Grace à l’appui de l’OIM, Caritas Burundi organise une table ronde des acteurs humanitaires de Muyinga pour répondre au COVID-19 et d’autres épidémies

Envoyer Imprimer PDF

Dans le but de renforcer la coordination  des acteurs humanitaires œuvrant dans la province de Muyinga  pour répondre aux urgences , les agents représentants l’administration provinciale , la direction provinciale de la santé , la plateforme provinciale de gestion des risques et des catastrophes ainsi que les différentes organisations provinciales se sont rencontrés dans une table ronde et atelier pour arrêter des stratégies de coordination afin de répondre efficacement aux urgences de la localité.Appuyée par l’Organisation Internationale des Migrations, OIM en sigle, cette activité a été organisée dans le cadre du projet « Réponse globale aux besoins humanitaires de la population déplacée au Burundi » financé par OIM.

oimmuyingaLa première journée a été marquée par un exposé du Docteur Éric Nkunzimana, médecin provincial de Muyinga sur la coordination des acteurs de la localité pour répondre aux épidémies qui sévissent dans cette province. Le choléra, la dysenterie, le Paludisme ainsi que le COVID- 19 actuellement sont les principales épidémies que les acteurs de la localité doivent prendre en charge dans leurs coordinations. Les participants à la rencontre ont rappelé que des mesures ont été prises ces derniers jours dans toute la province avec l’annonce des premiers cas dans la région. Les dispositifs de lavage des mains ont été installés devant les lieux publics et l’Eglise catholique a pris la décision de mettre devant toutes les Eglises les dispositifs de lavage des mains pour limiter la propagation des virus ainsi que des messages de sensibilisation ont été multipliés lors des messes dominicales.

Cependant les participants ont constaté que certaines pratiques dans les communautés comme le partage des chalumeaux, les gobelets et les salutations peuvent créer des conditions favorables aux épidémies liées aux mains sales.  Le mouvement des populations Burundi- Tanzanie sur les frontières non contrôlés est un autre facteur qui pourrait être à l’origine des épidémies.Pour mieux coordonner les acteurs de la province des recommandations ont été formulées pour renforcer la synergie, un point focal provincial pour chaque organisation pour la coordination sera désigné et un groupe de communication whatsaap de tous les intervenants sera mise en place pour partager des informations en temps utile et apporter une réponse coordonnée en faveur des victimes. L’administration de la province de Muyinga salut cette rencontre qui a facilité la participation de tous les intervenants autour de l’administration.

Par rapport à la vulnérabilité de la province, la grêle, les épidémies, les inondations, les vents violents, les glissements de terrain, l’insécurité alimentaire, les accidents liés à l’exploitation anarchique de l’or dans la commune de Butihinda, etc sont les principaux risques identifiés dans cette province.

La deuxième journée a été marqué par un exposé du responsable de la plateforme provinciale de gestion des risques et des catastrophes, l’Officier de Police MINANI PASCAL a montré les niveaux de vulnérabilité de la province ainsi que la cartographie des intervenants dans la province. La province de Muyinga dispose d’un plan de contingence qui peut servir de la gestion des urgences. Les représentants des organisations invitées à l’atelier ont montré leurs domaines d’interventions pour répondre aux risques majeurs identifiées dans la province.

La province de Muyinga enregistre pas mal d’intervenants, il faut noter les organisations internationales comme le HCR ,l'OIM , les organisations non gouvernementales  internationales dont World Vision , CRS , JRS , GVC et d’autres organisations  nationales qui ont pris part à cette rencontre de coordination, sans oublier les organisations religieuses comme l’Eglise Anglicane .Ils ont constaté qu’un plan de  contingence de la province  date de 2018 et a besoin d’être actualisé pour faire face aux risques du moment de la province surtout avec le combat contre COVID-19 et la préparation des de mai 2020 .

MOBILISATION INTERNE ET EXTERNE DES FONDS COVID-19

Caritas Burundi voudrait lancer une Campagne de mobilisation des fonds pour la prévention de la COVID-19 dans les communautés rurales. Le compte est : BANCOBU n° 0030080201105-67 intitulé Prévention Contre COVID-19
Depuis le mois de décembre 2019, le monde fait face à la pandémie de la maladie à coronavirus. Jusqu’en Juin 2020, plus de 7 millions de cas ont été déclarés dans le monde dont 3,563,263 étaient guéris et 409,459 malheureusement décédés (source : https://www.worldometers.info/coronavirus/consulté en juin 2020). Ce chiffre ne reflète qu'une partie du nombre de cas réels, du fait des difficultés de diagnostic dans beaucoup de pays notamment ceux à faibles revenus. Depuis le 31 mars 2020, le Burundi a enregistré les premiers cas testés positifs à la maladie à COVID-19 selon une déclaration faite par le Ministre de la santé publique et de la lutte contre le sida. Jusqu’au mois de Juin, plus de 100 cas ont été déclarés officiellement par le ministère de la santé publique et de la lutte contre le VIH Sida. Ces chiffres peuvent être minimes suites aux raisons ci-haut évoquées. Caritas Burundi s’est engagée à appuyer le gouvernement dans ses efforts de lutte contre cette pandémie par la sensibilisation des communautés et la prévention du Covid-19 de son personnel ainsi que du personnel des Caritas diocésaines et du Personnel des formations sanitaires du réseau et du personnel de certaines institutions de l’Eglise Catholique au Burundi.