17 novembre 2019: Journée Mondiale des pauvres. Thème:“L’espérance des pauvres ne sera jamais déçue”

SITE DU RESEAU CARITAS BURUNDI

Les chargés des urgences du réseau Caritas Burundi se familiarisent au manuel sphère pour mieux répondre aux urgences

Envoyer Imprimer PDF

Avec l’appui du projet  des capacités de renforcement des capacités en actions humanitaires et gestion des volontaires en Afrique francophone, les  secrétaires exécutifs , les points focaux urgences et les volontaires ont eu une occasion de se familiariser au manuel sphère comme document de référence aux acteurs humanitaires.

travail de goupe siteCaritas Burundi intervient depuis plusieurs années  dans les activités humanitaires comme l’accueil des rapatriés, la distribution des vivres et non vivres dans les camps d’accueil des réfugiés et d’autres activités d’assistance en faveur des vulnérables.  Les points focaux urgences des caritas diocésaines opérant dans les diocèses engagés dans l’accueil des rapatriés et distributions des vivres et non vivres dans les réfugiés des congolais ont signalé des difficultés qu’ils font face dans la gestion de ces vulnérables, raison pour laquelle il est important d’avoir chaque fois ce document règlementant les interventions humanitaires.

«  Moi j’ai eu souvent des problèmes à gérer lors de la distribution des vivres dans les camps des réfugiés congolais et dans d’autres activités de distribution et je trouve que ce document me servira lors de ces activités pour gérer et limiter les conflits  qui pourraient ternir l’image de Caritas », disait Onésime Ciza , Point Focal Urgence de SOPRAD Caritas Ruyigi.

Selon cette manuelle sphère, quatre principes sont fondamentaux, il s’agit de renforcer la sécurité,  la dignité et les droits des personnes, et éviter de les exposer à des préjudices comme premier principe. Le deuxième consiste à  garantir l’accès des personnes à une assistance impartiale, proportionnelle à leurs besoins et fournie sans discrimination. Le troisième vise à aider les personnes à se remettre des effets physiques et psychologiques de menaces de violence ou de réels actes de violence, de coercition ou de privations délibérées. Le quatrième principe a pour objectif d’aider les personnes à faire valoir leurs droits.

Les participants à l’atelier ont eu une occasion de s’enregistrer à la plateforme baobab de Caritas Internationalis pour contribuer dans le partage d’informations en provenance de leurs zones d’action

Avec le projet Rechange, Caritas Burundi renforce le volontariat au sein du réseau

Envoyer Imprimer PDF

Grâce au financement de l’Union Européenne à travers Caritas Africa , Caritas Burundi est en train d’exécuter  un projet de renforcement des capacités en actions humanitaires et gestion des volontaires en Afrique francophone. Ce projet a pour objet d’améliorer la capacité organisationnelle de préparation et de réaction d’urgence des partenaires nationaux dans les situations de crise humanitaire en mettant en place diverses activités, comme la fourniture de formation sur la norme humanitaire de qualité et de redevabilité, la réduction des risques et catastrophes ainsi que des normes de transparence et de responsabilité. Pour renforcer le système de volontariat au sein du réseau Caritas Burundi, une formation à l’intention des secrétaires exécutifs des caritas diocésaines,  chargés des urgences et des volontaires au niveau diocésain a été organisée au centre urbain de Gitega.

rechangegit« Améliorer nos structures de la base au sommet pour réagir rapidement et de manière efficace aux situations d’urgences, tel est l’objectif de notre rencontre pour nous renforcer et répondre aux besoins de nos communautés », tel est le message du Secrétaire Général Adjoint de Caritas Burundi lors de l’ouverture de cette formation. Caritas Burundi comme structure de l’Eglise Catholique dispose des bénévoles dans tout le pays  mais elle désire renforce le volontariat à tous les niveaux pour mieux organisée l’action caritas dans tout le pays.

Les participants venus de 8 Caritas diocésaines ont échangé sur le terme volontariat et leurs implications au niveau de la gestion de ces ressources humaines. La disponibilité, l’engagement et  la formation  sont les principales caractéristiques des personnes qui veulent travaillent pour leurs communautés dans le volontariat.

Lire la suite...

Grâce au soutien de l’OIM, ODAG Caritas Gitega réunit les acteurs œuvrant dans cette province pour la coordination de l’aide humanitaire

Envoyer Imprimer PDF

Les organisations humanitaires œuvrant dans la province de Gitega se sont rencontrées dans un atelier d’échanges sur la situation de  vulnérabilité de cette province afin de voir comment se coordonner en cas de catastrophe ou autre besoin d’intervention. Plusieurs organisations nationales et internationales interviennent dans cette province et souvent la coordination n’est pas facile pour apporter une réponse efficace aux bénéficiaires.  Grâce au financement que  l’Organisation Mondiale pour les Migrations, OIM  a accordé au réseau Caritas Burundi  pour faciliter l’interaction entre acteurs humanitaires et les communautés affectées par les catastrophes, ces organisations se sont rencontrées autour de l’administration pour se connaitre et savoir la zone d’action de chaque intervenant.

oim gitegaLes cérémonies ont été ouvertes par le Conseiller du gouverneur en chargé du volet  socio-culturel dans la province de Gitega. Il a remercié Caritas Burundi et son partenaire OIM qui a organisé une rencontre des organisations humanitaires de la province de Gitega. «  Cette activité rentre dans la politique du gouvernement de coordonner la réponse humanitaire en faveur de la population bénéficiaire, et c’est pour cette raison que saluons cette initiative », a-t-il souligné le Conseiller du gouverneur Tatien Nkurikiye. Le Secrétaire Exécutif de l’ODAG Caritas Gitega qui a parlé au nom du réseau Caritas Burundi a rappelé que cette activité est la suite d’une table ronde organisée dans la même province entre acteurs humanitaires en juillet.

