Ce n’est que dans la vérité que l’amour resplendit et qu’il peut être vécu avec authenticité. La vérité est une lumière qui donne sens et valeur à l’amour (Caritas in Veritate n° 3)

PHOTOS DES REALISATIONS DU RESEAU CARITAS BURUNDI

JA slide show

SITE DU RESEAU CARITAS BURUNDI

L’heure de la vérité, le pardon et la réconciliation à la SOPRAD Caritas Ruyigi

Envoyer Imprimer PDF

Après 13 ans que la  Commission diocésaine Justice et Paix du diocèse de Ruyigi  organise des journées dédiées à la paix et à la justice. Cette année dédiée à la pastorale justice et paix, des activités ont été organisées  avec un objectif de réconcilier les citoyens de la province  Ruyigi et Cankuzo divisés par les crises répétitives qui ont secoué le pays depuis plusieurs décennies.

Dimanche le 10 septembre, la journée diocésaine justice et paix a été célébrée au chef-lieu du diocèse, dans la cathédrale « martyrs de l’Ouganda de Ruyigi ». Une neuvaine centrée sur les thèmes du pardon et de la réconciliation  a été organisée pour marquer le début de cette journée ainsi qu’une  veillée  de prière  toute la nuit  .Ces cérémonies ont vu la participation des artisans de paix, membres des commissions paroissiales justice et paix des 17 paroisses du Diocèse de Ruyigi. «Connaissons la vérité sur les événements horribles du passé, demandons-nous pardon en toute liberté et réconcilions –nous » tel est le thème de cette année.

ruyigi rogn 2

Les cérémonies ont été également marquées  par le dépôt des gerbes de fleurs à  une fosse commune des  personnes tuées pendant la crise de 1993.

L’évêque du diocèse de Ruyigi, le deuxième vice-président de l’Assemblée nationale, les autorités provinciale et communale de Ruyigi, les curés des paroisses de la région pastorale  de Buyogoma ainsi que les artisans de paix ont eu le privilège d’honorer la mémoire des disparus au cours des différentes tragédies qu’a connu le pays.

Pour témoigner de l’engagement à renforcer la paix, une foule nombreuse a  marché au chef lieu de la province Ruyigi accompagné de la Croix  signe de notre foi. La croix  a été installée devant la cathédrale de Ruyigi.

Pour concrétiser le pardon et la réconciliation. Les victimes des désastres des années passées ont eu l’occasion de donner leurs témoignages  tandis que ceux qui ont pris le risque de  protéger des personnes  poursuivies par les tueurs ont été considérés comme les piliers de la solidarité.

Après les témoignages des victimes, un   moment crucial est arrivé. Les bourreaux ont  osé se confesser publiquement en présence des victimes. Ils ont  demandé pardon aux victimes  en reconnaissant leurs sales besognes.« La profondeur des plaies causées par la disparition des nôtres est très difficile à penser mais avec  l’exemple de Jésus sur la croix en  pardonnant  à ses bourreaux moi aussi je  dit que je vous  pardonne » a déclaré au public  une des victimes .Le public a  acclamé  les larmes aux yeux. Certains tombent par terre, d’autres pleurent  suite aux émotions.

Mise à jour le Jeudi, 14 Septembre 2017 08:04 Lire la suite...

« Fondés dans le Christ, œuvrons pour la paix dans la vérité », tel est le message de nos évêques

Envoyer Imprimer PDF

Télécharger Kirundi

Télécharger Français

Au cours de l’Assemblée Plénière ordinaire de la Conférence des Evêques Catholiques du Burundi tenue dans les enceintes de l’Archevêché de Bujumbura, du 06 au 08 septembre 2017, les Evêques ont lancé  un message à tous les  fidèles et à tous les Burundais. Le message a été lu pendant les messes dominicales du 10 septembre 2017 sur tout le territoire burundais.

