Ce n’est que dans la vérité que l’amour resplendit et qu’il peut être vécu avec authenticité. La vérité est une lumière qui donne sens et valeur à l’amour (Caritas in Veritate n° 3)

PHOTOS DES REALISATIONS DU RESEAU CARITAS BURUNDI

JA slide show

SITE DU RESEAU CARITAS BURUNDI

Après le message du Pape sur les migrants les Evêques de L’ACEAC sont mobilisés sur la situation dans la région

Envoyer Imprimer PDF

Les membres de l’Association des Conférences Episcopale de l’Afrique centrale se sont rencontrés à Bujumbura dans la capitale burundaise du 08 au 12 Octobre 2017. L’objet de la rencontre était de faire une planification opérationnelle du Plan  Stratégique élaboré en janvier de cette année à Goma dans la République Démocratique du Congo  pour cette organisation qui rassemble l’Eglise Catholique du Rwanda, du Burundi et celle de la République du Burundi.


photo

Créée en 1984 par les Evêques  Catholiques du Burundi, de la RDC et du Rwanda  comme un cadre d’échanges et d’orientation pastorale de l’Eglise dans la sous région d’Afrique  centrale, cet organe régional a élaboré un plan stratégique  pour bien orienter l’action pastorale en faveur des chrétiens de la région. Lors de cette rencontre, les membres de l’Association  avaient  l’objectif d e l’opérationnalisation de ce plan avec pour  2018. Les grandes articulations  de  ce plan concernent la réponse aux urgences au niveau de la région, la question  des migrants et des réfugiés dans la région .Un autre point  touché est celui du renforcement des capacités fonctionnel des membres et surtout le secrétariat général de l’ACEAC pour bien jouer son rôle de  coordination. Le plan tient compte aussi de l’évangélisation de la région afin que tous les chrétiens soient les artisans de paix et de développement dans leurs communautés.

L’accompagnement des migrants et des réfugiés sera une priorité dans le plan de l’ACEAC pour répondre à l’appel du Saint père. «  Nous devons accueillir  et protéger et promouvoir ces migrants et réfugiés .Qu’ils soient libre ou d’autres qui quittent leurs pays pour des raisons de leur sécurité ou à la recherche du bien être » selon monseigneur Ntahondereye Joachim, président de la Conférence des Evêques.

Cette orientation des Evêques de l’ACEAC est donnée après celle du Pape et c’est un message fort dans le contexte burundais au moment ou le pays compte plus de 400 milles qui vivent à l’extérieur et plus de 190 milles sont des déplacés internes pour des raisons d’insécurité  physique et alimentaire comme le montre plusieurs rapports.

Avec début septembre 2017, quelques uns commençaient à renter dans leurs villages, la protection, l’accueil et l’accompagnement dans leurs ménages est une chose prioritaire pour Caritas Burundi. Grace au soutien du Haut Commissariat des Réfugiés et du Programme Alimentaire Mondial, Caritas Burundi en partenariat avec les Caritas diocésaines est à l’œuvre pour l’accueil dans la dignité de ces réfugiés burundais.

Le Coped, Caritas Bururi est piloté par un nouveau Secrétaire exécutif

Envoyer Imprimer PDF

Le COPED CARITAS Bururi  est piloté par un  nouveau Secrétaire exécutif depuis le 1er septembre 2017. Il s’appelle Abbé Jean Claude Niyongabo, il est né dans la paroisse de Buyengero en 1979, il a été ordonné prêtre le 18 juillet 2009. Il a été successivement vicaire paroissial à Kanyinya (près de Makamba) de 2009 à 2011, et à Rumeza de 2011 à 2014. Tout récemment il était pendant trois ans curé de la paroisse Kibezi.Le nouveau Secrétaire exécutif vient remplacer l’abbé Grégoire Harerimana qui était à ce post depuis septembre 2011, et qui est pour le moment professeur à temps plein à l’Université des Grands Lacs.

photo abb bururi rogne

Interrogé au sujet des grands chantiers qu’il a hérité de son successeur, le Révérend  Jean Claude Niyongabo parle tout d’abord de  la distribution  des moustiquaires imprégnées à longue durée d’action (Miilda) réalisée au mois de septembre 2017 en  partenariat avec le Ministère de la Santé Publique et de la lutte contre le VIH SIDA et le Fonds Mondial. Ensuite il parle du projet GIRITEKA qui fait l’écoute des personnes victimes des violences basées sur le genre dans la province de Rumonge, du projet REMESHA pour la prise  en charge des rapatriés réalisé en partenariat avec le Haut Commissariat pour les Refugiés et le Gouvernementdu Bururndi.

