«N’aimons pas en paroles, mais par des actes» : c’est le thème du message du Pape François, en vue de la première Journée mondiale des Pauvres, qui se tiendra le 19 novembre prochain, 33e dimanche du Temps Ordinaire, avant la Solennité du Christ-Roi.

Caritas Burundi organise une conférence sur la fraternité comme pilier de la paix

Envoyer Imprimer PDF

Dans la série des conférences que Caritas Burundi organise depuis un certain temps en partenariat avec Université du Burundi et la chaire Unesco, ce mercredi 03 mai 2017, c’était le tour du thème « la fraternité et le Dialogue ».La fraternité Universelle est –elle une utopie ? S’est interrogé l’abbé Adrien Ntabona qui était l’orateur du jour. Parlant de la fraternité universelle, le langage qui est utilisé , les  frontières linguistiques, les frontières culturelles et enfin la valeur d’ubushingantahe telles sont les grandes articulations de son exposé sur   la fraternité universelle au Burundi.

ntabona

L’abbé Adrien Ntabona a montré que dans le Burundi traditionnel, les valeurs de la fraternité universelle étaient réelles .En témoignent la manière de vivre de nos aïeux et les proverbes utilisés en Kirundi « Umwana ntaba uwumwe  ou encore Umubanyi niwe muryango».Certaines pratiques montrent que  les burundais vivent cette fraternité sans distinction d’ethnie et de région. « Quand, il y avait chez moi de la bière, mon père me donnait l’ordre d’inviter tous les voisins à venir partager la bière sans distinction. Je me souviens que je voyais à la maison tout le monde. Quelque soit la quantité, tous le monde devrait gouter à la bière ». a révélé Abbé Adrien Ntabona aux participants à cette conférence. Autre chose qui était importante dans le passé c’était la pratique de donner des vaches aux personnes qui étaient victimes de l’incendie ou autres catastrophes ce qu’on appelle « Kuvyukiriza».

Avec le déclenchement de la crise qui frappe le Burundi depuis l’indépendance, l’esprit d’égoïsme s’est développé entraînant la détérioration de la fraternité  en faveur de la haine. Cette fraternité est menacée également dans le monde même en Europe .L’exemple est celui de l’émergence du terrorisme dans  le monde et le nazisme au 19ème siècle.

La valeur d’Ubushingantahe est incontournable dans la promotion de la fraternité au Burundi, a dit Adrien Ntabona. Umushingantahe incarne la responsabilité et la justice dans la société burundaise. Il doit intervenir pour résoudre tout conflit  sans distinction .Il doit écouter tous le monde et donner sa contribution malgré la divergence d’opinionpublic.

La fraternité universelle appelle au respect de l’environnement selon Abbé Adrien Ntabona car respecter la nature c’est respecter l’autre et favoriser la fraternité. « Quand je suis allé en Chine, j’ai vu une colonne des enfants qui étaient sur des motocyclettes, tous portaient des cachez nez suite la pollution de l’air ».Si nous ne prenons pas garde, nous allons détruire notre fraternité en détruisant notre environnement a conclu l’abbé Adrien Ntabona.

La conférence de mercredi  03 mai 2017 a vu la participation des invités de marque en provenance d’Allemagne, il s’agit de Philip Kheil et Joyce Muvunyi qui avaient représenté la fondation de Badden Wurttemberg  pour la coopération et le développement qui appui l’organisation de ces conférences.