Ce n’est que dans la vérité que l’amour resplendit et qu’il peut être vécu avec authenticité. La vérité est une lumière qui donne sens et valeur à l’amour (Caritas in Veritate n° 3)

PHOTOS DES REALISATIONS DU RESEAU CARITAS BURUNDI

JA slide show

Mémoire aux disparus dans la paroisse de Muriza à l’occasion de la journée justice et paix

Envoyer Imprimer PDF

Les  membres de la commission paroissiale justice et paix ont organisé une journée justice et paix dimanche le 22/7/2018 pour célébrer la mémoire des disparus, jetés dans des fosses communes lors des carnages perpétrés en 1993. C’était une journée de pardon et de réconciliation dans cette paroisse. Ouverte par le dépôt des gerbes des fleurs sur le lieu où repose plus de 90 âmes, le vicaire paroissial de Muriza, Monsieur l’Abbé Simon NZEYIMANA qui présidait les cérémonies a souligné que c’est par manque d’amour que des innocents ont été sauvagement massacrés par leurs concitoyens, alors qu’il n’y avait pas de motif pour exécuter cette sale besogne.

 « L’homme est sacré et que par conséquent, personne n’a le droit de mettre fin à sa vie. » a-t-il indiqué en  appelant tous les participants à ces cérémonies de s’ouvrir au processus de réconciliation afin de construire un avenir meilleur exempté de clivages ethniques. « Le sang des innocents a atteint le Seigneur qui nous demande de nous pardonner, afin d’être purifié des tâches qui ont noirci notre vie quotidienne. Le pardon libère et la réconciliation renoue les relations interpersonnelles comme voie incontournable vers le développement humain intégral. » A  poursuivi l’Abbé vicaire.

altalt
A cette occasion,  une marche pour la paix a été organisé .Les cérémonies se sont poursuivies par une messe de circonstance célébrée dans l’église paroissiale de Muriza. Au cours de ces cérémonies, trois personnes ont présenté leurs témoignages sur l’octroi du pardon aux auteurs de la disparition des membres de leurs familles. Une de ces personnes a pu reconnaitre la bienveillance qui lui a été réservée en l’épargnant de la mort qui lui était imminente. Elle en a profité pour formuler ses remerciements aux personnes qui l’on cachée jusqu’à ce qu’elle parvienne au site des déplacés de Ruyigi.

Nous félicitons la commission paroissiale justice et paix de Muriza qui a pu organiser cette journée tant attendue depuis longtemps et nous lui souhaitons un fructueux apostolat. Aux personnes qui ont accordé le pardon, il leur a été adressé un message d’encouragement pour avoir eu l’audace de montrer aux autres que le pardon est possible, même si l’auteur du crime ne le demande pas. Aux présumés auteurs des crimes, il leur a été demandé de faire une introspection afin de se libérer du joug des maux commis qui pèsent sur eux.

 Il a été rappelé aux uns et aux autres qu’il faut éviter la globalisation, dans la mesure où l’auteur du crime peut être identifié individuellement et répondre de ses actes devant les instances habilitées. Le salut peut provenir de n’importe qui indépendamment de son origine ethnique.

Juvénal NDAYIZEYE,

 PF Communication

Soprad Caritas Ruyigi