Avec l’appui du FIDA via le Projet PAIVA –B, ODAG Caritas Gitega contribue dans le relèvement des Batwa comme groupe vulnérable

Envoyer Imprimer PDF

Dans le but daugmenter les revenus des ménages vulnérables des familles Batwa de la province de Gitega , ODAG Caritas Gitega a initié des activités de sensibilisation , dappui et daccompagnement de ces  groupes marginalisés en vue de pérenniser les acquis enregistrés dans le cadre du projet PAIVA - B aux bénéficiaires financé par le Fond International de Développement Agricole , FIDA en sigle.

Dans un premier temps, ODAG – Caritas Gitega a identifié et sensibilisé les communautés batwa pour participer dans les travaux de protection de l’environnement en creusant les courbes de niveaux puis dans les travaux de consolidation des pistes. Comme catégorie de vulnérables,  ils ont été retenus pour avoir  les plants agroforestiers  et les boutures de banagrass  ainsi que les plants fruitiers.

 abatwaaEn contre parti de la main d’œuvre, ils ont eu des revenus dans le cadre de l’argent contre travail. Pour bien gérer et rentabiliser les revenus reçus, ils ont  été  sensibilisés à l’épargne  et crédit.  En tout,   9 sites, des caisses d’épargne crédit ont été mis en place et fonctionnelles. Les sites  de Muririmbo et de Nyangungu de la commune Mutaho, ont largement  atteint  une cotisation de  80 000 Fbu par membre.

A côté de cet encadrement à l’épargne, 30 chèvres ont été distribuées aux individus membre des associations des batwa de  la colline Muririmbo de la commune Mutaho.

Une personne parmi les plus démunies a témoigné sa satisfaction  de bénéficier trois chèvres  qui vont contribuer  pour son  développement durable. « Ces chèvres que je viens davoir vont me  procurer du fumier pour  fertiliser mon lopin de terre », disait un des bénéficiaires.

Dans les communes de Giheta et Bugendana, neuf sites des batwa ont été identifiés pour encadrement à l’épargne  et 495 chèvres ont été distribuées à 165 ménages et associations  appuyée  dans ces communes.

La marginalisation des Batwa du Burundi est un facteur qui a limité depuis plusieurs années le développement de ce groupe. A cause de cette réalité sociale,  ils continuent à vivre dans une misère sans nom. C’est aussi une population sans terres cultivables dans un pays où la Population vit généralement de l’agriculture et de l’élevage. Malgré leur force physique, ils préfèrent cultiver dans les champs  d’autrui pour ne gagner que du pain quotidien. Ils risquent d’abandonner la poterie car leurs clients utilisent les  ustensiles de cuisine modernes mais aussi l’argile est devenue rare.

REVE, VISION ET MISSION DE CARITAS BURUNDI

RÊVE: Nous rêvons d'une société réconciliée où la dignité humaine est suprême, les droits de chacun promus (particulièrement les plus pauvres, les exclus et les opprimés) et l'environnement respecté.
VISION: Etre une organisation forte et dynamique, capable de contribuer à l'avènement d'une société réconciliée. MISSION: Secourir les pauvres, sensibiliser les autres à l'amour des pauvres, appuyer le développement des ménages et des organisations des producteurs.