Il parle ensuite de sa détermination à poursuivre l’œuvre de clarification des missions de Caritas et celles de Coped, de poursuivre le renforcement des structures de la Caritas dans les paroisses : « nous allons renforcer les comites paroissiaux, nous allons les visiter, les écouter et mettre en place des mécanismes appropries pour qu’ils soient plus actifs et plus inventifs. Nous allons nous concerter régulièrement avec  les responsables des paroisses pour pouvoir avancer tous ensemble en même temps ».

A la question de savoir si l’Abbe Jean Claude Niyongabo a des atouts particuliers pour réussir ses nouvelles responsabilités,  il se dit très confiant car dit-il « je me sens entièrement disponible, je vais y engager toute ma volonté et toutes mes forces ». Il ajoute aussi que comme atout de réussite, il va travailler en étroite collaboration avec les équipes pastorales présentes dans les paroisses. « Je ne part  pas de zéro  -dit-il-, je vais poursuivre les programmes de mes prédécesseurs en écoutant chaque fois mes confrères les prêtres, les communautés ecclésiales de base, les comites paroissiaux et les autorités du diocèse ».

Clôture de la Semaine dédiée à la paix organisée par l’Atelier Ecole de la Foi, Caritas Burundi et la Chaire UNESCO de l’Université du Burundi

Envoyer Imprimer PDF

 La semaine de la paix du 18 au 24  septembre   a été clôturée dimanche le 24. Cet événement   survient  après  11 séries de  présentation sur des thèmes de paix et réconciliation organisées par Caritas Burundi, l’Atelier école de la Foi conjointement  avec  la Chaire Unesco  de l’Université du Burundi. Les cérémonies  se sont déroulées à mont Sion Gikungu sous le thème « soyons réconciliés pour vivre en paix ! ».

cloture paix

« Le  dialogue pour la  paix et la réconciliation est venu au moment opportun  »  a estimé Docteur Aloys Misago , un des organisateurs des activités , beaucoup de burundais souffrent des maux de la guerre, des divisions que le pays a connu dans le passé. Il s’agit  d’une bonne occasion   de manifester un esprit de tolérance et de réconciliation  garant de la paix, la liberté et le développement durable;  a-t-il  insisté. La résolution pacifique des conflits, l’unité dans la diversité, dialogue inclusif, le respect du droit de l’homme  sont les principales sessions qui ont été développées depuis l’an 2013 dans les provinces de Bujumbura, Ngozi et Gitega. « Notre diversité constitue un atout au développement car elle est une richesse bien qu’elle présente toujours  des défis éventuels. Ce sont ces défis  auxquels nous devons faire face pour bâtir un monde meilleur fondé sur l’égalité et la solidarité ».Ont dit la majorité des participants à ces ateliers.

La part de l’Eglise dans le processus de la consolidation de la paix et la réconciliation est considérable   selon l’Abbé Salvator NICITERETSE, ici nous reconnaissons les différentes conférences des évêques qui n’ont pas cessé de témoigner  de la contribution ecclésiale dans la gestion des crises qui ont secoué le pays.

Pour lui, Il ya des signes important  de paix durable, la vie en abondance avec Dieu, une personne ayant l’amour du Christ ne manifeste pas un esprit d’égoïsme, d’injustice ou de mensonge  plutôt de partage et de communion avec ses frères. Se repentir et demander pardon  ,respecter la vie d’autrui sans tenir compte de son rang social, appartenance politique, religieuse ou ethnique puisque chaque personne a été créée avec le droit inaliénable de vivre. Les actes inhumains comme la torture, l’avortement, l’esclavage, le  génocide, l’emprisonnement illégal et tout autre acte du genre violent le droit et la joie de vivre. Nous sommes donc appelés à dénoncer et combattre tous ces actes ignobles. Lutter pour la justice car la paix est son fruit (isaie32 :17).La justice comme la vérité libère, prier et chercher la paix vont ensemble  avec la justice.  cloture paix 1

  Cette Abbé a clôturé son discours   par les mots du  célèbre  Martin Luther King : « Nous devons apprendre à vivre ensemble sinon nous mourrons comme des idiots. » Il a interpellé enfin les gens à vivre  l’amour et se donner pour les autres, dire la vérité qui émane de Dieu ; il est dès  lors important de se mettre ensemble pour  soutenir ceux qui disent la vérité même si  nous pouvons en être victimes.

