«N’aimons pas en paroles, mais par des actes» : c’est le thème du message du Pape François, en vue de la première Journée mondiale des Pauvres, qui se tiendra le 19 novembre prochain, 33e dimanche du Temps Ordinaire, avant la Solennité du Christ-Roi.

SITE DU RESEAU CARITAS BURUNDI

« N’aimons pas en paroles mais par des actes » à l'Occasion de la première journée des pauvres

Envoyer Imprimer PDF

Le 13 Juin 2017, en la fête de Saint Antoine de Padoue, le Saint Père a lancé la première journée mondiale des pauvres qui sera célébrée le 33ème  dimanche du Temps Ordinaire de chaque année. La première journée coïncide avec  ce dimanche  19 novembre 2017.Dans son message ayant comme thème  « N’aimons pas en paroles mais par des actes », le Pape François lance un appel à tous les chrétiens de manifester la charité à l’endroit des pauvres comme signe d’amour en partageant la nourriture et autres biens. La charité doit être manifestée à cette occasion de la journée des pauvres pour donner de la joie aux misérables et d’autres vulnérables qui sont rejetés par leurs communautés.

photo journe des pauves ou logos.jpg r

Cette journée est lancée par le  Pape au moment où la pauvreté au Burundi devient de plus en plus un phénomène inquiétant. Les catégories les plus touchées sont les personnes âgées les jeunes au chômage, les familles sans accès à la terre et à l’emploi, les personnes vivant avec le handicap et /ou ayant des maladies chroniques ...

La situation de la pauvreté s’est aggravée souvent avec les crises politiques qui sont répétitives dans notre pays. Suite aux crises  socio- politiques qui ont endeuillé le Burundi depuis l’indépendance, des centaines de milliers de  burundais vivent dans des conditions misérables à l’exil et ceux qui rentrent dans le pays trouvent leurs zones de provenance, affectées par une insécurité alimentaire grave.

 Même si   les réfugiés  commencent à rentrer ce qui est une bonne chose, la situation humanitaire à l’intérieur du Burundi laisse à désirer. Selon les rapports des organisations humanitaires  beaucoup de burundais sont des déplacés internes suite aux crises et  à l’insécurité alimentaire qui sévit dans plusieurs provinces du pays.

Caritas Burundi avec ses Caritas sœurs ont initié des projets d’urgence pour venir en aide aux victimes de l’insécurité alimentaire dans les provinces de Bubanza , Cibitoke et Kirundo où le phénomène était très inquiet. Les efforts pour alléger la souffrance des victimes reste minime à voir le nombre de burundais qui sont en besoin d’assistance. D’après les informations recueillies auprès de nos Communautés Ecclésiales de Base (CEB), les provinces  de Kirundo , Muyinga , Bubanza ,Cibitoke  Rutana et Karuzi seraient les plus touchées.  

 Selon le PNDUD, le Burundi est classé 184ème  sur 188 pays à l’indice de développement humain. En plus de l’instabilité et de la détérioration de l’économie, les catastrophes naturelles ont aggravé la vulnérabilité des communautés. Des  millions de personnes ont été touchées par les inondations, les glissements de terrain, les fortes pluies et les tempêtes au cours de la dernière année. La majorité de la population n’a pas la capacité de résister et de rebondir face à ces chocs. Elle a besoin d’assistance et de protection. Tous ces phénomènes sont à l’origine de la multiplication des pauvres dans notre pays. Cette vulnérabilité est aggravée par  le recul des soutiens financiers des pays partenaires.

Avec une démographie galopante et une  densité la plus élevée au monde,  90% de la population vit en milieu rural et pratique essentiellement une agriculture de subsistance. La pression sur les ressources naturelles s’est fortement aggravée. Le pays compte aujourd’hui environ 7,3 millions de personnes (soit 65% ) vivant en dessous du seuil de pauvreté selon toujours les études menées par le PNUD . A cela s’ajoutent la dépréciation de la monnaie burundaise, une pénurie de devises, une baisse importante des activités commerciales, l’augmentation significative des prix des produits de première nécessité et la réduction des opportunités d’emplois.

