IKAREMA 2018: "URUKUNDO RWA BENSHI RUZOHOROROKERWA BITUMWE N'UKO AKABI KAZOBANDANYA KONGEREKANA" (Matayo 24,12)

PHOTOS DES REALISATIONS DU RESEAU CARITAS BURUNDI

JA slide show

SITE DU RESEAU CARITAS BURUNDI

Plus de trois cents ménages sont des sans abris à Gihanga

Envoyer Imprimer PDF

Plus de 300 maisons ont été détruites dans la nuit de ce mercredi dans la commune de Gihanga en province de Bubanza .Cette catastrophe s’est produite suite aux pluies torrentielles qui se sont abattues dans cette région .Les victimes sont essentiellement des enfants et des femmes. Selon l’administration locale de Bubanza , ces victimes n’ont pas jusqu’ici reçu aucune aide et demande la main des bienfaiteurs.

Ces pluies  se  sont également observées dans la mairie de Bujumbura dans les quartiers de Jabe, Bwiza ,kinama et Carama faisant beaucoup de dégâts matérielles. Les médias sur place rapportent une cinquantaine de maisons détruites dans ces différents  quartiers et 3 véhicules endommagés.


dgat buterere gihanga slide

A cote des infrastructures qui ont été touchées, des champs de culture ont été également touchées.Ce qui va encore une fois exposer les habitants de Gihanga à une insécurité alimentaire qui était jusqu’ici signalée.

Dans la province de Bujumbura, certaines communes ont été également touchées par ces pluies torrentielles .C’est notamment les localités  de Mutimbuzi et Magara.

Ces dégâts sont signalés 4 jours après ceux de la Commune de Buterere qui ont entrainé des centaines des sans abris. Les victimes demandent des aides en habits pour les enfants et pour les femmes mais aussi des shittings et couvertures étant donnés que la pluie continue dans ces zones touchées.

Mise à jour le Samedi, 25 Mars 2017 11:52

Caritas Burundi donne des semences aux vulnérables de la paroisse Muhuzu dans la commune de Busoni

Envoyer Imprimer PDF

L’organisation de l’église Catholique Caritas Burundi a donné des semences à plus de 900 ménages de la paroisse Muhuzu dans la commune de Busoni en province de Kirundo au nord du Burundi. Les familles assistées  sont parmi les plus vulnérables de la région.

photo didentification article

Après plus de deux semaines  de terrain dans cette région, Caritas Burundi a pu identifier les bénéficiaires les plus vulnérables à soutenir. Il s’agit des enfants chefs de ménages, des  femmes chefs de ménages et d’autres personnes jugées plus vulnérables par la communauté.

En même temps, des commerçants locaux qui pourraient fournir des semences de qualité ont été identifiés et Caritas a procédé à organiser une foire. Des bons d’achat ont été octroyés aux familles démunies afin de s’approvisionner en vivres qui serviront de semence. Des semences constituées du haricot et du maïs ont été distribuées. Cette activité a été organisée au moment opportun   qui coïncide avec l’arrivée des premières pluies.

« Cette assistance est importante pour moi car j’avais  défriché mon terrain mais je ne savais ou je trouverai de la semence » nous a dit un des bénéficiaires en remerciant énormément Caritas Burundi qui a pensé a  eux. Tout de même, ces habitants sollicitent d’autres soutiens en alimentation en attendant la récolte car ils sont en insécurité alimentaire.

new

L’administration de la Commune Busoni remercie Caritas Burundi pour avoir soutenu l’action du gouvernement de faire face à cette insécurité alimentaire qui est une menace dans la province de Kirundo. Elle demande aux bénéficiaires de ces semences de s’abstenir à les consommer même ils sont dans un besoin.

Il y a quelques jours, le porte-parole du gouvernement avait dit que les récoltes ont été bonnes dans les différentes provinces mais a noté quand même quelques communes de Kirundo dont Bugabira et Busoni connaissant une insécurité alimentaire.