Ce message porte le titre suivant: « Fondés dans le Christ, œuvrons pour la paix dans la vérité ». Il s’agit d’un prolongement du message que les Evêques avaient publié le 09 juin 2016 où ils avaient rappelé qu’il ne peut y avoir de paix que fondée dans la vérité et la justice. Le présent message vise principalement à préciser l’identité et la mission de l’Eglise catholique et à donner des conseils au peuple burundais pour trouver des solutions adéquates à la situation d’impasse  que vit le pays.

eveques catholiques du burundi rogn

C’est par l’amour qu’ils  portent pour leur cher pays et en vertu de la mission qui  leur est confiée en tant que successeurs des Apôtres, que les Evêques s’adressent au peuple burundais, en sachant que leur mission spécifique est  d’éveiller les consciences.

Les Evêques précisent que l’Eglise catholique est la famille de Dieu fondée sur Jésus Christ crucifié parce qu’il a refusé de trahir la  vérité et l’amour, qui est mort et ressuscité, s’avérant ainsi la pierre qu'avaient rejetée les bâtisseurs mais qui est devenue pierre d’angle. Il n’y a donc pas d’autre Messie, ni d’autre Sauveur que le monde puisse avoir pour se substituer à Jésus Christ. « L’Eglise que nous formons, insistent les Evêques,  est née sur la croix de l’amour, une fois pour toutes ». « Elle est fondée sur les Apôtres  Saint Pierre et ses compagnons ».

Les Evêques rappellent qu’ils sont les successeurs des Apôtres et que leur rôle est de fortifier l’Eglise en  l’enseignant, en la sanctifiant et en prenant soin d’elle pour qu’elle garde « l’unité  de la foi dans la connaissance du Fils de Dieu», Jésus Christ. C’est ainsi qu’ils interpellent les fidèles catholiques à ne jamais prêter oreilles aux mauvais conseillers qui les incitent à refuser l’interprétation que leurs Evêques leur font de la parole de Dieu et du magistère de l’Eglise en matière de foi et de mœurs ainsi qu’en matière  de  questions sociales. Ils indiquent également l’attitude chrétienne à prendre en ce moment de prolifération de mouvements religieux, de confessions religieuses et de prédicateurs sans mission.

Dans l’interprétation de la Parole de Dieu en matière de mœurs et des questions sociales, les Evêques précisent qu’ils ne peuvent  pas être superficiels mais qu’ils doivent plutôt l’interpréter de manière à la faire pénétrer jusqu’au fin fond de la vie des gens sous toutes ses dimensions. C’est pourquoi rien ne leur est indifférent de la vie du pays.

De cette manière, lorsque les Evêques s’expriment pour donner un enseignement en rapport avec la vie sociale et en éclairant la vie politique par la lumière de leur prédication, cela rentre dans leur propre mission et il ne s’agit nullement d’une ingérence.

C’est dans ce sens que les Evêques donnent quelques conseils aux Burundais pour trouver des solutions adéquates à la situation d’impasse  que vit le pays. Ils insistent encore une fois sur le dialogue inclusif qui doit être privilégié, pour l’intérêt supérieur de la nation et en vue de barrer la route à tous ceux qui voudraient emprunter la voie de la guerre. Ils invitent tous les concernés à participer au dialogue sous la médiation du facilitateur et expriment leur inquiétude une fois que ce dialogue traînait à avoir lieu.

Abbé Lambert Niciteretse

L’ODEDIM, Caritas Muyinga forme des agri- éleveurs pour contribuer à la Sécurité alimentaire

Envoyer Imprimer PDF

Au mois d’Août 2017, dans le centre de mutwenzi, on a procédé à la remise des certificats aux 56 lauréats bénéficiaires d’une formation de 3 mois sur les techniques et les méthodes modernes d’Agriculture et d’élevage. Ces bénéficiaires ressortissant des provinces de Kirundo, Karusi, Muyinga et Ngozi du Diocèse Muyinga sont constitués des hommes, femmes,  et des garçons et filles. Ils étaient tous logés dans ce même centre durant toute la période de la formation.


rogne

Les activités de formation ont été clôturées  par une messe dirigée par Mgr Joachim Ntahondereye, Evêque du Diocèse Muyinga .Des certificats  ont été remis aux lauréats après cette messe. Ceux qui ont été meilleur lors de la formation  ont reçu des prix d’encouragement. Des  vaches, des  chèvres,  des houes, des sacs appropriés pour une bonne conservation des récoltes et  les pompes etc.