« L’insuffisance de nos moyens d’action ne doit pas constituer une excuse à l’attentisme, car le développement des pauvres ne peut se faire que par les pauvres eux-mêmes. C’est pourquoi nous encourageons fermement les échanges au sein de nos Eglises dans l’hémisphère-sud, la capitalisation des expériences et la mutualisation de compétence et des ressources, l’harmonisation à tous les niveaux des directives qui guident notre engagement collectif. » Ont déclaré  les Archevêques et Evêques africains présidents des Conférences Episcopales  et les Evêques présidents des Caritas Africaines  en Septembre dernier  à Dakar.

Malgré tout ces problèmes qui favorisent la multiplication des  pauvres au Burundi, le pays regorge de pas mal d’opportunités pour relever les communautés de cette misère déshonorante. Le Sol  reste fertile, nombreuses rivières et lacs fournissent de l’eau douce à la population et à la faune, pouvant ainsi favoriser une agriculture intensive et de rente.

A cette occasion où le Pape François nous appelle  à penser aux pauvres, Caritas Burundi lance un appel à tous les acteurs politiques  et économiques  et surtout le gouvernement, d’initier  des projets  en  faveur des pauvres.  Caritas Burundi demande aux bienfaiteurs   et aux autres bailleurs de venir en aide aux pauvres burundais.

Caritas Burundi  appelle tous les burundais  à expérimenter le partage  des biens et d’autres richesses que le tout puissant  a mis à leur disposition pour réduire la misère.  Comme disait  Mère Thereza “Si vous ne pouvez pas nourrir  cent personnes, nourrissez- en au moins une ”.

Faisons donc un effort pour être solidaire avec les pauvres et mobilisons nous contre la pauvreté dans notre pays.

Activités organisées par Caritas Burundi

Pour cette journée, Caritas Burundi va célébrer  une messe au Siège de cette organisation le 17 novembre 2017, sous  le thème "N’aimons pas en paroles, mais par des actes" et le célébrant préparera une réflexion sur le thème. Cette messe commencera à 12h 15 ' au Secrétariat National  de  Caritas Burundi   et  le personnel des Caritas sœurs y est convié.  Une quête sera organisée pour accompagner le don des vêtements à donner aux prisonniers de Mpimba le 19 novembre 2017

Caritas Burundi va Coordonner les activités d'animation de la Journée Mondiale des Pauvres en organisant une émission Radio sur le thème de la pauvreté. Des interviews passeront également  dans les autres médias de la place. 

Caritas Burundi va informer ses partenaires dont Caritas Internationalis  et Caritas Africa sur le déroulement de ces activités préparées pour la Première Journée Mondiale des pauvres.



[1] Message du Pape au lancement de la journée des pauvres 

Mise à jour le Vendredi, 17 Novembre 2017 15:14

Caritas Burundi vous présente son bulletin d’information trimestrielle

Envoyer Imprimer PDF

L’actualité de ces derniers mois au Burundi  a été marquée par  l’épidémie de malaria qui reste la première cause de mortalité au Burundi, l’insécurité alimentaire qui sévit dans plusieurs provinces du Burundi, la gestion  du passé traumatique qu’a connu le pays depuis l’indépendance sans oublier le retour des réfugiés burundais qui sont arrivés  après plusieurs mois de refuge. Face à ces problèmes, Caritas Burundi est restée ouverte pour témoigner de l’amour aux plus vulnérables. Grâce à nos partenaires, Caritas a agi pour réduire les douleurs des vulnérables. Dans le domaine de la santé, plus de six millions de Moustiquaires Imprégnées d’Insecticides à Longue Durée  d’Action (MIILDA) ont été distribués sur tout le territoire national. Cette activité vise la réduction de l’épidémie de la malaria au Burundi.

Pour réduire l’insécurité alimentaire, Caritas Burundi a assisté plus de 10 milles burundais et continue toujours la mobilisation de ces partenaires pour contribuer à la réduction de ce phénomène qui entraine le déplacement des  populations de l’intérieur et de l’extérieur du pays.

Caritas Burundi s’est distinguée également au cours de cette période par la rapidité d’accueillir les réfugiés qui sont rentrés depuis fin Aout 2017. Caritas Burundi a expérimenté le travail en réseau du sommet  en passant par les Caritas  diocésaines jusqu’aux communautés Ecclésiales de base pour être proche aux plus vulnérables et surtout les rapatriés qui ont besoin d’une réintégration socio économique.