Mise à jour le Mercredi, 27 Septembre 2017 14:39

« Organiser le service de la charité en Afrique : le rôle des Évêques »

Envoyer Imprimer PDF

http://a2pdiro.org/index.php/fr/accueil/119-dakarcaritas2017-declaration-finale-des-eveques-d-afrique

Les Archevêques, Evêques, Présidents de Conférence Episcopales et de Caritas Nationales de 43 pays africains de la région d’Afrique de Caritas Internationalis se sont rencontrés à Dakar au Sénégal du 18 au 20 septembre 2017. »Organiser le service de la Charité en Afrique : le rôle des Evêques » tel est le thème  de cette rencontre. Cette déclaration vient Cinq ans après celle tenue à Kinshasa au mois de novembre 2012 sur l’identité de Caritas à la lumière de l’Encyclique Deus Caritas Est, sanctionnée également par une déclaration finale forte, insistant sur la nature ecclésiale de Caritas et sa mission spécifique à la lumière de l’Evangile et de la Doctrine Sociale de l’Eglise Catholique.

Nos  plus haut responsables de l’Eglise Catholique en Afrique ont  réaffirmé le contenu de cette déclaration et ont  invité ceux qui s’engagent dans l’action socio pastorale de l’Eglise à continuer à agir et à se comporter en témoins crédibles du Christ.

« Nous exprimons notre gratitude au Saint Père, le Pape François pour le message nous adressé, signe de sa sollicitude paternelle à l’égard de nos Eglises. Nous remercions l’Eglise famille de Dieu au Sénégal pour son accueil et son hospitalité. Notre gratitude et notre reconnaissance, avec l’assurance de notre prière, vont à Son Excellence Macky Sall, Président de la République du Sénégal et à son Gouvernement pour les facilités exceptionnelles qu’ils nous ont apportées pour la tenue de notre rencontre.  Nous avons eu la joie de relire l’Encycliques Deus Caritas Est et l’exhortation apostolique Evangelii Gaudium, ainsi que les Motu Proprio Intima Ecclésia Natura et Humanam Progressionem1 et de comprendre davantage combien le service de la charité est central à la mission de l’Eglise en tant que communauté de foi et d’amour. »  Ont-ils  déclaré

Lors cette rencontre, il faut noter la présence de son Eminence le Cardinal Peter Kodwo Appiah Turkson, Préfet du Dicastère sur la Promotion du Développement Humain Intégral, de Son Eminence le Cardinal Luis Antonio Tagle, Président de Caritas Internationalis, a été pour nous un encouragement et leurs interventions une source d’inspiration dans notre responsabilité de pères de la charité dans nos Eglises particulières.

Ils ont salué  la création du nouveau Dicastère pour le service de la promotion humaine intégrale et encourageons la mise en route de sa structuration et un Encyclique du Pape Benoît XVI, Encyclique du Pape François, Motu Proprio du Pape Benoit XVI (2012), Motu Proprio du Pape François (2016) ses approches de travail dont nous tiendrons compte dans notre mission et organisation pastorales.

« L’insuffisance de nos moyens d’action ne doit pas constituer une excuse à l’attentisme, car le développement des pauvres ne peut se faire que par les pauvres eux-mêmes. C’est pourquoi nous encourageons fermement les échanges au sein de nos Eglises dans l’hémisphère-sud, la capitalisation des expériences et la mutualisation de compétence et des ressources, l’harmonisation à tous les niveaux des directives qui guident notre engagement collectif. » ont –ils conclu ces hauts responsables.

Comment mieux accueillir, protéger, promouvoir et intégrer les migrants et les réfugiés ? Le Pape vous répond.

Envoyer Imprimer PDF

Depuis le mois de mai 2015, le Burundi a enregistré beaucoup de départs dans les pays voisins comme le Rwanda, la Tanzanie, la République Démocratique du Congo, l’Ouganda et ailleurs dans le monde entier.

Les rapports des Nations Unies montrent que plus de 400 000 burundais se sont  réfugiés dans les différents pays dans le monde. Il y en a parmi les burundais des migrants dans les pays européens pour plusieurs raisons. La guerre, la famine et la misère souvent. Avec le mois de septembre, certains ont commencé à rentrer dans le pays mais suite aux conflits politiques et autres, les rapatriés et les migrants ne sont pas bien accueillis.

pape francois rogn

Comment mieux accueillir, protéger, promouvoir et intégrer les migrants et les réfugiés? C’est la question à laquelle répond le Pape François, dans un message publié  lundi 21 aout, à l’occasion de la Journée mondiale du migrant et du réfugié ? Le message est toujours d’actualité et Caritas Burundi  en est consciente.

http://fr.radiovaticana.va/news/2017/08/21/message_du_pape_pour_la_journ%C3%A9e_mondiale_du_migrant_et_du_r%C3%A9fugi%C3%A9/1331872

Page 14 sur 21