SITE DU RESEAU CARITAS BURUNDI

Caritas Burundi célèbre la journée de la création avec la Paroisse Gasenyi dans la Commune Rango

Envoyer Imprimer PDF

En marge de la Journée Mondiale de Prière pour la Sauvegarde de la Création, Caritas Burundi a organisé pour la deuxième fois une rencontre de prière et de réflexion sur ce thème qui appelle l’humanité à se soucier de notre terre qui souffre. Cette activité s’est déroulée dans la paroisse de Gasenyi en Commune de Rango dans la province de Kayanza au nord du Burundi mardi le 1er septembre 2020. BADEC- Caritas Ngozi, ODDBU Caritas Bujumbura, les Organisations de la société civile engagée dans ce domaine ainsi que les représentants de l’administration dans la Province avaient répondu à ce rendez- vous. Une messe a été célébrée par le Secrétaire Exécutif de Caritas Ngozi pour marquer cette journée ainsi qu’une visite organisée dans les ménages, encadrés dans la mise en place des Foyers Améliorés pour la réduction de la consommation du bois de chauffage sans oublier les Foyers d’Apprentissage et de Réhabilitation Notionnelle pour la prise en charge des enfants souffrant de la malnutrition.

rangoC’est avec engouement que les chrétiens de la paroisse de Gasenyi du Diocèse de Ngozi ont accueilli les invités venus célébrer cette journée dans cette localité. La première lecture tirée du livre de la Genèse a rappelé aux chrétiens que Dieu créa le ciel et la terre et Dieu vit tout ce qu’il avait fait ; et voici : cela était très bon. Il y eut un soir, il y eut un matin. Dans son homélie, le Secrétaire Exécutif de BADEC- Caritas Ngozi , Abbé Niyokindi Damas a rappelé l’origine de cette journée qui rassemble les chrétiens de cette paroisse. « Le Pape nous appelle à célébrer cette journée de la création pour nous rappeler que notre Père céleste a créé la terre avec des fruits, des arbres, de l’eau et des animaux pour que l’homme ait la vie en abondance. Dieu nous a donné de l’intelligence pour travailler et être responsable de cette richesse », a dit le Secrétaire Exécutif de BADEC – Caritas Ngozi qui a tout de même déploré les feux de brousse qui menace notre terre suite à l’action de l’homme.

Lire la suite...

Un premier convoi de 493 burundais rapatriés du Camp de Mahama au Rwanda accueilli chaleureusement

Envoyer Imprimer PDF

Le Gouvernement du Burundi a accueilli officiellement 493 rapatriés burundais réfugiés depuis 5 ans dans le camp de Mahama au Rwanda. Du côté du Burundi, le Ministre de la Sécurité Publique, de l’Intérieur et du Développement Communautaire et celui de la Santé Publique et de la Lutte Contre le Sida étaient présents sur place à la frontière burundo- rwandaise. Le gouverneur de la province de Kirundo ainsi que tous les administrateurs des communes de la province avaient répondu également à ce rendez-vous. Du coté Rwanda, ces burundais ont été accompagnés par Olivier Kayumba Secrétaire permanent au Ministère en chargé des catastrophes et des réfugiés.  Les deux pays et les deux branches du Haut-Commissariat des Réfugiés au Rwanda et au Burundi se sont rencontrés avant d’accueillir ces burundais. Caritas Burundi ainsi que ODEDIM – Caritas Muyinga et d’autres organisations humanitaires étaient à la frontière pour accueillir dans la dignité ces rapatriés.

raparwandaisA part les 493 rapatriés burundais qui ont été facilités par le HCR, 18 autres burundais qui s’étaient réfugiés dans la localité de Nyamata non loin de la frontière ont décidés de rentrer spontanément et le gouvernement du Burundi a accepté de les accueillir. Ce premier convoi est majoritairement composé à 95 % des enfants, des femmes et sont presque tous originaires de la province de Kirundo proche du Rwanda. Les enfants non accompagnés, les hommes et les femmes séparées de leurs familles ont été les premiers à rejoindre leurs familles.

Mise à jour le Samedi, 29 Août 2020 13:32 Lire la suite...

