Ensemble pour une paternité et maternité responsables en faveur de la dignité humaine

Envoyer Imprimer PDF

Dans le but d’accélérer le processus d’intégration des services de la planification familiale naturelle dans le paquet d’activités de soins des formations sanitaires de l’Eglise Catholique du Burundi, Caritas Burundi a organisé un atelier à l’intention des Secrétaires Exécutifs, des coordinateurs diocésains de santé ainsi que des chargés de la pastorale familiale au niveau des diocèses catholiques.Cette rencontre a été organisée au Grand Séminaire Saint Jean paul II  de Gitega au 03 mars 2020 a été parrainée par son excellence Monseigneur Evêque du Diocèse de Ngozi en même temps Président de Caritas Burundi.

atepfnL’atelier a commencé par un message d’accueil de l’Evêque Président de Caritas Burundi et une présentation sur la Nouvelle éthique mondiale tel était le thème développé par son Excellence Monseigneur Président pour éclairer les participants. « Le processus de déconstruction des familles est le résultat des grandes révolutions féministes qui ont été organisés dans le monde depuis plusieurs décennies », disait son Excellence.

« Une des grandes époques qui ont déclenché la pensée de l’éthique mondiale est ce qu’on a appelé la révolution sexuelle vers les années 1950. Cela a été à l’origine de la tendance à la légalisation de l’avortement et contraception. La découverte de la pilule contraceptive limitée au départ aux couples mariés mais qui va se commercialiser de manière libérale sur le marché. Vers les années 1968, la jeunesse se lance dans le monde entier au vagabondage sexuel. Ce courant a touché même les jeunes Burundais de l’époque. L’expression ‘ il est interdit d’interdire ‘ est née lors de ces courants de pensées qui prennent naissance à l’occident avant de conquérir l’Afrique et le Burundi », nous a dit l’Evêque.

La Planification Familiale Naturelle que l’Eglise Catholique prône, met en avant le respect de l’homme dans toutes ses dimensions. Avec ces courants qui ont généré les nouvelles méthodes de planification familiale dites nouvelles, ils ont créé le dualisme opposant la femme contre l’homme. Certaines filles ont décidé d’abandonner le mariage pour éviter de mettre au monde, se privant le privilège d’être des femmes. Tous ces comportements inhumains sont les conséquences de ces révolutions.

Face à cette situation qui veut répondre à la pression démographique galopante, l’Eglise Catholique est consciente qu’une réponse est nécessaire mais dans le respect de la dignité humaine. « Nous devons gérer la question de la démographie de manière responsable en respectant la création », a conclu son Excellence Evêque Président de Caritas Burundi.

Caritas Burundi a élaboré une stratégie d’introduction des services de planification familiale naturelle dans les formations sanitaires agrées de l’Eglise Catholique pour promouvoir l’usage des méthodes naturelles au sein des couples mariés. Cette approche met en avant une paternité et maternité responsables d’après Docteur Ferdinand Niyonzima qui est Chargé de  Programme Santé-Nutrition à la Caritas Burundi.

Dans tous les diocèses, des couples éducateurs encadrés par l'Œuvre des Familles de Schoenstatt ont déjà vulgarisés ces méthodes naturelles auprès des familles qui en ont besoin. A part, les chrétiens catholiques, d’autres manifestent l’engouement de venir consulter les couples éducateurs que ça soit les musulmans et ceux d’autres confessions religieuses.

Les participants à l’atelier ont décidé de faire un plan d’action pour sensibiliser les communautés à cette pratique et voir comment intégrer cette approche dans les structures sanitaires de l’Eglise Catholique dans un premier temps.

MOBILISATION INTERNE ET EXTERNE DES FONDS COVID-19

Caritas Burundi voudrait lancer une Campagne de mobilisation des fonds pour la prévention de la COVID-19 dans les communautés rurales. Le compte est : BANCOBU n° 0030080201105-67 intitulé Prévention Contre COVID-19
Depuis le mois de décembre 2019, le monde fait face à la pandémie de la maladie à coronavirus. Jusqu’en Juin 2020, plus de 7 millions de cas ont été déclarés dans le monde dont 3,563,263 étaient guéris et 409,459 malheureusement décédés (source : https://www.worldometers.info/coronavirus/consulté en juin 2020). Ce chiffre ne reflète qu'une partie du nombre de cas réels, du fait des difficultés de diagnostic dans beaucoup de pays notamment ceux à faibles revenus. Depuis le 31 mars 2020, le Burundi a enregistré les premiers cas testés positifs à la maladie à COVID-19 selon une déclaration faite par le Ministre de la santé publique et de la lutte contre le sida. Jusqu’au mois de Juin, plus de 100 cas ont été déclarés officiellement par le ministère de la santé publique et de la lutte contre le VIH Sida. Ces chiffres peuvent être minimes suites aux raisons ci-haut évoquées. Caritas Burundi s’est engagée à appuyer le gouvernement dans ses efforts de lutte contre cette pandémie par la sensibilisation des communautés et la prévention du Covid-19 de son personnel ainsi que du personnel des Caritas diocésaines et du Personnel des formations sanitaires du réseau et du personnel de certaines institutions de l’Eglise Catholique au Burundi.