanitaires et gestion des volontaires en Afrique francophone. Ce projet a pour objet d’améliorer la capacité organisationnelle de préparation et de réaction d’urgence des partenaires nationaux dans les situations de crise humanitaire en mettant en place diverses activités, comme la fourniture de formation sur la norme humanitaire de qualité et de redevabilité, la réduction des risques et catastrophes ainsi que des normes de transparence et de responsabilité. Pour renforcer le système de volontariat au sein du réseau Caritas Burundi, une formation à l’intention des secrétaires exécutifs des caritas diocésaines,  chargés des urgences et des volontaires au niveau diocésain a été organisée au centre urbain de Gitega.

rechangegit« Améliorer nos structures de la base au sommet pour réagir rapidement et de manière efficace aux situations d’urgences, tel est l’objectif de notre rencontre pour nous renforcer et répondre aux besoins de nos communautés », tel est le message du Secrétaire Général Adjoint de Caritas Burundi lors de l’ouverture de cette formation. Caritas Burundi comme structure de l’Eglise Catholique dispose des bénévoles dans tout le pays  mais elle désire renforce le volontariat à tous les niveaux pour mieux organisée l’action caritas dans tout le pays.

Les participants venus de 8 Caritas diocésaines ont échangé sur le terme volontariat et leurs implications au niveau de la gestion de ces ressources humaines. La disponibilité, l’engagement et  la formation  sont les principales caractéristiques des personnes qui veulent travaillent pour leurs communautés dans le volontariat.

Lire la suite...

Grâce au soutien de l’OIM, ODAG Caritas Gitega réunit les acteurs œuvrant dans cette province pour la coordination de l’aide humanitaire

Envoyer Imprimer PDF

Les organisations humanitaires œuvrant dans la province de Gitega se sont rencontrées dans un atelier d’échanges sur la situation de  vulnérabilité de cette province afin de voir comment se coordonner en cas de catastrophe ou autre besoin d’intervention. Plusieurs organisations nationales et internationales interviennent dans cette province et souvent la coordination n’est pas facile pour apporter une réponse efficace aux bénéficiaires.  Grâce au financement que  l’Organisation Mondiale pour les Migrations, OIM  a accordé au réseau Caritas Burundi  pour faciliter l’interaction entre acteurs humanitaires et les communautés affectées par les catastrophes, ces organisations se sont rencontrées autour de l’administration pour se connaitre et savoir la zone d’action de chaque intervenant.

oim gitegaLes cérémonies ont été ouvertes par le Conseiller du gouverneur en chargé du volet  socio-culturel dans la province de Gitega. Il a remercié Caritas Burundi et son partenaire OIM qui a organisé une rencontre des organisations humanitaires de la province de Gitega. «  Cette activité rentre dans la politique du gouvernement de coordonner la réponse humanitaire en faveur de la population bénéficiaire, et c’est pour cette raison que saluons cette initiative », a-t-il souligné le Conseiller du gouverneur Tatien Nkurikiye. Le Secrétaire Exécutif de l’ODAG Caritas Gitega qui a parlé au nom du réseau Caritas Burundi a rappelé que cette activité est la suite d’une table ronde organisée dans la même province entre acteurs humanitaires en juillet.

Le conférencier du jour a montré aux participants les principales risques de vulnérabilité identifiées dans cette province dans un plan de contingence qui a été élaboré en 2017 .Il s’agit des troubles sociaux, de l’épidémie de choléra , des inondations , de l’insécurité alimentaire ainsi que le déficit hydrique. Pour faire face à ces risques, il est important que les organisations œuvrant dans cette province se coordonner avec l’administration. La plateforme provinciale de gestion des risques et des catastrophes dispose également d’une base de données des personnes en besoin d’assistance dans la province ce qui est aussi un élément qui pourrait aider dans la coordination des activités surtout en cas d’identification des bénéficiaires.

Page 2 sur 22

REVE, VISION ET MISSION DE CARITAS BURUNDI

RÊVE: Nous rêvons d'une société réconciliée où la dignité humaine est suprême, les droits de chacun promus (particulièrement les plus pauvres, les exclus et les opprimés) et l'environnement respecté.
VISION: Etre une organisation forte et dynamique, capable de contribuer à l'avènement d'une société réconciliée. MISSION: Secourir les pauvres, sensibiliser les autres à l'amour des pauvres, appuyer le développement des ménages et des organisations des producteurs.