Le Burundi fait face à des crises répétitives depuis plus de 50 ans, des Conférences sur la paix, la réconciliation, le pardon et la justice ont été organisées dans le dernier trimestre pour aider les  burundais à intérioriser le dialogue dans leurs pratiques au lieu de faire recours à la violence.

Pour plus de détails le bulletin le bulletin cliquez le lien suivant

 Magasine d'informations de Caritas Burundi

Mise à jour le Lundi, 13 Novembre 2017 14:13

Caritas Burundi continue l’accueil des réfugiés dans le diocèse de Bururi à sur le site de Gitare à Makamba

Envoyer Imprimer PDF

La Caritas Burundi à travers la Caritas Coped Bururi et la Caritas  paroissiale de Mabanda dans le diocèse de Bururi est toujours mobilisée  dans l’accueil des rapatriés qui rentrent. Au courant de la semaine du 06 au 10 novembre  plus de 900 personnes ont été  accueillies.

photo victor

Deux convoies de rapatriés sont arrivés au courant de la semaine , le premier a été accueilli mardi dans l’après midi en provenance de la Tanzanie dans le Camp de Mutenderi et Nduta. Le second a été reçu jeudi vers midi. Ils provenaient de Mutenderi. Accompagné par le gouvernement tanzanien, ils ont été accueillis par la directrice en chargé du rapatriement au ministère de l’intérieur  qui représentait le gouvernement. Sur place, les représentants des organisations impliquées dans le rapatriement, à savoir le Haut Commissariat des Réfugiés, le Programme Alimentaire Mondiale (PAM) , les membres de Caritas Burundi à tous les niveaux. Grâce à l’appui des partenaires dont le HCR et le PAM Caritas Burundi s’occupe de la distribution des vivres et non vivres avec un transfert de cash. Plus de 900 réfugiés dont plus de 260 ménages ont été accueillis au courant de la semaine.

Toutes les organisations impliquées dans cette opération de rapatriement  dont le HCR ont félicité Caritas Burundi et ses membres qui sont très actif dans l’accueil des réfugiés. « Nous sommes très confiant à Caritas Burundi que l’accueil sera bien organisé vu l’engagement et la disponibilité de Caritas à Mabanda pour accueillir les rapatriés a dit le chef de mission du Haut Commissariat dans la province de Makanda ».

    dsc_4953Pour le représentant du gouvernement,   c’est une bonne chose d’avoir des bons partenaires pour aider la réussite de cette opération. Caritas Burundi , le principal partenaire local a mise en place des équipes d’accueil dans toutes les diocèses qui sont impliqués dans l’accueil dont le diocèse de Bururi , Muyinga , Ruyigi  et Bujumbura.

La majorité des personnes qui sont rentrées  au courant de la semaine sont originaires des provinces Makamba , Rutana et quelques éléments  de Bururi. Malgré le kit de retour qu’ils ont bénéficié, la majorité de ces rapatriés n’ont pas de maison et certains d’entre eux sont des sans terres. Des cas des familles rentrés  sans référence ont été constatés surtout pour ceux qui sont nés en Tanzanie et qui ont fondés leurs familles dans les camps.

De petites  filles de moins de 18 ans rentrent avec des enfants nés dans les  camps, ce qui risque d’aggraver la situation humanitaire de ces jeunes femmes avec des enfants qui rentrent dans un contexte d’insécurité alimentaire et d’autres problèmes dans le pays.

Les Evêques Catholiques Rwandais et Burundais visitent les réfugiés du Camp de Mahama

Envoyer Imprimer PDF

Les Evêques catholiques du Rwanda et du Burundi, réunis à Kibungo au Rwanda, en session ordinaire de l’Association des Conférences Episcopales du Rwanda et du Burundi, ont interrompu leurs travaux pour effectuer une visite historique aux réfugiés burundais vivant dans le camp de Mahama. La visite a été effectuée mercredi le 08 Novembre 2017.

