Là où est l’amour, même si la pauvreté y sévit, la vie peut continuer à avoir un sens, Coped – Caritas Bururi a clôturé la semaine de la charité sur cette réflexion

Envoyer Imprimer PDF

Le diocèse de Bururi a clôturé dimanche 22 mars 2020 la semaine dédiée à la charité dite « Carême de partage”. Les cérémonies du jour se sont déroulées à la paroisse Notre Dame du Rosaire de Nyanzalac, elles étaient présidées par Monseigneur Léonidas Nitereka ancien vicaire général de Monseigneur Venant Bacinoni lui même ancien évêque du diocèse de Bururi.  Etaient présents également à cette eucharistie Messieurs les abbés Prosper Karerwa le tout nouveau secrétaire exécutif de Coped-Caritas Bururi et Anaclet Ndikumana le curé de la paroisse Nyanzalac. La communauté chrétienne du diocèse venait de passer une semaine en campagne de charité en faveur des plus vulnérables et Nyanzalac avait été choisie pour recevoir les cérémonies de clôture de cette heureuse initiative ecclésiale. En effet des appels pressants avaient été adressés à tous les fidèles, afin de collecter de l’argent, des vivres, des vêtements et autres articles. Ces appels étaient notamment venus de l’abbé Prosper Karerwa qui écrivait dans une lettre circulaire que « au cours de cette semaine dédiée à la charité et la solidarité, tout chrétien et toute personne de bonne volonté, était invité à donner de son cœur et de ses biens pour venir en aide aux plus pauvres et aux plus vulnérables… »

bururiavvvbururiavr Le mot d’accueil a été prononcé par le curé de la paroisse Nyanzalac, l’abbé Anaclet Ndikumana. Il a exprimé la joie et l’honneur qu’il ressentait pour lui et pour l’ensemble de la communauté dont il est responsable : « nous sommes honorés en ce jour où nous sommes entourés par une délégation de notre diocèse. Nous sommes venus de toutes les succursales et nous sommes rassemblés dans cette chapelle dans le but de clôturer les travaux de la semaine de la charité. Nous sommes très fiers d’avoir été choisis par le diocèse pour abriter cette eucharistie de clôture. Nous vous souhaitons la bienvenue, merci de nous avoir choisi parmi les autres, soyez avec nous comme chez vous ».

Un hommage a été adressé à la communauté chrétienne de Nyanzalac par Monseigneur Léonidas Nitereka. Selon lui, le choix de Nyanzalac n’est pas le fait du hasard, car lors de la semaine de la charité de l’année dernière, la paroisse s’était bien distinguée dans la collecte des fonds destinés aux vulnérables qui ont été remis à la Caritas diocésaine. « Aujourd’hui nous sommes rassemblés pour clôturer ce que vous avez fait pendant toute la semaine de la charité. La charité que nous célébrons aujourd’hui est celle qui est ouverte à toute personne, qui cherche à construire une famille unique des fils et filles de Dieu, une charité qui nous apprend que chaque homme et chaque femme a été créé à l’image de Dieu et qu’il à une dignité inaliénable d’être enfant de Dieu, aimé par Lui, Lui qui lui a destiné une vie pleine, heureuse et éternelle. C’est une charité ouverte à tous sans aucune distinction, sans aucune exclusion, celle qui donne sans compter »

« Pour avoir un regard semblable a celui de Dieu »

« C’est par l’amour que vous aurez les uns pour les autres qu’on reconnaitra que vous êtes les miens ». Le célébrant du jour a indiqué que la charité n’est pas qu’un simple commandement. Il s’agit d’une identité martelait-il: « La parole et les sacrements que nous recevons nous sont donnés pour que nous  puissions avoir le même regard que celui de Dieu, pour pouvoir regarder et percevoir la réalité humaine et les biens matériels comme Dieu lui-même, afin que nous puissions aimer toute personne comme Dieu ».

Monseigneur Leonidas poursuit la méditation sur la charité en précisant que « Si Jésus a voulu nous laisser l’amour comme commandement nouveau et comme héritage, c’est parce que notre vie ne peut avoir de sens que si nous vivons en nous aimant les uns les autres. Là où est l’amour, même si la pauvreté y sévit, la vie peut continuer à avoir un sens car ses effets négatifs sont immédiatement combattus sinon amortis par les élans de solidarité qui naissent et qui grandissent dans tous les cœurs et dans tous les bras grâce à la référence permanente que la communauté fait à Jésus. Aujourd’hui en célébrant cette fête de la charité, la chose que nous ne pouvons pas demander à Dieu en priorité est de nous donner des biens à distribuer aux pauvres, mais de nous donner la grâce de la conversion, de nous donner un cœur nouveau, un cœur semblable à celui de Jésus et de nous donner des yeux avec un regard semblable au sien pour pouvoir regarder et voir les pauvres comme Lui ».

Zénon Nzeyimana

PF Communication

Coped Caritas Bururi

.

MOBILISATION INTERNE ET EXTERNE DES FONDS COVID-19

Caritas Burundi voudrait lancer une Campagne de mobilisation des fonds pour la prévention de la COVID-19 dans les communautés rurales. Le compte est : BANCOBU n° 0030080201105-67 intitulé Prévention Contre COVID-19
Depuis le mois de décembre 2019, le monde fait face à la pandémie de la maladie à coronavirus. Jusqu’en Juin 2020, plus de 7 millions de cas ont été déclarés dans le monde dont 3,563,263 étaient guéris et 409,459 malheureusement décédés (source : https://www.worldometers.info/coronavirus/consulté en juin 2020). Ce chiffre ne reflète qu'une partie du nombre de cas réels, du fait des difficultés de diagnostic dans beaucoup de pays notamment ceux à faibles revenus. Depuis le 31 mars 2020, le Burundi a enregistré les premiers cas testés positifs à la maladie à COVID-19 selon une déclaration faite par le Ministre de la santé publique et de la lutte contre le sida. Jusqu’au mois de Juin, plus de 100 cas ont été déclarés officiellement par le ministère de la santé publique et de la lutte contre le VIH Sida. Ces chiffres peuvent être minimes suites aux raisons ci-haut évoquées. Caritas Burundi s’est engagée à appuyer le gouvernement dans ses efforts de lutte contre cette pandémie par la sensibilisation des communautés et la prévention du Covid-19 de son personnel ainsi que du personnel des Caritas diocésaines et du Personnel des formations sanitaires du réseau et du personnel de certaines institutions de l’Eglise Catholique au Burundi.