ODEDIM- Caritas Muyinga certifie 74 lauréats du Centre Agropastoral de Mutwenzi « CAM » en métiers d’agri éleveurs et producteurs d’énergies rurales

Envoyer Imprimer PDF

 Le Centre Agropastoral de Mutwenzi, CAM en sigle, a procédé à la remise des certificats pour 74 lauréats qui ont appris et appliqués les techniques culturales modernes et les techniques sur l’énergie renouvelable fin juillet 2020. Les cérémonies ont été rehaussées par son Excellence l’Evêque du Diocèse Catholique de Muyinga, le conseiller Economique du Gouverneur de province Kirundo, le Directeur du Bureau Provincial de l’Environnement, Agriculture et Elevage de Kirundo, les partenaires du CAM, le Secrétaire Exécutif de l’ODEDIM CARITAS MUYINGA, le Secrétaire Exécutif Adjoint, le curé de la paroisse Kanyinya, le Responsable des Programmes de l’ODEDIM CARITAS MUIYINGA et les représentants de l’administration locale et de la communauté des alentours du centre.

Les cérémonies ont débuté par une messe célébrée par son Excellence l’Evêque du Diocèse qui était riche en conseils qui serviront à ces jeunes lauréats de mobiliser les autres membres de la communauté dans le développement à la manière d’un camion remorque dont la tête est petite mais traine des containeurs de plusieurs tonnes. « Nous avons hérité la terre pour une bonne exploitation dans le respect du donneur qui est notre créateur et nous n’avons pas le droit de l’utiliser ou l’exploiter comme on veut », a indiqué son Excellence Evêque de Muyinga.

 mutwenzimuAprès la messe, les invités et participants ont eu l’occasion de visiter les produits fabriqués par ces lauréats notamment les plaques à énergie solaire montés sur place, les cuisinières en argile qui consomment moins de bois de chauffage et les combustibles (briquettes) produits au niveau de Kayanza envoyés par le ministère de l’Environnement, Agriculture et Elevage pour les expérimenter avant de les mettre sur le marché. Les participants ont apprécié le travail du CAM et posé des questions pour avoir plus d’éclaircissements. Ils ont suggéré que dans le nom du centre, il puisse apparaitre tout ce qui se fait surtout en rapport avec la technologie puisqu’il se fait beaucoup de choses intéressantes qui ne sont pas du domaine de l’agriculture et l’élevage.

L’exposition a été suivie par la remise des certificats et le discours d’accueil des invités prononcé par l’Abbé Gérard NGENDAHAYO. Il a informé les participants aux cérémonies que le CAM est né entre 1995 – 1996 à l’initiative de feu Monseigneur NTERERE et le démarrage effectif des activités a eu lieu en 1998. Les locaux étaient occupés par les séminaristes qui ont été transférés au petit Séminaire Saint Pie X de Muyinga. Ce centre fait la transformation des produits alimentaires dont la production du vin d’ananas et la production de l’huile de tourne sol de bonne qualité et forme les agri éleveurs et les lauréats de niveau A2 en électronique et électricité dans l’énergie renouvelable.

A part ceux qui suivent la formation dans le domaine de l’énergie renouvelable dont le diplôme A2 en électronique ou électricité qui est une des conditions d’accès, les autres doivent savoir lire et écrire pour suivre la formation qui dure 2 mois à l’internat et pendant cette période, ils reçoivent une formation théorique, pratique et des opportunités d’aller appliquer chez eux et chez les privés pour acquérir de l’expérience et gagner de l’argent. Tout cela est compris dans la formation et les lauréats qui parviennent à avoir des certificats sont ceux qui ont réussi dans la théorie et dans la pratique.

Lire la suite...

ODEDIM – Caritas Muyinga assiste les personnes mise en quarantaine dans les sites de la province de Kirundo

Envoyer Imprimer PDF

L’ODEDIM CARITAS MUYINGA apporte une aide en vivres constituée de riz, de haricot, d’huile végétale, du sel et de farine MUSALAC, des paquets de kit hygiénique pour les femmes et filles ainsi que les pièces de savons à 84 personnes vivant dans les site de quarantaine de Bwambarangwe, Gitobe , Kabanga, Gatare, Higiro et Mukegwa de la  province de Kirundo au nord du Burundi. Cette assistance a été organisée dans le cadre du projet d’aide urgente aux personnes en quarantaines à la frontière Burundi Tanzanienne et Rwandaise financé par la Caritas Allemagne, une aide constituée de vivres et non vivres a été apportée aux personnes vivant dans les sites de quarantaine de la province Kirundo.

 kirundocoroAvant la distribution, l’administration provinciale et communale ont été informées et ont mobilisé des responsables au niveau local pour la réception de ces vivres et non vivres. Les bénéficiaires ont exprimé leurs besoins en rapport avec leur vie dans ces sites de quarantaines où il y a des problèmes d’eau, du matériel de couchage et des lieux d’hébergement puisque dans certains de ces centres, les occupants dorment sur le pavement sans couverture ni draps ou natte à défaut du matelas dans des hangars sans fenêtre ni portes.