A Mahama, les Evêques ont été accueillis par la Représentante du Ministère de la Gestion des Catastrophes et des Affaires des Réfugiés (MIDIMAR), le Représentant du HCR, M. Paul Kenya, le Secrétaire Général de la Caritas Rwanda, l’Abbé Jean Marie Vianney Twagirayezu, le Directeur de Trocaire-Rwanda, M. Dony Mazingaizo, la Coordinatrice du Projet EA 13/2017 d'assistance aux réfugiés burundais à la Caritas Rwanda, Mme Thérèse Nduwamungu, et les représentants des différentes organisations intervenant dans le camp.

visite rwanda eveques

Une  messe a été célébrée en plein air sur un terrain du camp en présence des réfugiés. Dans son homélie, Mgr Joachim Ntahondereye, Evêque du Diocèse de Muyinga et Président de la Conférence Episcopale du Burundi, a réaffirmé la solidarité de l’Eglise Catholique en générale, et celle du Rwanda et du Burundi en particulier, envers les réfugiés et leur a assuré de poursuivre l’effort en vue de leur rapatriement pacifique et en sécurité.

Mgr Joachim Ntahondereye, qui avait déjà visité les réfugiés de Mahama, dont une bonne partie viennent de son diocèse, en septembre 2015, a saisi cette occasion pour exprimer sa reconnaissance au Gouvernement du Rwanda qui les a accueillis, à l’Eglise Catholique du Rwanda et à toutes les organisations qui œuvrent dans le camp pour le bien-être des réfugiés, avec une mention spéciale pour la Caritas Rwanda qui assiste les plus vulnérables parmi eux. Pour les représentants du gouvernement Rwandais et du HCR, cette visite d’un si grand nombre d’Evêques à Mahama est une bénédiction du Ciel. “La sécurité est totale à Mahama et nous faisons tout pour que les réfugiés ne manquent rien de ce dont ils ont besoin, ont-ils assuré. A ce jour, le camp de Mahama compte 56 157 réfugiés.

Après la messe, les Evêques ont visité un centre de santé tenu par l’American Refugee Committee (ARC) dans lequel la Caritas Rwanda pourvoie un supplément nutritionnel pour les malades chroniques et les malades hospitalisés anémiés. Ils se sont ensuite rendus au bureau de la Caritas Rwanda où ils ont procédé à une distribution des habits aux femmes chefs de ménages, aux enfants et aux hommes nouvellement accueillis dans le camp.

Pour la plupart des réfugiés interrogés après cette visite, cet événement est non seulement historique, mais il constitue aussi un grand motif d’espoir pour un rapatriement pacifique dans leur pays. Les manifestations culturelles faites à cette occasion, comme les célèbres tambourinaires du Burundi, en étaient l’expression.

Caritas Burundi détient  ces informations de la part de Monsieur Aloys MUNDERE chargé de la Communication à la Caritas Rwanda.

Appel d’offre pour la fourniture du matériel ICCM aux Agents de Santé Communautaire

Envoyer Imprimer PDF

Caritas Burundi est un réseau d’organisations diocésaines fondé par la Conférence des Evêques Catholiques du Burundi en 1962. Soucieuse de la dignité de la personne humaine, l’Option préférentielle pour les pauvres, la destination universelle des biens de la terre, la solidarité et la conservation de la planète. Elle est également membre de la confédération de Caritas Internationalis avec plus de 166 membres dans le monde.

Caritas Burundi a obtenu du Fonds Mondial de lutte contre le SIDA, la Tuberculose et la Malaria, un financement pour la réalisation du projet « BDI-M-CARITAS-956, Renforcement de la Lutte contre le Paludisme au Burundi». Une partie des sommes accordées au titre de ce projet sera utilisée pour effectuer les paiements prévus dans le cadre de l’exécution du marché de fourniture du matériel iCCM destiné aux Agents de santé communautaire.

Dans le cadre de ce projet, Caritas Burundi lance un appel d’Offre pour la fourniture du matériel ICCM destiné aux Agents de Santé Communautaire. La date limite de  dépôt  est fixée 20/11/2017 à 10 heures.

Télécharger l'Appel d'Offre pour la fourniture

Page 1 sur 15

Au terme du Jubilé de la Miséricorde, le Pape François a institué la Journée Mondiale des Pauvres, afin que dans le monde entier les communautés chrétiennes deviennent toujours davantage et mieux signe concret de la Charité du Christ pour les personnes les plus défavorisées et les plus marginalisées dans nos milieux de vie et pour que les pauvres soient considérés comme partie intégrante de nos communautés avec un rôle particulier à y jouer

JA slide show