«N’aimons pas en paroles, mais par des actes» : c’est le thème du message du Pape François, en vue de la première Journée mondiale des Pauvres, qui se tiendra le 19 novembre prochain, 33e dimanche du Temps Ordinaire, avant la Solennité du Christ-Roi.

La Caritas Burundi se dote d’un document de stratégie de plaidoyer sur l’enfance en difficultés

Envoyer Imprimer PDF

Caritas Burundi a organisé un atelier  de validation d’un document contenant les stratégies de plaidoyer sur l’enfance en difficultés au Burundi. Cette rencontre a réuni un représentant du ministère de la solidarité nationale qui est en chargé des droits des enfants au Burundi, les représentants des organisations qui s’occupent des questions des enfants ainsi que le vicaire du diocèse de Bujumbura en même temps secrétaire de la commission  Justice et paix de l’église catholique. Le document donne des orientations claires et précises sur les stratégies de plaidoyer en faveur des enfants.

alt

Il y a une année que Caritas Burundi exécute un projet  REMA II ,un projet dont l’objectif principal était de contribuer à alléger les impacts négatifs causés par l’insécurité grandissante qui régnait en mairie de Bujumbura et dans certaines communes de l’intérieur du Burundi . C’est dans le cadre de ce projet qu’une consultante a été engagé pour produire un document qui servira à Caritas d’une stratégie de plaidoyer en faveur des enfants en difficultés. Le document produit montre que la  situation des enfants au Burundi nécessite une attention particulière au moment ou cette catégorie représente la majorité des burundais.

C’est ainsi que la consultante après avoir analysé les différents documents et entretiens montre que 40% des enfants burundais ne sont pas enregistrés dans les services d’Etat civil, 80% des enfants burundais vivent  en état de pauvreté extrême.

Ce document produit montre également que plus de 375000 enfants burundais de 5 à 14 ans sont utilisés dans des travaux lourds souvent sous l’injonction de leurs parents. A la naissance, plus de 28000 enfants sont porteurs du VIH Sida alors que plus de 200000 enfants sont orphelins du VIH Sida. Les enfants sont également victimes de la torture au même titre que les adultes.

A cote de ce document, les participants à l’atelier ont fait remarquer que plus de 10 000 enfants naissent « des mères célibataires  » sans terres et sans droit d’héritage. Ce qui serait à l’origine des enfants tués à la naissance, jetés dans les rivières et d’autres laissés dans la rue.

Avec ce document de plaidoyer, Caritas Burundais s’engage à impliquer tous les acteurs au niveau national et local afin d’améliorer les conditions de vie des enfants au Burundi. Les familles étant des acteurs clés de la promotion des droits des enfants ; l’église du Burundi s’engage via son réseau Caritas à renforcer l’action sociale au niveau des familles afin d’accompagner les couples pour éviter que la famille soit l’origine des malheurs de leurs enfants.

« Les enfants sont un signe « diagnostic » pour comprendre l’état de santé d’une famille, d’une société du monde  entier.» Estime le pape François : «  Quand les enfants sont accueillis, aimés, protégés dans leurs droits, la famille est saine, la société est meilleure, le monde est plus humain. »Lorsqu’ils sont maltraités c’est une honte devant Dieu. Selon le Pape François.

Noter que le projet Rema II est la suite de la première  phase qui a été réalisée depuis l’éclatement de la crise au mois de mai 2015.Le projet était orienté vers le soutien des victimes de la crise en mairie de Bujumbura et dans les autres communes du Burundi.

alt