 Les conditions de vie sont déplorables puisque le risque de contamination par d’autres maladies est grand. Les occupants ont également besoin du matériel de cuisine pour la cuisson et pour la restauration. A côté de ces mauvaises conditions de vie, ils subissent une certaine stigmatisation puisqu’ils sont considérés par la population hôte comme des personnes déjà atteintes de la maladie Covid 19 et ont des problèmes à trouver une assistance ou un service de la part de la population hôte.

Le constant est que la population hôte n’est pas sensibilisée sur les méthodes de prévention de la maladie raison pour laquelle elle pense que toute personne se trouvant en quarantaine même sans avoir développé aucun symptôme de la maladie, toute personne qui entre en contact avec elle à travers les objets utilisés, elle ignore que le lavage de mains avec du savon après avoir touché l’objet empêche la contamination. Le Secrétaire Exécutif Adjoint qui avait accompagné l’équipe de distribution a adressé un message aux bénéficiaires en leur expliquant que le fait d’être mis en quarantaine n’est pas une mesure discriminatoire comme certains le pensent, mais plutôt une forme de protection prise par le gouvernement qui est appliquée dans d’autres pays.  Il a profité de l’occasion pour leur annoncer que l’ODEDIM CARITAS MUYINGA a répondu à l’appel lancé par l’administration provinciale aux organisations humanitaires pour venir en aide aux personnes se trouvant dans les sites de quarantaine.

Mise à jour le Mercredi, 19 Août 2020 12:48 Lire la suite...

Plus de 300 femmes Batwa , veuves et d’autres vulnérables intégrées dans une coopérative KANGUKA grâce à l’ODEDIM – Caritas Muyinga

Envoyer Imprimer PDF

L’ODEDIM CARITAS Muyinga a procédé à la clôture du projet d’Appui aux coopératives des femmes rurales « KANGUKA» des communes Muyinga  et Gasorwe dans la province de Muyinga au Nord du Burundi. Le projet a été exécuté sur les collines Ruganirwa , Bihogo, Karira, Martyazo, Kinama et Ngogomo grâce au financement de l’ECOMMI qui est une organisation des Volontaires italiens. Pour relever ces femmes vulnérables de pagnes ont été octroyés à ces bénéficiaires afin de les encourager à participer aux différentes formations malgré leurs différentes occupations dans les travaux ménagers   et dans les activités courantes de leurs coopératives respectives.

photo batwaCe projet qui a duré 13 mois avait comme bénéficiaires 311 femmes regroupées en 9 coopératives dont les membres sont essentiellement composés de batwa veuves et d’autres femmes vulnérables. L’objectif global de ce projet était de contribuer à  la Promotion du développement durable des   communautés  les plus vulnérables par l’alphabétisation fonctionnelle. Beaucoup d’activités ont été réalisées à savoir :

ü  Alphabétisation de membres des coopératives dont 187 sur 216 femmes prévues, qui ont bénéficiées des formations,

ü  Formation et sensibilisation sur l’hygiène, la nutrition, le changement de mentalité et l’autonomie socioéconomique des ménages de 281 sur 311 femmes ;

ü  Formation des membres de 9 coopératives sur les techniques culturales modernes et appui en intrants agricoles constitués de semences et fumure minérale.

Les cérémonies de clôture ont été marquées par des chants, danses et jeux divers qui véhiculaient des messages de félicitation et de satisfaction adressés à l’ODEDIM CARITAS Muyinga pour leur avoir permis de bénéficier des formations, des appuis divers et surtout pour leurs acquis en matière de lutte contre des violences faites aux femmes particulièrement les veuves, d’analphabétisme, d’hygiène et de lutte préventive contre le covid-19.

Mise à jour le Mardi, 18 Août 2020 08:01 Lire la suite...

Page 4 sur 10