Mise à jour le Dimanche, 26 Mars 2017 17:27

Caritas Burundi contribue dans la lutte contre l’épidémie de Malaria en équipant les agents de santé communautaire de Kayanza

Envoyer Imprimer PDF

Dans le cadre du programme de lutte contre la malaria que Caritas Burundi est entrain d’exécuter grâce au financement du fond mondial, plus de 64 agents communautaires ont reçu de la part de Caritas Burundi du matériel qui sera utilisé dans le traitement de trois maladies dans leurs communautés dont la malaria, la diarrhée et la pneumonie.


foto slide 2

Cette activité de distribution du matériel constitué d’un kit de traitement des maladies comme la malaria, la diarrhée et la pneumonie dans leurs communautés s’est déroulé dans les bureaux du district sanitaire de Kayanza au nord du Burundi. Ces agents communautaires qui sont dispersés dans les différentes collines du district sanitaire de Kayanza n’ont qu’un seul rôle celui de traiter les patients  de ces trois maladies. 

«  Vous avez appris beaucoup de choses sur les symptômes de ces trois maladies, il y a des symptômes qui montrent aux agents communautaires l’état du patient pour faire recours aux professionnels aux cas compliqués, vous avez appris à traiter la malaria simple mais si c’est compliqué vous devez référer ces cas aux hôpitaux, vous savez comment mélanger l’eau qu’on donne aux enfants qui souffrent de la diarrhée. Vous allez bientôt servir vos communautés mais en sachant que vous avez des limites » a insisté l’abbé secrétaire général  de Caritas Burundi lors de la remise de ce matériel.  

A part le district sanitaire de la province de Kanyanza, plus de 1290 agents de santé communautaire ont été formés par Caritas Burundi sur tout le territoire national, ils vont participer dans l’amélioration des conditions de vie de la population en traitant les 3 maladies dans leurs communautés.

Les autorités du ministère de la santé publique à commencer par le médecin chef de district de Kayanza et le représentant du ministre  ont remercie Caritas Burundi pour son implication dans la lutte contre l’épidémie de la malaria mais aussi tous les dons que Caritas Burundi a donné aux structures de soins de la province de kayanza.

Le médecin chef de district de Kayanza a révélé que les chiffres des malades souffrant de la malaria ont augmenté cette année 2017 comparativement à l’année 2016.Pour la période de janvier 2016, le district sanitaire de kayanza a reçu autour de 3900 cas de malaria tandis qu’en janvier 2017, le même district a enregistré plus de 6000 cas de paludéens.

Cette activité a été organisée au lendemain de l’annonce du gouvernement du Burundi disant que la malaria est une épidémie au Burundi. Caritas Burundi avait toujours alerté l’opinion nationale et internationale sur cette épidémie face aussi à une crise alimentaire qui frappe le pays depuis quelques années.

La Caritas –Burundi se prépare à la prochaine campagne moustiquaires 2017

Envoyer Imprimer PDF

Un atelier de préparation de la campagne de distribution de masse de Moustiquaires Imprégnées d’Insecticide de longue durée d’Action(MIILDA) s’est  tenu du 7 au 8 Mars 2017 au Grand Séminaire Jean Paul II de Gitega. La rencontre a  réuni la direction de Caritas Burundi avec les Secrétaires Exécutifs des Caritas Diocésaines et  les cadres du projet « BDI-M-CARITAS 956 .Le projet vise le renforcement de la lutte contre le paludisme au Burundi » œuvrant aussi bien à Bujumbura qu’au niveau des provinces rurales.

Les cadres dudit projet sont composés des membres de l’unité de gestion au niveau de Caritas Burundi, des Assistants Régionaux chargés du Suivi-Evaluation et tous les Encadreurs MIILDA des Provinces.


dbut campagne

Lors de l’ouverture des travaux, tout en donnant des orientations, l’Abbé Secrétaire Général de Caritas Burundi a précisé que l’objectif de l’atelier était la mise à jour sur la préparation  de la campagne MIILDA de l’année 2017 pour les personnels du Réseau Caritas impliqués dans cette activité.

