«N’aimons pas en paroles, mais par des actes» : c’est le thème du message du Pape François, en vue de la première Journée mondiale des Pauvres, qui se tiendra le 19 novembre prochain, 33e dimanche du Temps Ordinaire, avant la Solennité du Christ-Roi.

L’insécurité alimentaire dans 9 provinces du Pays

Envoyer Imprimer PDF

Les données d’alerte précoce collectées par Caritas Burundi dans le cadre du programme  mVAM financé par le Programme Alimentaire Mondial montrent que  9 sur 18 provinces vivent une insécurité alimentaire.

Les provinces de  Bubanza,Cankuzo,Cibitoke,Kayanza,Kirundo,Makamba,Bujumbura Rural,Ruyigi et Makamba sont cités dans ce  rapport qui condense les données recueillies au mois de février 2017. Selon ce rapport, l’insécurité alimentaire est signalée à 98% comme la première menace aux communautés comparativement à la sécurité physique qui est signalé à 2%.


inscurit alimentaire

 Les causes de cette insécurité alimentaire sont  la faible performance de la saison 2017A, à la suite des aléas climatiques et du faible accès aux intrants agricoles. La diminution drastique et progressive des opportunités économiques dans le pays et dans un contexte de faibles capacités d’ importation se traduisant par une pression inflationniste sur le marché particulièrement pour les denrées alimentaires de première nécessité ; la proportion croissante des ménages devant recourir aux mécanismes de suivis pour subvenir aux besoins alimentaires de leurs membres ; le faible niveau des stocks aussi bien dans les ménages que sur le marché (en moyenne moins d’une tonne de haricot et de céréales sur les différents marchés suivis par le Mvam) ;la nouvelle imposition fiscale introduite depuis le mois de janvier 2017 sur les produits alimentaires, sur les boissons industrielles et sur le carburant qui affecte sensiblement le pouvoir d’achat des ménages ;

Enfin la dépréciation continuelle de la monnaie  burundaise qui continue à restreindre la capacité d’importations aussi bien formelle (rareté des devises, diminutions des réserves d’importation) que non formelle (diminution des échanges transfrontaliers informels).

Le salaire moyen journalier de la main d’œuvre agricole sans repas est estimé à 2450 FBU par personne en février 2017 contre 2283 Fbu en janvier 2017 (soit une légère augmentation de 7% de loin inférieure à celle des denrées alimentaires) . Les provinces de Karuzi et Gitega enregistrent la plus grande hausse du prix de la main d’œuvre (27%, respectivement 16%) pour la même période.

Au terme du Jubilé de la Miséricorde, le Pape François a institué la Journée Mondiale des Pauvres, afin que dans le monde entier les communautés chrétiennes deviennent toujours davantage et mieux signe concret de la Charité du Christ pour les personnes les plus défavorisées et les plus marginalisées dans nos milieux de vie et pour que les pauvres soient considérés comme partie intégrante de nos communautés avec un rôle particulier à y jouer

JA slide show