Tous les participants étaient très heureux. C’est le cas  de Monsieur  Bahati Marc qui  se disait très satisfait et  réjouit de la formation qu’il a eue. « J’ai eu un privilège de participer dans une telle formation  qui  est très utile pour bien pratiquer mon métier d’agriculteur et d’éleveur moderne ».

« Je remercie l’ODEDIM pour m’avoir donné une  vache  après cette formation. Cela m’encourage.» nous a déclaré  un des participants primés pour avoir activement dans la formation. Tout ceux qui ont participé à la formation se sont engagés à œuvrer pour leurs communautés afin d’améliorer les conditions de vie. Le Centre Agro pastorale de Mutwenzi  de Caritas-ODEDIM  Muyinga a été créée par feu Monseigneur  Jean Berchmans  Nterere en 1995 pour aider la région à l’encadrement agricole.

Mise à jour le Lundi, 11 Septembre 2017 06:39

1265 cas de violences prise en charge dans le projet Giriteka exécuté par Caritas Burundi sur financement de l’Unicef

Envoyer Imprimer PDF

Une quarantaine de participants venus de 4 provinces du Burundi ou s’exécutent le projet Giriteka se sont rencontrés à mont Sion dans la ville de Bujumbura pour évaluation à mi parcours du projet. Après 8 mois de mis en œuvre dans les provinces de Muyinga , Kirundo , Makamba et en Mairie de Bujumbura, autour de 1265 cas de violences physiques , économiques , domestiques et sexuelles ont été prise en charge dans 17 centres de santé appartenant à l’Eglise catholique du Burundi.

photo reduite

Dans ce projet de renforcement de la résilience des enfants et des femmes touchées par les crises politiques, sociales et économiques, Caritas Burundi a affecté des accompagnateurs psycho sociaux à chaque centre de santé.

A coté du traitement médical, un autre aspect  qui est du traitement psycho social a été introduit.

L’impact du projet est très palpable. Sœur Barasokoroza Dorothée, responsable du Centre de santé de Ntega à Kirundo nous a témoigné l’impact de ce projet dans sa commune.

temaoigange soeur

 

«  Depuis Avril 2017 jusqu’au mois d’Août, plus de 140 cas, victimes des violences physiques, sexuelles, économiques et domestiques ont été reçus et prise en chargé à Ntega .

Ca ne veut pas dire qu’auparavant ces genres de violences n’existaient pas mais avec le projet, toute la communauté est sensible à ces violences. Les leaders communautaires, l’administration et la police sont tous sensible et viennent se confier à nos professionnels sur terrain pour le traitement.»

temoignage mabanda

Dans la province de Makamba, au Centre de Santé de Mabanda 1, les intervenants sur terrain sont aussi satisfaits. Madame Nisengwe  Espérance  psychologue intervenant dans cette zone  nous a révélé que plus de 102 cas de ces types de violences ont été assistés auprès de ce centre de santé. Les violences  domestiques sont plus fréquentes dans la commune de Mabanda. Les victimes sont très satisfaits car ils sont soignées et prise en charge psychologiquement.

A partir du mois d’aout, le projet s’est étendu sur d’autres provinces. Il sera exécuté aussi dans les provinces de Rumonge et Rutana. En tout ,25 centres de santé seront impliqués dans ce combat de traitement des victimes des violences dans ce projet  financé par l’Unicef.