Pour y parvenir, une série de présentation a été faite aux organisateurs pour avoir une maîtrise de cette campagne. Il s’agit de

  • Epidémiologie du paludisme ;
  • Expérience des campagnes antérieures de distribution de MIILDA ;
  • Buts, Objectifs, résultats attendus, phases ; stratégies de la campagne MIILDA 2017 ;
  • Budget et chronogramme de la campagne ;
  • Rôles des Caritas diocésaines et des ABC dans la mise en œuvre de la campagne MIILDA 2017 ;
  • La communication pour la campagne MIILDA 2017 avec un accent particulier sur ce qui est attendu des Caritas Diocésaines, des Assistants Régionaux en Suivi et Evaluation et des encadreurs Provinciaux MIILDA ;
  • Formations prévues au niveau communautaire ;
  • Objectifs et processus de dénombrements et de la distribution des bons ;
  • Choix des sites de distribution et organisation du site
  • Circuit et gestion des données de la distribution des MIILDA, Gestion des déchets ;
  • Ressources humaines de la campagne ;
  • Marchés et services liés à la campagne qui seront contractualisés dans les communes ;
  • Projet de contrat avec les ABC ;
  • Répartition des agents ABC au niveau de chaque région : Défis et solutions préconisées ;
  • Recommandations.

Avec  l’organisation de cet atelier, Caritas Burundi peut rassurer ses partenaires de la bonne préparation de la campagne de distribution de masse de MIILDA prévue au mois de juillet 2017.

Mise à jour le Vendredi, 10 Mars 2017 14:47

La Caritas Burundi se dote d’un document de stratégie de plaidoyer sur l’enfance en difficultés

Envoyer Imprimer PDF

Caritas Burundi a organisé un atelier  de validation d’un document contenant les stratégies de plaidoyer sur l’enfance en difficultés au Burundi. Cette rencontre a réuni un représentant du ministère de la solidarité nationale qui est en chargé des droits des enfants au Burundi, les représentants des organisations qui s’occupent des questions des enfants ainsi que le vicaire du diocèse de Bujumbura en même temps secrétaire de la commission  Justice et paix de l’église catholique. Le document donne des orientations claires et précises sur les stratégies de plaidoyer en faveur des enfants.

alt

Il y a une année que Caritas Burundi exécute un projet  REMA II ,un projet dont l’objectif principal était de contribuer à alléger les impacts négatifs causés par l’insécurité grandissante qui régnait en mairie de Bujumbura et dans certaines communes de l’intérieur du Burundi . C’est dans le cadre de ce projet qu’une consultante a été engagé pour produire un document qui servira à Caritas d’une stratégie de plaidoyer en faveur des enfants en difficultés. Le document produit montre que la  situation des enfants au Burundi nécessite une attention particulière au moment ou cette catégorie représente la majorité des burundais.

C’est ainsi que la consultante après avoir analysé les différents documents et entretiens montre que 40% des enfants burundais ne sont pas enregistrés dans les services d’Etat civil, 80% des enfants burundais vivent  en état de pauvreté extrême.

Ce document produit montre également que plus de 375000 enfants burundais de 5 à 14 ans sont utilisés dans des travaux lourds souvent sous l’injonction de leurs parents. A la naissance, plus de 28000 enfants sont porteurs du VIH Sida alors que plus de 200000 enfants sont orphelins du VIH Sida. Les enfants sont également victimes de la torture au même titre que les adultes.

A cote de ce document, les participants à l’atelier ont fait remarquer que plus de 10 000 enfants naissent « des mères célibataires  » sans terres et sans droit d’héritage. Ce qui serait à l’origine des enfants tués à la naissance, jetés dans les rivières et d’autres laissés dans la rue.

Avec ce document de plaidoyer, Caritas Burundais s’engage à impliquer tous les acteurs au niveau national et local afin d’améliorer les conditions de vie des enfants au Burundi. Les familles étant des acteurs clés de la promotion des droits des enfants ; l’église du Burundi s’engage via son réseau Caritas à renforcer l’action sociale au niveau des familles afin d’accompagner les couples pour éviter que la famille soit l’origine des malheurs de leurs enfants.

« Les enfants sont un signe « diagnostic » pour comprendre l’état de santé d’une famille, d’une société du monde  entier.» Estime le pape François : «  Quand les enfants sont accueillis, aimés, protégés dans leurs droits, la famille est saine, la société est meilleure, le monde est plus humain. »Lorsqu’ils sont maltraités c’est une honte devant Dieu. Selon le Pape François.

Noter que le projet Rema II est la suite de la première  phase qui a été réalisée depuis l’éclatement de la crise au mois de mai 2015.Le projet était orienté vers le soutien des victimes de la crise en mairie de Bujumbura et dans les autres communes du Burundi.

alt

Mise à jour le Vendredi, 03 Mars 2017 09:19

Page 15 sur 16