Le conférencier du jour a montré aux participants les principales risques de vulnérabilité identifiées dans cette province dans un plan de contingence qui a été élaboré en 2017 .Il s’agit des troubles sociaux, de l’épidémie de choléra , des inondations , de l’insécurité alimentaire ainsi que le déficit hydrique. Pour faire face à ces risques, il est important que les organisations œuvrant dans cette province se coordonner avec l’administration. La plateforme provinciale de gestion des risques et des catastrophes dispose également d’une base de données des personnes en besoin d’assistance dans la province ce qui est aussi un élément qui pourrait aider dans la coordination des activités surtout en cas d’identification des bénéficiaires.

Les membres du réseau Caritas Burundi s’autoévaluent pour mieux répondre aux besoins des pauvres

Envoyer Imprimer PDF

A quelques mois de la clôture du Plan Stratégique 2016 – 2019 qui donnaient les orientations du réseau  Caritas Burundi, une réunion de coordination a été organisée dans le diocèse  de Rutana pour faire une auto évaluation et réfléchir ensemble sur le nouveau Plan stratégique 2020-2023.  Cet organe de coordination regroupe les membres de la direction du secrétariat national de  Caritas Burundi ainsi que les Secrétaires Exécutifs des Caritas diocésaines. Cette rencontre a également un objectif de se connaitre davantage afin d’arrêter les stratégies pour travailler comme une organisation digne de l’Eglise.

rutanaco« Caritas  est au cœur de l’Eglise et la place du pauvre est très importante dans la vie de notre organisation .Le Pape nous rappelle souvent que dans nos interventions, nous devons humblement être au service des pauvres. Cette rencontre sera une bonne occasion pour notre auto-évaluation à Normes de CI et va nous permettre de  voir si l’option préférentielle pour les pauvres nous guide toujours dans notre action caritative au service des plus démunis au Burundi», disait Abbé Jean Bosco Nintunze Secrétaire Général de Caritas Burundi lors de l’ouverture de cette activité.

A cette occasion, les participants ont fait d’abord une méditation sur le message que le Pape François a envoyé aux Caritas à l'occasion de la 3ème Journée Mondiale pour les pauvres,  qui rappelle que « l’espérance des pauvres ne sera jamais déçue ». Comme Caritas, les organisations membres du réseau doivent savoir que «  les pauvres ne sont pas des chiffres, mais des personnes,  à assister, à accompagner, à protéger, à défendre, à sauver  et que cela n’est pas possible sans l’humilité de l’écoute , le charisme de l’être ensemble , le courage de la renonciation ».

Mise à jour le Dimanche, 18 Août 2019 17:12 Lire la suite...

SOPRAD Caritas Ruyigi organise un débat entre responsables politiques et religieux sur la réconciliation, la vérité et le pardon

Envoyer Imprimer PDF

La Commission Justice et Paix du Diocèse de Ruyigi poursuit sa mission d’inculquer les valeurs de vérité, de pardon et de la réconciliation dans les différentes catégories de sa population. En date du 8 août 2019, c’était le tour des responsables politiques, administratifs,  religieux et des membres de la société civile. L’entretien a eu lieu dans les enceintes du centre Mizero  sous l’orientation de l’Abbé Bernard CUBWA, Secrétaire Exécutif  de la SOPRAD CARITAS RUYIGI et Aumônier Diocésain chargé de la pastorale Justice et Paix.

sopradL’atelier a débuté par une prière,  animée par Monseigneur Tharcisse NDAYABANDI, Vicaire Général du diocèse de Ruyigi qui a représenté l’Evêque empêché pour d’autres obligations pastorales.Dans son mot d’ouverture, le Vicaire Général a souhaité la bienvenue à tous les participants. Il a indiqué que la mission justice et paix  est une pastorale non seulement du diocèse mais aussi de l’Eglise toute entière pour amener les gens à vivre harmonieusement. C’est ainsi que la paix sera établie sur terre, telle que Jésus l’a recommandé à ses disciples. Cette pastorale s’appuie sur  Jésus Christ,  le Verbe de Dieu qui s’est fait chair,  afin de réconcilier tout le peuple à Dieu. Dans notre pays en général et dans notre diocèse en particulier, elle est venue aider les personnes divisées par les différents événements malheureux qui ont frappé le pays dans l’intention de ressouder le tissu social brisé.

Lire la suite...

Page 3 sur 23

REVE, VISION ET MISSION DE CARITAS BURUNDI

RÊVE: Nous rêvons d'une société réconciliée où la dignité humaine est suprême, les droits de chacun promus (particulièrement les plus pauvres, les exclus et les opprimés) et l'environnement respecté.
VISION: Etre une organisation forte et dynamique, capable de contribuer à l'avènement d'une société réconciliée. MISSION: Secourir les pauvres, sensibiliser les autres à l'amour des pauvres, appuyer le développement des ménages et des organisations des producteurs.