Mise à jour le Vendredi, 11 Août 2017 13:30

« Ensemble pour un monde juste et fraternel », tel est l’appel du Secrétaire Général de Caritas Burundi

Envoyer Imprimer PDF

Dans le cadre des présentations sur les thèmes de paix et justice que Caritas exécute il y a quelques  mois en partenariat avec l′Université du Burundi  et l′école de la foi de la Chaire UNESCO ; le principe de solidarité qui se manifeste comme un lien qui unit les hommes dans un monde plus que jamais divisé  était le thème présenté par l′Abbé Jean Bosco Nintunze, Secrétaire Général de Caritas Burundi  mercredi le 18 juillet en l′occasion de la semaine portes ouvertes de l′Université du Burundi.


photo solidarite

La solidarité est « une dépendance mutuelle des hommes entre eux ; elle est un sentiment qui les pousse à s′accorder une aide mutuelle parce qu′elle leur donne conscience que ce qui arrive à leur voisin, les touche aussi eux-mêmes. » a dit  abbé Nintunze. Elle donc un lien d′engagement et de dépendance réciproque  entre les personnes ainsi tenues au bien-être des autres, généralement les membres d′un même groupe liés par une communauté de destin (famille, village, nation, etc.)

Ainsi alors, le principe de solidarité implique que «  les hommes de notre temps cultivent davantage la conscience de la dette qu′ils ont à l′égard de la société dans laquelle ils vivent : ils sont débiteurs des conditions qui rendent viable l′existence humaine, ainsi que du patrimoine indivisible et indispensable, constitué par tout ce que l′aventure humaine a produit. » A-t-il insisté.

En se basant sur la valeur de la solidarité dans Caritas, le secrétaire Général a révélé que Caritas est au service de la mise en œuvre des actions sociales et de promotion humaine de l′Eglise catholique. Son travail s′inspire de l′Evangile et de l′enseignement de l′Eglise. Son lien avec l′Eglise-famille de Dieu et son attachement  aux valeurs traditionnelles sont sans équivoques.

Pour Caritas donc, la solidarité veut dire : « ensemble pour un monde juste et fraternel » et l′objectif de Caritas est de construire une solidarité mondiale où tout le monde retrouve sa dignité. Parlant de cette solidarité dans nos communautés ecclésiales de base(CEB),Abbé Bosco Nintunze a souligné que l′Eglise vit et fonctionne comme un corps humain(1co12 :25),chacun de ses membres est utile, nécessaire, spécifique.les membres sont aussi complémentaires, chaque chrétien doit remplir ses fonctions dans l′harmonie avec le souci des autres(Eph6 :22 ;ph2 :25-28),tout en coordonnant son action avec celle des autres en  vue du développement, de l′édification et du bien être de l′ensemble de l′Eglise.

Quand l′apôtre Paul parle dans Rm12 :5 « Nous formons un seul corps en Christ », cette expression suggère plus qu′un groupe local de croyants ; il évoque plutôt  un type de relations qui doit exister à la fois entre les membres d′une Eglise locale, et aussi de la solidarité qui doit marquer l′ensemble du corps de l′Eglise sur la terre.


photo solidarite 2

Enfin, il termine son exposé en rappelant que lors de la journée mondiale de la solidarité, les plus pauvres et tous ceux qui refusent la misère et l′exclusion se rassemblent le 17 octobre de chaque année dans le monde entier afin de témoigner de leur solidarité et de leur engagement. Avec cet engagement, la dignité et la liberté de tous sont respectées , c’est ainsi qu’est née l′idée de la journée mondiale de refus de la misère.

« Nous nous inspirons donc du principe de la solidarité pour construire un monde plus solidaire, cohérent et positif où l′œuvre caritative de l′Eglise se présente comme une charité active ; c′est à dire réagir et assister les plus  vulnérables dans le silence » a-t-il conclu l′orateur du jour.

Page 14 sur 15